• La magie du ciel étoilé


         Qui n'a pas rêvé devant un ciel étoilé, contemplant les formes des constellations et cherchant à s'y repérer ? Ces magnifiques arabesques dans la nuit semblent un invitation à observer, à imaginer...

           C'est pourquoi sans doute les visiteurs - et surtout les enfants - se pressent devant les planétariums, dont une formule particulièrement mobile vient d'être mise au point, permettant aux médiathèques et centres de loisirs de les accueillir pour des périodes variables.

    planetarium1


       C'est cette sorte d'"igloo" gonflable qui est venu se poser pour la durée du mois de mai dans le hall du Centre Culturel d'Issoudun, aux frais de la médiathèque qui y effectue chaque samedi et chaque mercredi après-midi
    une projection publique (sans parler des séances proposées sans doute aux scolaires), avec la description sommaire des différentes positions stellaires et planétaires observables actuellement.

    Planetarium


       Le dôme est assez imposant, comme vous pouvez le constater sur cette photo prise chez nous par la Nouvelle République du Centre-Ouest (9 mai 2011), et cependant il est entièrement porté par une ventilation, un peu comme une montgolfière (sauf que celle-ci est fraîche !). Pour entrer on se faufile entre les rondins comme pour entrer dans le ventre d'un mère... spécial mais indispensable pour créer la nuit, féerie féminine par essence. Les enfants sont ravis. Sur notre image la bibliothécaire en charge du multimedia, Martine L., prévient qu'il ne faut pas être claustrophobe mais qu'il y aura une belle surprise à la fin.

    Projecteur-cieletoilé


        À l'intérieur du dôme, où l'on doit s'asseoir par terre en cercle le long des rondins - comme dans une yourte ! - cet étrange projecteur est construit de manière à inscrire les étoiles, le soleil et les planètes à leurs places respectives, et à tourner en suivant le plan de l'écliptique au long d'une nuit complète pour un observateur terrestre. Au petit jour, trois planètes alignées apparaissent peu avant le soleil : Jupiter, Vénus (conjointe à Mercure, mais l'image les projette comme un cercle unique) et Mars... Pourrions-nous vraiment les discerner au ras de l'horizon, vers 6 heures du matin ? Voici en tous cas l'image qu'en a saisi cet observateur sous les tropiques il y a une quinzaine de jours (ce qui explique que Vénus, planète assez rapide, était
    alors en tête : elle se trouve aujourd'hui avec Mercure entre Jupiter, qui n'a guère bougé, et Mars, qui a descendu plus lentement ; et par contre le soleil lui aussi est plus bas, et la lune ne se trouve plus dans les parages !).

         Pour terminer, Martine nous a offert un conte, singulièrement proche de nos préoccupations actuelles, et qui relate la "naissance" de la Grande Ourse : c'était la surprise annoncée.

     

        Il y avait un jour une jeune fille qui vivait avec sa mère dans une contrée où sévissait une sécheresse sévère ; si sévère que les hommes, les animaux, les plantes, se desséchaient et mouraient peu à peu. Voyant que sa mère allait de plus en plus mal, la demoiselle partit avec une cruche en quête d'une source afin de la sauver, et elle chercha très longtemps, si longtemps qu'elle en trouva. Elle remplit donc sa cruche et se mit en devoir de rentrer pour offrir l'eau à sa mère.

       Mais voici qu'en chemin elle rencontra un homme mourant de soif... et pleine de compassion elle lui offrit de l'eau, et le sauva. Elle poursuivit sa route, mais un peu plus loin elle vit un vieillard, presque mort de soif ! N'écoutant que son bon coeur, elle fit de même pour lui. Repartant, après quelques centaines de mètres, elle trouva un troisième individu, et ne put lui refuser son eau.  Et la chose se reproduisit ainsi en tout sept fois...

        Au bout de la septième fois elle s'inquiéta, car il ne lui restait presque plus rien ; mais c'est alors qu'un chien assoiffé bouscula la cruche et en but goulûment les dernières gouttes !

        Le conte affirme alors que Dieu, ému, déchaîna sur la terre des torrents de pluie bienfaisante, puis inscrivit dans le ciel le souvenir des sept hommes qu'elle avait sauvés sous la forme des sept étoiles de la Grande Ourse, auprès desquelles une petite étoile s'ajouta pour représenter l'âme du chien.

     

       Une belle histoire que nous accueillîmes avec enthousiasme, avant de nous extraire petit à petit de notre poche de nuit, qui bientôt s'effondra pour devenir...

    Planetarium-mediathèque


    ... ceci !

       

     

     

  • Commentaires

    1
    Tivoune
    Lundi 16 Mai 2011 à 12:00
    Nous avons déjà eu ce planétarium, ou un de ce type, à Fontainebleau; nous avions beaucoup apprécié le spectacle magnifique qu'il offre dans un si petit cocon. Les enfants, qui avaient 7 et 10 ans étaient émerveillés !! Bisous


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :