•  

          Ami lecteur,

          Comme pour d'autres rubriques déjà réorganisées (certains voyages par exemple) voici un fil conducteur qui te permettra de lire ces articles dans l'ordre le plus limpide :

     

       Le premier des articles est à cette page.

        Les autres te seront indiqués à la suite.

        Hors série, ce reportage
                      et  ces souvenirs de jeunesse.

     

     

     


    3 commentaires
  •  
           Je remets à jour un article qui date de janvier 2006 et met en scène Robert Bichet et son ami André Taupin à Paris en 1972, s'adonnant à leur passe-temps favori : jouer ensemble sous le métro.
     
          André Taupin, que Robert Bichet avait connu au Conservatoire de Région de Tours alors qu'ils y étaient tous deux étudiants, est alors élève d'André Navarra au Conservatoire National Supérieur de Paris ; mais si sa sonorité de violoncelle est particulièrement belle, personne ne s'arrête pour l'écouter lorsqu'il joue seul l'aria de la suite en Ré de J.S. Bach ; par contre, lorsque le hautbois de Robert Bichet s'en mêle (notamment dans la sonate de Heinichen), les gens sont intrigués par cet instrument sonore qu'ils n'ont pas coutume de rencontrer et ils écoutent.

     


    André Taupin joue seul l'Aria de Bach
     

          J'étais présente, toute jeunette à l'époque, et prenais les photos et les enregistrements que vous trouvez dans cet article. Quand le sol était goudronné, Robert écrivait des messages poétiques au sol. Son but, en jouant sous le métro, n'était pas de gagner de l'argent - malgré le chapeau posé à terre "pour le fun" - mais de profiter de la belle acoustique et de jouer les "musiciens errants" comme il a toujours adoré le faire.
     
     
    metro-1.jpg
     
     
     
         Robert, dont on peut lire la signature, aimait à écrire à la craie, lorsque le sol était goudronné, ces quelques phrases de son cru - qui étaient en quelque sorte sa devise - :

     
    «  La poésie chante et pleure dans tous les mondes.
    Elle habite chaque élément.
    L'espace l'accueille pour faire ses images
    Et le poète la cueille en fleurs précieuses
    Pour décorer sa solitude. »
    (voir ici)
     
      
     
     
    Jean-David Heinichen : sonate pour hautbois et basse continue, 2e mouvement (sicilienne). 
     
         metro-2.jpg
     
     
       Un jour, pour en faire la démonstration à Gaston Bichet (ici avec la casquette) le père de Robert, ils s'étaient installés à la station "Opéra", et Robert avait mis sa chemise blanche et sa Lavallière (accessoire vestimentaire qu'il affectionne particulièrement). Quant à André, qui semblait être né avec un violoncelle tant il s'en débrouillait quelles que soient les circonstances, il jouait tout simplement assis sur la boîte de l'instrument ! Les gens s'étaient peu à peu attroupés.
     

     

    Jean-David Heinichen : sonate pour hautbois et basse continue, 1er mouvement

     
    metro-3.jpg
     
     
          Nul étonnement alors à ce qu'un journaliste qui passait par là s'en saisisse pour un papier qui, à notre grande surprise, parut peu après en Belgique et nous fut envoyé par un ami tombé dessus par hasard !!
     
     
    Article-Libre-Belgique
     
     
         La soirée se terminait souvent dans une pizzeria du quartier Saint-Michel : ici Robert s'est emparé de la casquette de son père, et chacun rejoue pour le grand plaisir du patron, qui pour remercier nous offre le dessert.
     
     
    metro-4.jpg
     
     

       P.S. : Le titre de cet article est lui aussi de Robert... Il aimait nommer ainsi Paris lorsqu'il y vivait en bohème.
       
       
     
     

    1 commentaire

  •     Outre les innombrables expositions qu'il parsème dans la région Centre sur les départements du Cher, de l'Indre et de la Creuse, expositions toujours "non-vente" et dont le vernissage est toujours accompagné de lectures de ses poèmes et d'audition de sa musique, outre les cours qu'il dispense ici et là, qui vont de la série de conférences gratuites et tout public sur des compositeurs contemporains à l'initiation à la création musicale généralement destinée aux adultes et à visée d'expression personnelle libératrice, outre les soirées poétiques »dans divers bars et associations et toutes les actions partagées avec d'autres artistes, Robert Bichet travaille de nouveau à un triple but : une nouvelle oeuvre musicale, qui sera suivie d'un recueil de poèmes du même titre et de dessins leur correspondant .

         Solognot d'origine, il avait écrit « Mes saisons de Bracieux »1 (son village, près de Chambord) ; devenu berrichon et de plus en plus attaché à son village d'adoption, il écrit maintenant : « Mes saisons de Condé ».

        Tandis que la parution du recueil est prévue pour 2011, il a déjà esquissé les quatre mouvements de sa nouvelle oeuvre musicale lors d'une soirée-concert qu'il appela "baptême", organisée par la mairie de Condé en l'église du village (pour la poésie et la musique) puis la salle des fêtes attenante (pour l'exposition de tableaux).

     

    (cliquez pour agrandir)

    RBichet-Affiche-Conde.jpg

        Ces ébauches résultent d'improvisations créées par lui en symbiose avec un orchestre exceptionnel formé des professeurs du Conservatoire d'Issoudun et d'amis professionnels, improvisations basées sur des schémas musicaux préétablis par lui et donnés au musiciens, que suivant son inspiration il a successivement choisis en y ajoutant par sa direction les effets d'amplification, de force ou de douceur désirés. 

         Je vous invite à découvrir ce soir un extrait de « l'été » - qu'hélas nous venons de laisser derrière nous mais qui brille encore de ses derniers feux. 
     

     

     

    1 : publié en 1974 à Paris aux éditions Saint-Germain-des-Prés, collection Miroir Oblique.

     

          Par ailleurs, je vous annonce l'ouverture d'un blog exclusivement réservé à Robert Bichet, afin de lui permettre d'y exposer sa musique, ses textes et ses peintures de façon plus lisible et en toute légalité par rapport à la Sacem.

        J'en reste le webmaster et y reprendrai largement tout ce que contient déjà ce blog à son sujet, selon un autre plan plus systématique et en ajoutant tous les éléments nécessaires.

     C'est ici (cliquez sur l'image pour atteindre le site) :

    Bandeau-2.jpg

     

     

    1 commentaire