• Après le petit Poisson


           L'histoire était captivante, exaltante : après avoir tant marché, le personnage avait enfin trouvé son but ! Il avait rencontré, vu quelque chose qui lui semblait être la perfection à laquelle il aspirait ; un messager de ce qu'il cherchait !  

       Un poisson, comme l'on représente Jésus : Ièsous Christos Théou Uios Sôtèr - Jésus Christ Fils de Dieu Sauveur - sur les mots grecs dont les initiales forment cet autre mot grec : "ICTUS", "poisson" (en rappelant, comme vous le voyez sur l'image ci-dessous, que le "u" majuscule s'écrit "Y" - "i"grec - et donnera donc des noms scientifiques tels que "l'Ichtyologie", l'étude des poissons).

    ICHTUS


         Un poisson lumineux, comme cette "lumière" du Logos brillant dans l'obscurité que les  ténèbres n'ont pu saisir, et qu'évoque le prologue de l’Évangile de Jean dont j'ai parlé ici et que j'ai illustré au bas de cet article.

         Mais il ne pouvait y avoir d'aboutissement à cette histoire. Le seul aboutissement était d'en sortir. De tourner les pages du livre et de le refermer en ramenant la main droite sur la main gauche jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien entre les deux mains... D'abandonner donc l'héroïne à son "rêve" et de la laisser partir elle aussi comme ayant été "posée là" pour les seuls besoins du rêve.

    Livre ouvert

         D'un rêve à un autre rêve, tourner d'autres pages... Les trouver grises et striées de larmes mais les tourner. Les trouver gaies et couvertes de couleurs, mais les tourner. Les voir parfaites, éblouissantes, et les tourner. Retrouver soudain des montagnes de graffitis obscurs et sinistres, souffrir de leur laideur ; mais les tourner encore et encore, lentement et paisiblement. 

            Ne pas s'effrayer des pages remplies d'images morbides et résonnant de cris d'horreur ; ne pas s'attarder aux pages lumineuses et pétillantes de rires d'enfants. Les tourner encore, comme les pages d'un beau livre, un beau livre où l'histoire s'écrit instant après instant, d'une écriture magique et sublime - sans nous cependant. Avec notre seul regard de lecteur compatissant ou enthousiaste.

            Nous nous étions tant pris au jeu que nous étions descendus dans l'histoire. Enfants prodigues, nous avions oublié que ce n'était qu'un récit que notre Mère nous racontait de sa voix douce et limpide, uniquement pour nous bercer.

        Mais au moment où nos yeux se ferment nous respirons de nouveau Son Souffle et découvrons qu'il ne s'est jamais rien passé et que nous sommes toujours sur Son Cœur... 

     

    Image du net

     

     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 4 Mars 2016 à 13:37

    Une belle histoire pleine de symboles..Merci !

      • Vendredi 4 Mars 2016 à 13:50

        wink2  Belle journée malgré la pluie, Gazou !

    2
    Vendredi 4 Mars 2016 à 16:51

    Le monde tourne autour de nous, nos pensées tournent dans notre tête et pas facile de maîtriser nos émotions face à tout cela et pourtant ne serons-nous que des spectateurs face à une illusion !

    Joli récit Aloysia

      • Samedi 5 Mars 2016 à 21:41

        Merci, ma chère Danaé. money

    3
    Vendredi 4 Mars 2016 à 19:12

    La vie rêvée, c'est ainsi.

    Bisou Aloysia.  smile

      • Vendredi 4 Mars 2016 à 19:15

        Une vie de rêve ? Oui, certainement... Bises, Jamadrou.

    4
    Vendredi 4 Mars 2016 à 20:49

    les papas aussi lisent des histoires et prennent leurs enfants sur leur coeur. 

    Je suis prête à écouter une autre histoire. Cela permet de voir les choses différemment. Bises

      • Vendredi 4 Mars 2016 à 21:07

        Oui, les papas aussi ! glasses  Bises, Durgalola.

    5
    Samedi 5 Mars 2016 à 15:02
    Daniel

    J'en ai tourné des pages dans ma vie. Mais à chaque fois il s'en présente une nouvelle tout vierge ! Il va falloir que je la remplisse !

      • Samedi 5 Mars 2016 à 15:36

        Pas besoin de te fatiguer : elle se remplit bien toute seule ! Bises, Daniel.

    6
    Dimanche 6 Mars 2016 à 10:08

    il y en a eu des pages et encore d'autres à venir ? bon dimanche

    7
    Dimanche 6 Mars 2016 à 10:13
    Et d'autres à venir sans doute Witney... Bises !
    8
    Dimanche 6 Mars 2016 à 19:56

    je vois que ton chien est têtu et obstiné ... la mienne aussi (d'ailleurs à la SPA il nous l'avait dit)... 

    avec l'âge (8 ans) elle se calme un petit peu ... Si le chat s'entend avec le chien (c'est pas gagné) et avec Durga (c'est pas gagné) nous le garderons. 

    Bises et bonne soirée 

      • Dimanche 6 Mars 2016 à 20:52

        La mienne est une fox, et c'est le caractère du fox qui est ainsi. Mais elle est capable par ailleurs d'être adorable et mignonne comme tout avec moi... Il est difficile de faire s'accorder chiens et chats s'ils n'ont pas été élevés ensemble bébés.

    9
    Lundi 7 Mars 2016 à 14:15
    Sabine la pèlerine

    Les histoires nous imprègnent bien plus qu'on ne le pense, elles habitent nos mémoires, nos émotions et nos repères aussi !

    Elles sont un marché de saveurs, empli de choses, d'événements qui, plus tard, nous appartiendront et que nous léguerons à notre tour ...

    Elles sont aussi parfois un vrai "bout de nous", de notre propre histoire, que nous sommes entrain de vivre ou ignorons encore ....

    Elles sont ...les réponses, les chemins à suivre ou à éviter ...!

    Non, elles sont tout sauf anodines .........IMMENSE bisou : sabine. 

      • Lundi 7 Mars 2016 à 16:39

        Histoires qui sont nous-même, en apparence ! Bises, Sabine.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :