•       Après un radieux week-end des Rameaux à Fontainebleau, je veux vous faire partager ma "montée au Calvaire"... d'un genre particulier (et plutôt souriant).

        En effet, la "Croix du Calvaire" est un édifice érigé sur une hauteur juste au-dessus de la ville, et où l'on accède par des chemins qui traversent de superbes zones rocheuses ; c'est une de mes destinations de promenade préférées, aussi vais-je accompagner cette évocation d'une musique qui me paraît assez appropriée à cette intention, le larghetto de la 4e symphonie "Deliciae Basilienses" ("les délices de Bâle") d'Arthur Honegger. Composée dans l'esprit d'une marche lente et pesante, de plus en plus agrémentée par des chants d'oiseaux, cette page s'accorde à merveille avec l'ascension à la fois pénible et merveilleuse de cette colline altière.

     

    Orchestre du Capitole de Toulouse sous la direction de Michel Plasson (enregistrement EMI)

      
    Lancez la musique et suivez le guide...

    Fontainebleau-avril11-01.jpg


       Quittons tout d'abord la ville aux riches villas, telle celle-ci qui se nomme l'Orée. Vous noterez au passage la hauteur des arbres (sapin, cèdre...) : une bonne trentaine de mètres, ce qui nous change de l'habituelle petite taille des feuillus de la région centre.

    Fontainebleau-avril11-02.jpg


       Parmi les roches et les bruyères éparses, notre chemin commence à monter, souriant dans la lumière qui filtre par les feuillages tout neufs, et de plus en plus sableux entre les pins toujours abondants.

    Fontainebleau-avril11-03.jpg


        Au sol les fougères déjà bien épanouies déploient leurs petites crosses.

    Fontainebleau-avril11-04.jpg

     
      Là, je pense à Stellamaris... En effet, un géant de l'île de Pâques est allongé sur le sol et dort comme un bienheureux.

    Fontainebleau-avril11-05.jpg


         Mais aux flancs capricieux de la colline sableuse, un étrange enchevêtrement attire mes regards. Que s'est-il donc passé ici ? Une bagarre ? Les morceaux de bois jonchent le sol... Eh non ! C'est probablement un arbre vétuste qui s'est effondré tout seul.

    Fontainebleau-avril11-10.jpg

     
       Et pourtant, regardez bien comme ils s'entraident, ces arbres : le chêne au premier plan soutient de son bras droit son camarade qui est tombé, et dont la nuque repose dans les branches du chêne d'en face...

    Fontainebleau-avril11-07.jpg


        Mais poursuivons notre ascension : l'atmosphère se fait de plus en plus "méridionale" au fur et à mesure que l'on s'élève : sables, buissons, roches qui affleurent... Il faut dire que j'ai choisi la voie "directe", laissant les chaos de rochers pour le retour.

    Fontainebleau-avril11-06.jpg

     
        Ces deux arbustes semblent danser ensemble, l'un en arrière les bras écartés, l'autre devant, penché sur le côté.

    Fontainebleau-avril11-08.jpg

     
       Celui-ci me frappe par la puissance de ses racines et ses "V" successifs.

    Fontainebleau-avril11-09.jpg

     
      Mais celui-là est franchement génial ! Si étrange que je le photographie deux fois et ne sais quel cliché préférer.

    Fontainebleau-avril11-09bis.jpg


        Là, c'est de plus près mais sans zoom et avec une pointe de flash à cause du contre-jour. Regardez comme il s'incruste dans le rocher... et comme il ferme devant lui de drôles de petites pattes !! À sa droite, la roche semble s'être taillée en angle creux rien que pour protéger un tronc plus frêle... incroyable !

    Fontainebleau-avril11-11.jpg

     
      Mais ça y est, nous sommes arrivés à la Croix du Calvaire, par le côté.

       Datée de 1699, celle-ci aurait été posée par une personne pieuse en 1697 sur le sommet des rochers du Fort des Moulins, qui prit alors le nom de "calvaire". Un pèlerinage y eut lieu à partir de 1825, mais considérée comme nuisible au maintien de l'ordre public elle fut détruite en 1830. On la réédifia cependant en 1837.

    Fontainebleau-avril11-12.jpg

     
      Son altitude exacte n'est pas notée, mais elle semble dominer la ville  (de Fontainebleau sur la droite et d'Avon sur la gauche) ainsi que la forêt qui l'entoure de plus de cent mètres.

       Je vous invite à y faire une petite pause avant d'envisager la descente encore plus passionnante.

    Fontainebleau-avril11-13.jpg
        Vue vers Fontainebleau, avec à droite la "Tour Varnery" qui domine la route de Paris, sur le devant l'église du Carmel, ancien couvent, et au fond à gauche les tours du château. (Vous pouvez agrandir l'image).

    Fontainebleau-avril11-14.jpg
       Vue vers Avon - beaucoup moins nette je l'avoue -, où l'on devine (là encore vous pouvez agrandir) le viaduc qui porte la voie de chemin de fer en provenance de Moret, et tout à fait à gauche la courbe de la Seine.

    Fontainebleau-avril11-15.jpg
       Enfin la Croix vue de face c'est-à-dire en tournant le dos au paysage (cette photo peut aussi être agrandie !), avec derrière elle une route de forêt étalée en deux voies distinctes pour bien marquer l'aspect "éperon" de cette falaise ; malheureusement depuis plusieurs années elle est coupée à la circulation, et seuls les piétons ou les cyclistes peuvent l'emprunter, pour le grand bonheur de la nature qui respire, mais pour le désespoir des personnes âgées ou handicapées qui n'ont plus la possibilité de venir jusque là, comme vers de nombreux points de la forêt autrefois  desservis par des petites routes goudronnées qui sont toutes aujourd'hui fermées hermétiquement.

     

     

    1 commentaire

  •       Je vous offre aujourd'hui un aperçu d'une des plus belles promenades de la forêt de Fontainebleau. Une promenade dont les accès sont hélas si faciles que cela m'a valu ma voiture fracturée.

           
              En effet l'entrée se situe sur la RN 6 qui relie Fontainebleau à Melun et est garnie d'un énorme parking : lorsque je m'y suis rendue par cette belle matinée de février, heureuse de n'y trouver encore pratiquement personne, il y avait probablement des malfrats planqués qui, remarquant ma plaque d'immatriculation de l'Indre et ne me voyant pas sortir comme les autres gens de gros sacs à dos de mon coffre, se sont dit que je devais y cacher plein de bagages. Il n'y avait qu'un sac vide, car j'avais tout pris dans mes poches. Mais pour ne me voler que le sac vide, ils ont fracassé ma vitre arrière et rabattu le siège. Et ce, malgré la prière que j'avais adressée à la belle Vierge que je vais vous montrer... Mais la pauvre, ce n'est pas de cela que je lui avais parlé !
     


    Les abords du parking sont plats.


    On marche vers une clairière où les sangliers ont laissé la marque de leurs défenses.


          Puis on oblique vers la droite, en montant légèrement vers de beaux rochers comme les aiment les enfants, et où déjà s'exercent quelques grimpeurs.
     

        Et la promenade commence dans un de ces chaos qui caractérisent les paysages de Fontainebleau.

     


        Peu à peu l'on découvre des grottes, et les rochers de plus en plus massifs prennent des formes bizarres.

     

    Puis ce sont des enfilades de tunnels !

     


          Et c'est là que, malgré la mauvaise qualité de mes images, je vais vous inviter à me suivre dans la promenade. Oui, ces prises de vues sont réalisées à partir d'un petit appareil numérique
    , et je marchais en le tenant d'une main (on m'entend souffler car ça grimpe, et il faut se faufiler ou se pencher), m'arrêtant parfois pour tourner sur moi-même, ce qui n'est pas toujours du meilleur effet.


        Même si les prises des vues sont un peu fatigantes, on découvre mieux le paysage, non ?

     


    En tous cas, le revoici à travers ces quelques vues.

      
        Et des tunnels, il y en a tellement, que malgré les apparences il ne s'agit pas toujours du même.

      

               ... Jusqu'à la merveilleuse suite de grottes où un peintre dont j'ignore le nom a eu l'idée de reproduire dans une forme de parchemin une Vierge à l'enfant de style orthodoxe. On m'en avait parlé, mais je ne l'avais jamais vue de mes yeux. Et là, je "tombai" dessus par surprise ! En voici la découverte, mais cette fois-ci, avec toutes mes excuses : j'ai eu la sottise, puisque j'utilisais mon appareil photos, de le positionner verticalement... Si bien que pour suivre ma pérégrination, vous devrez pencher la tête à gauche (ou votre PC vers la droite). Rien à faire pour trouver le logiciel qui me remettrait cette vidéo dans le "bon sens". Déjà heureux qu'Over-blog soit capable de vous la retranscrire proprement. (Il faudra que je cherche dans le logiciel fourni avec l'appareil, que je n'ai pas installé car il est très volumineux).

     

         Pour vous remettre les idées droites, quelques photos. Je précise que le chemin est entièrement balisé de marques bleues, qui non seulement nous guident à travers le dédale, mais aussi nous permettent de passer aux bons endroits pour découvrir les curiosités du lieu (tels cette Vierge).

     


    (L'entrée)


    La Vierge.


    La sortie.


    Le retour vers la grand-route...

     

     
          Et saluons au passage ce magnifique chêne qui, puisque nous étions février, n'avait pas encore de feuilles.
         ... Avant de retrouver ma voiture écrabouillée par l'arrière. Oups !

      

     

    1 commentaire
  •  
     
    undefined
     
        Un peu de marche en forêt de Fontainebleau, et c'est l'éblouissement assuré, quels que soient le temps ou la saison ! Surtout dans les zones rocheuses, bien sûr... où les voitures n'accèdent pas et où seuls se risquent les randonneurs expérimentés, ou quelques joggeurs, quelques cyclistes. Cependant, il existe de la forêt de Fontainebleau des cartes très précises à l'usage des amoureux de la promenade - d'autant plus précises qu'elles mentionnent des noms de routes qui sont balisées.


    undefined
        Ici, nous sommes juste au nord de la ville, sur les hauteurs qui dominent la vallée de la Solle, où se situe un hippodrome en pleine forêt. Le terrain sableux rend les plateaux parsemés d'ondulations, de creux d'où surgissent des roches. Nous adorions, enfants, y courir pour nous cacher dans les minuscules cavernes ou sous les replats rocheux.
     

    undefined

        Celle-ci, en redescendant vers la Vallée de la Chambre, n'est-elle pas bien mystérieuse ?
     
     

    1 commentaire

  • Sommes-nous vraiment en automne ?
     

    Lumières de l'automne


    La forêt brille de tous ses feux...

    Lumières de l'automne


    Cherchez le cerf ! C'est vraiment son domaine.

    Lumières de l'automne


    Sur ce rocher, s'assit en 1845... qui donc ?? 
      

    Lumières de l'automne


    Un petit coin idéal pour faire un feu de camp, une petite pause...
    On se retourne, et hop !

     

    Lumières de l'automne

    ...Voici le Point de vue du Rocher Cassepot : à perte de vue, la forêt !


    NB : Le voici en mai dernier sous la pluie... eh oui, j'aime bien cette promenade.
     
     
     
     
     

    1 commentaire
  •  
    Une promenade en forêt, qu'en diriez-vous ?

    Le Rocher Cassepot


    C'est du côté de la Croix d'Augas, sortie nord de Fontainebleau vers Melun (RN 6), mais en prenant à droite vers Bois-le-Roi. Vous avez là une auberge en plein bois, d'où l'on peut partir à pied vers ce massif qui surplombe l'imposante vallée de la Solle occupée par le champ de courses. 

    Le Rocher Cassepot


    On y descend par de multiples chemins tous mieux tracés les uns que les autres, car les sportifs des environs les sillonnent tant à la course qu'à VTT.


    Mais on peut aussi y jouer à cache-cache :

    Le Rocher Cassepot


    Ou même se regarder dans les miroirs des fées !

    Le Rocher Cassepot


    En front de colline le regard plonge...


    N'est-elle pas magnifique cette forêt, avec  ses pins et ses rochers ?

    Le Rocher Cassepot

     
    Un dernier regard avant de repartir...

    Le Rocher Cassepot

     
     

    1 commentaire