• Soir de novembre

     




    La pluie martèle sans pitié
    De fines gouttelettes
    La véranda brouillée de pleurs
    Les branches dénudées
    Agitent leurs bourgeons d'hiver
    Comme des ongles décharnés
    Et le vent souffle violemment
    Dans un mugissement sourd
    Sur les arbres qui plient

    Le soir est triste et détrempé
    Le ciel est gris décoloré
    La nuit descend comme un fantôme

    Novembre règne
    Vieillard sauvage
    Dans ses haillons


     
     

  • Commentaires

    1
    Jeudi 3 Décembre 2009 à 12:00
    Triste temps mais magnifique poème.


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :