• Sous l'écorce velue


            Un paragraphe de l'Avadhuta Gîta - qui est l'un des textes fondateurs de l'Advaïta Vedanta, rédigé pour certains au IXe s. de notre ère (voir ici la présentation qu'en fait Wikipedia) mais remontant pour d'autres à près de 5000 ans avant celle-ci (lire ici le texte complet sur le site Innerquest) - m'a particulièrement frappée.

          C'est le 15e du second chapitre de ce Chant attribué à Dattatreya. Après avoir évoqué ce qu'est le "Soi", le sage essaie dans cette partie d'indiquer comment percevoir la Réalité derrière les apparences trompeuses.

    «   Cachée dans le champ de l'éternelle conscience, se trouve la cause du monde. Au sein de cette cause est la Réalité. La coque de la noix de coco figure le monde, la pulpe sa cause, l'eau sucrée et rafraîchissante contenue dans la pulpe est la Réalité.  »

    (Avadhuta Gîtâ II-15, trad. Innerquest)


           Ce message m'a d'autant plus frappée que je réécoutais le Psaume 47 mis en musique par Florent Schmitt (ici sur youtube) dont la seconde partie m'a semblé comme faire écho à cette évocation.

     

    Il a choisi dans son héritage la beauté de Jacob,
    qu'il a aimé avec tendresse.

      Ps 47-5

           Telle est la traduction retenue dans l'oeuvre musicale, non identique il est vrai à celle de la Bible de Jérusalem où l'on lit "pour notre héritage", et "l'orgueil de Jacob, qu'il aime" mais moins éloignée de ces autres traductions trouvées sur le net.

          En effet, ce passage me ramène à l'épisode de la Genèse (chap.27) où Isaac devenu vieux souhaite bénir son fils aîné afin de lui transmettre l'héritage reçu de Dieu. Or Esaü est velu, attaché aux biens matériels et Jacob, beaucoup plus fin, est plus proche du Seigneur. Il a déjà racheté son droit d'aînesse à son frère qui le lui a volontiers laissé ; et cette fois, avec l'aide de sa mère, il va se faire passer pour Esaü afin d'obtenir la bénédiction d'Isaac. Pour cela, il lui faudra avoir l'air velu comme son frère, en se couvrant de peaux de bêtes... Ceci ne vous rappelle-t-il pas la chute d'Adam et d'Eve ? L'Enfant immaculé de Dieu - Adam et Eve à la fois masculin et féminin - est tombé dans le monde matériel à cause du désir et est devenu velu, semblable à une bête.

     

    Luca Giordano - Isaac bénissant Jacob


          Cette peau grossière et épaisse au toucher permet à Isaac, "aveugle" (au monde spirituel ?) de reconnaître son fils. Et elle me fait  bien sûr songer à l'écorce de la noix de coco, qui est elle aussi velue ! Celle-ci cache au profane la "beauté" véritable, la "gloire" de l'Enfant que Dieu a engendré et chérira toujours, la seule Réalité Vivante, cette "substantifique moelle" présente au cœur du fruit ou cette Lumière que Jésus recommande de ne pas cacher sous le boisseau (Matthieu, 5-15) - c'est-à-dire de ne pas laisser recouvrir par l'écorce des apparences trompeuses.

     

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 13 Juin 2016 à 19:52

    Bonjour Aloysia,

    J'ai aimé boire l'eau sucrée contenue dans la noix de coco surtout lorsue l'on a bien soif sous le chaud soleil des tropiques ! C'était bien une réalité !!!

    Douce soirée Aloysia et bises

      • Lundi 13 Juin 2016 à 21:45

        Et c'est surtout pour montrer combien la Réalité est merveilleusement douce et bienfaisante à découvrir, en même temps qu'invisible et diffusée en tout comme un liquide transparent !

    2
    Lundi 13 Juin 2016 à 19:59

    Ne pas se fier aux apparences, je viens encore d'en faire le cruel constat. Extérieur lisse, beau, doux, calme, mais l'intérieur vient de se mettre à nu, torturé, sadique, jaloux...

    Pour en revenir à ton texte il faut qu'il soit velu pour que l'aveugle le reconnaisse, mais le son de sa voix ne suffit-il pas ?

    Bonne soirée bisous

      • Lundi 13 Juin 2016 à 21:52

        Tout dépend à quel niveau on se place. Ta lecture correspond au niveau "matériel" ; dans ce cas Isaac a été grugé et il aurait pu être guidé par le son de la voix en effet. Mais je fais ici un parallèle entre ce récit et l'évocation de la Réalité cachée sous des voiles épais, certes, mais de la nature du rêve, sans consistance propre : le "vieux" corps d'Isaac est équipé de sens grossiers qui ne lui permettent pas la vision spirituelle de la véritable Beauté intérieure ; il reste donc attaché à l'idée "matérielle" qu'il se fait de son fils. Cependant la Bénédiction divine est donné à l'Enfant divin, à celui qui se cache sous l'apparence animale.

    3
    gazou
    Lundi 13 Juin 2016 à 20:57

    Très beau tableau

    Mais que vaut une bénédiction obtenue par tromperie , en se faisant passer pour un autre?J'avoue ne pas comprendre ce passage de la Bible

      • Lundi 13 Juin 2016 à 22:00

        C'est justement parce qu'il faut comprendre autrement. C'est souvent que l'on voit deux frères, l'aîné et le cadet, où le cadet est "préféré" : Caïn et Abel, Esaü et Jacob, l'Enfant Prodigue fêté alors que son frère était resté à la maison. Or c'est une parabole pour parler d'un seul enfant, qui a en lui deux natures : une nature matérielle qu'il connaît d'abord, mais qui quoique grossière est une erreur de perception, et une nature spirituelle qui est la seule véritable et la seule reliée à sa Source Divine originelle. Cet enfant doit réussir à opter pour sa vraie nature, c'est à dire à éliminer son aîné qui en fin de compte est une représentation de l'ego, pour demeurer seul auprès de son Père. L'Histoire d'Abel et Caïn est dramatique parce qu'elle montre l'ego (Caïn) détruisant le Moi spirituel (Abel).

    4
    Lundi 13 Juin 2016 à 21:12
    durgalola

    cette histoire de Jacob m'a toujours laissée un goût amer. Je comprends son intelligence, et quelque part cette nécessité due au droit d'aînesse. Seulement, c'est un mensonge, une mystification. Nous hommes, ne pouvons qu'avancer avec nos imperfections. Déjà avant, encore maintenant. 

    Bises et bonne soirée.

      • Lundi 13 Juin 2016 à 22:04

        Oui, il faut comprendre de façon symbolique. D'ailleurs ceci nous conduira au combat de Jacob avec l'Ange dont j'ai déjà parlé ; et cela fait écho aussi à l'histoire de l'Enfant prodigue que j'ai aussi évoquée. Lis ce que je viens de répondre à Gazou... L'aîné représente l'ego, qui prend possession de nous à notre arrivée en ce monde ; si nous voulons devenir l'Enfant de Dieu que nous sommes, nous devons l'éliminer (sans le tuer, car il n'existe qu'en imagination !) et redevenir celui que nous sommes vraiment - qui apparaît en second.

    5
    Mardi 14 Juin 2016 à 12:38

    Bonjour Aloysia

    Parfois nous sommes confrontés à une apparence qui semble la meilleure alors que la Réalité est cachée à notre perception. Parce que nous avons été désigné pour être nous ne sommes pas libre d'éviter notre karma. Et souvent c'est difficile à admettre. Voilà ce que m'inspire ton texte.

    Bisous

      • Mardi 14 Juin 2016 à 15:26

        Tu es pleine de sagesse, Océanique, ce que tu dis est très juste.

    6
    Mardi 14 Juin 2016 à 15:13
    durgalola

    merci pour tes explications que j'ai lu avec intérêt. Bises



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :