• Icare

     icare.jpg
    Chute d'Icare
     (image aménagée d'après un tableau de Jacob Peter Gowi, 17e siècle
    visible au Musée du Prado à Madrid, voir ici l'original)

     

     

    Je suis monté trop haut
    J’ai déployé mes ailes
    J’ai fixé le soleil
    Je cherchais la lumière
    J’y voyais mon salut
    Je cherchais l’évasion
    Je croyais en l’espace
    Je pensais respirer
    Dans la haute atmosphère
    Plus largement qu’ici

    Je m’y suis consumé
    Mes ailes ont fondu
    Mon cœur s’est embrasé
    Il n’en reste plus rien
    J’ai brûlé au soleil
    Comme un pauvre fétu
    Et maintenant je gis
    Au profond de la nuit
    Rampant et démuni
    Aveugle et solitaire

    Prenez garde au destin
    Qui vous hisse au plus haut
    Pour bientôt vous lâcher
    Plus bas qu’auparavant
    C’est chevaucher le tigre
    C’est naviguer en mer
    Car plus la vague monte
    Et plus le creux s’enfonce
    Et lorsque vous gagnez
    Vous êtes dévoré

     

     

    Icare
    Lamentations pour Icare par Draper
    (Tate Britain de Londres)

     
     

  • Commentaires

    1
    Mercredi 22 Mars 2006 à 12:00
    Désarroi, tristesse ou labyrinthe... c'est en fait la réalité dans laquelle ce monde se retrouve ! Heureusement nous avons la poésie pour nous consoler... merci.


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :