• Nocturne, de César Franck


       Domi évoquait aujourd'hui sur son blog une très belle mélodie d'un certain Carl Bohm de moi inconnu (compositeur et pianiste allemand, 1844-1920) qu'elle avait eu l'occasion d'interpréter avec bonheur dans sa jeunesse : "Still wie die Nacht" (que l'on peut entendre aussi ici avec le texte plus détaillé dessous). Le poète y évoque l'amour que doit éprouver sa bien-aimée envers lui : "Paisible comme la nuit, Profond comme la mer, Doit être ton amour"...

     

    mere-veilleuse.jpg
    Toile d'Annie Lauro

       Magnifiée par l'ajout d'un orchestre et même de chœurs, cette mélodie évoquant la paix nocturne m'en a aussitôt rappelé une autre datant de la même époque et que j'avais eu la chance d'entendre interprétée par une immense cantatrice sous une forme également orchestrée, mais en français cette fois : le Nocturne de César Franck (1822-1890).

     

    christa-ludwigChrista Ludwig


      Composée sur un poème de Louis de Fourcaud (1851-1914), elle était chantée par Christa Ludwig, soprano dramatique que j'ai découverte en Allemagne au Festival de Bayreuth, puis que j'ai retrouvée à Paris à l'occasion d'un merveilleux récital ; et l'accompagnement écrit initialement par César Franck pour le piano était confié à l'Orchestre de Paris sous la baguette de Daniel Barenboïm, grâce à l'orchestration qu'en avait conçue l'élève de César Franck Guy Ropartz - musicien breton dont j'ai souvent parlé sur ce blog.

        En voici le texte :

     

    Ô fraîche Nuit,
    Nuit transparente,
    Mystère sans obscurité ;
    La vie est noire et dévorante,
    Ô fraîche Nuit,
    Nuit transparente,
    Donne-moi ta placidité.

     

    Ó belle Nuit,
    Nuit étoilée,
    Vers moi tes regards sont baissés ;
    Éclaire mon âme troublée,
    Ô belle Nuit,
    Nuit étoilée,
    Mets ton sourire en nos pensers.

     

    Ô sainte Nuit,
    Nuit taciturne,
    Pleine de paix et de douceur ;
    Mon coeur bouillonne comme une urne,
    Ô sainte Nuit,
    Nut taciturne,
    Fais le silence dans mon coeur.

     

    Ô grande Nuit,
    Nuit solennelle,
    En qui tout est délicieux ;
    Prends mon être entier sous ton aile,
    Ô grande Nuit,
    Nuit solennelle,
    Verse le sommeil en mes yeux...

     

    Louis de Fourcaud

     

       Ne trouvant pas cet enregistrement sur le net, j'ai essayé de transférer en mp3 la vieille copie cassette que j'en possède. Le résultat est moyen, mais je vous le propose tout de même.

     

          (Nocturne de César Franck)
    Deux enregistrements en sont encore disponibles, si mes recherches sont exactes, l'un sur un album consacré à César Franck (chez amazon, il s'agit du disque original repiqué sur CD), et l'autre dans une compilation d'oeuvres variées interprétées par Christa Ludwig (à la Fnac) 


    douce-nuit-etoilee

     
     
     

  • Commentaires

    1
    Mercredi 16 Janvier 2013 à 12:00
    Bonjour Je te souhaite un très bon mercredi Nos amitiés bises Qing&René


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :