• L'innocence


       J'ai souvent cité quatre tarots : le Marseille, le tarot des secrètes Dakinis de Nik Douglas et Penny Slinger, le tarot Zen d'Osho et le Tarot de la transformation, d'Osho également mais que j'ai acquis dans son ancienne présentation de "tarot de Rajneesh". Ce sont les seuls que j'utilise en variant suivant le besoin du moment et ce sont vraiment des supports très riches, notamment les trois derniers qui avec leur livret d'accompagnement permettent une introspection efficace dans le cadre d'un travail sur soi.

         J'aimerais aujourd'hui vous présenter une carte tirée du Tarot d'Osho dit "de la Transformation".



    Rajneesh-22-L'innocence

     

    L'innocence

       C'est une notion dont je viens d'éprouver la puissance... Beaucoup plus élevée que la notion de "dévotion" que je mettais initialement au premier plan.

        Dans la carte du même tarot qu'il intitule "la Dévotion" précisément, Rajneesh met en garde le candidat à l'amour divin en ces termes : 

    « Si vous voulez devenir comme Meera [une princesse indienne éperdue de dévotion] il vous faudra d'abord assouvir vos besoins d'affection humaine. Sinon, votre Dieu ne sera qu'une illusion, un produit de votre imagination, une projection de vos désirs refoulés. »

      

        Et en effet, le mot "innocence" porte dans sa composition toutes sortes de résonances profondes qui permettent d'aller beaucoup plus loin, même s'il est associé comme l'autre à celui de "folie" dans l'amour.

          Avec son  étymologie - de "in" privatif, et "nocere", causer du tort à quelqu'un, nuire -, ce terme évoque la qualité d'un être quasi transparent, qui ne touche rien et que rien ne touche... Qualité bien illustrée par ceux que l'on appelle innocents et qui sont comme des étrangers en ce monde, des "inadaptés". Dans le "massacre des innocents" perpétré par Hérode à la naissance de Jésus, on les assimile aux tout petits enfants, aux nouveaux-nés !

           Et pourquoi les nouveaux-nés sont-ils innocents ? Parce que rien du monde ne les a encore touchés. Ce qu'on appelle le péché du monde, ce sont tous les attachements que l'on se crée en s'incrustant petit à petit dans un univers de mensonge. Un innocent est un peu identique à l'agneau de Dieu : il se laisse immoler sans même s'en apercevoir. Il ne connaît encore ni la vie, ni la mort, en quoi serait-il donc affecté ? Il disparaît comme il est apparu.

         Mais écoutons le commentaire d'Osho pour cette carte. On y trouve d'abord en italique le résumé de ce qui est à retenir ; puis vient le récit qui s'y associe : une évocation de François d'Assise, car dans ce tarot l'enseignant se réfère aux traditions mystiques du monde entier sans restriction de culture aucune.

      « Le coeur peut parler au rocher. Ce mystère est révélé par l'amour absolu. Devenez fou dans votre cœur.

        Aujourd'hui, Saint François d'Assise serait sans nul doute enfermé dans un asile psychiatrique. Il parlait aux arbres et demandait à l'amandier :

      -  Mon frère, comment vas-tu ?

      Actuellement, on ne vous laisserait pas dire à un arbre :

      - Chante-moi les louanges du Seigneur !

      Et encore moins entendre l'arbre chanter. Vous subiriez un traitement médical. Saint François s'entretenait avec la rivière et les poissons lui répondaient. Il parlait aux rochers. Faut-il une preuve de plus pour diagnostiquer la folie ?

         Il était fou, mais n'aimeriez-vous pas être comme lui ? Imaginez ce que cela doit être d'entendre chanter un amandier, d'avoir un cœur qui reconnaît des frères et des sœurs dans les arbres, qui bavarde avec les pierres, qui voit Dieu partout sous des formes innombrables. Un tel cœur est plein d'amour absolu, car seul un amour sans limite accède au mystère de l'existence. Aux yeux de l'intellect, ce n'est que délire.

       Pour moi, rien d'autre n'a vraiment un sens. Si vous le pouvez, devenez fou, un fou du cœur. »

    Osho Rajneesh, le Tarot de la Transformation, éd. Véga


          Oui, mais pour cela il faut d'abord savoir être muet ; et écouter. Bien écouter.


    Chakra du coeur


          L'une des qualités principales du chakra du cœur, le chakra anahata, est l'écoute.  L'un des indices de son ouverture est l'aptitude au silence. 

          François d'Assise s'était construit un ermitage dans la montagne et il avait coutume de méditer chaque jour dans une grotte. Le fait de renoncer au monde et de méditer n'implique ni le développement du mental, ni la fermeture de l'esprit ; au contraire ce doit être le signe d'un profond abandon de soi, abandon de sa propre identité tel que la fraternité avec toutes les choses de la vie devient une parfaite évidence.

         La "folie" dont parle ici Rajneesh est en plutôt le fait de redevenir simple : un simple d'esprit, de ceux que Jésus appelait "les pauvres en esprit".

        Un innocent, quoi... 

     

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 25 Mai 2015 à 11:23

    Bonjour Aloysia, c'est vrai qu'on aimerait être "innocent" comme le bébé qui vient de naître et qui n'a encore subi aucune influence. Le sens innocent ne veut pas dire pauvre d'esprit, mais au contraire ouvert à tout.

    Nous sommes trop dépendants des idées des hommes qui ont vécu autrefois en se disant qu'ils ont vécu et qu'ils ont raison. Il faut se forger nos opinions propres et cela bien sûr au cours des expériences de notre vie. On se pose beaucoup de questions auxquelles on n'a pas de réponse ! Alors essayons de vivre notre vie du mieux possible dans l'amour des autres et "après" on aura la réponse !!!!!!!!

    Bises Aloysia, j'aime beaucoup ton blog et ne suis pas la seule.

     

     

     

     

     

    2
    Lundi 25 Mai 2015 à 12:32

    Coucou Aloysia

    Un joli billet qui me fait plaisir.

    St François d'Assise est un petit bonhomme qui me plaît bien, si je le rencontrais sur mon chemin j'aimerais tant parler doucement avec lui.

    Bon lundi Aloysia

    3
    Lundi 25 Mai 2015 à 13:50

    Ton article de ce jour est superbe. J'ai toujours pensé que la folie est ce qui sauve. Bien sur pas la folie maladive qui affecte l'être mais la folie douce.

    J'ai du changer mon ginkgo biloba de place dans le jardin pour lui trouver une place où il sera mieux mais surtout pour mettre ma croix celte. Il a un peu souffert et je lui ai demandé pardon pour l'avoir bousculé et depuis je lui parle pour accompagner sa remise en forme. De plus il est sous mes yeux quand je suis sur le pas de ma porte. Je parle aussi au petit oiseau quand il sautille devant moi sur les chemins. Mais je suis saine d'esprit ... du moins je le pense ^^

    C'était la première fois que je marchais avec les deux bâtons. Pour la suite j'en achèterai à nouveau et je les ai toujours.

    Belle journée Aloysia

    Bisous 

    4
    Lundi 25 Mai 2015 à 14:52

    Alors là mesdames, votre réaction me plaît.Oui j'aime aussi St François d'Assise lorsqu'il parlait aux oiseaux, j'en avais même fait une statuette ! Et puis parler aux plantes comme tu le fais Océanique, ce n'est pas être fou. Je suis sûre que la plante le ressent et voila le secret pour que ton jardin soit épanoui aini que ton aloe vera! C'est pareil pour Aloysia, elle prend soin de son lilas et l'an prochain il aura de belles fleurs.

    Excuse-moi Aloysia, pour ce petit intermède.

    5
    Lundi 25 Mai 2015 à 15:11
    renee

    Etre fou est entendre les arbre je voudrais bien mais paradoxalement je ne souhaite pas retrouver cette fameuse innocence qui me mettrais à la portée de tout les mauvais. Bisessssss

    6
    Lundi 25 Mai 2015 à 17:01

    Chères Danaé, Jamadrou, Océanique et Renée, vous me comblez de joie... ! Comme vous le voyez j'ai essayé de redonner quelques couleurs à ce blog qui s'étiolait un peu, et je suis heureuse s'il vous plaît ! Oui, François d'Assise est un personnage inspirant que l'on aurait aimé rencontrer et à qui Olivier Messiaen a consacré un opéra mystique vraiment extraordinaire.

    Ainsi, Océanique, tu as toi aussi un Ginkgo Biloba, comme Jamadrou ? Quelle chance vous avez ! Moi, comme le dit Danaé, j'ai trois lilas et un cerisier ; mais ce n'est déjà pas mal, car je les aime et ils me le rendent bien, avec la profusion des fleurs et de fruits ; et j'aime à converser également avec les arbres des petits bois voisins, qui m'ont souvent soutenue et réconfortée lorsque j'étais dans le doute. Je discute également avec les oiseaux, pour cela ils sont très bavards dans le coin en ce moment ; mais celle avec qui je n'ai pas encore réussi à parler, c'est la rivière... Les rivières du Berry ne me sont pas très familières, un peu épaisses, lourdes, obtuses. Pour les pierres, je ne dis pas : certains rochers de Fontainebleau sont de très intéressants interlocuteurs ! Enfin, vous êtes d'accord avec moi, le propos de Rajneesh a déjà progressé dans nos petites têtes d'occidentaux, et c'est bien.

    Renée, je comprends ton inquiétude devant la méchanceté de certaines personnes. Mais on peut se montrer simple et ouvert tout en se ménageant quelques défenses contre les personnes mal intentionnées - comme les roses qui ont des épines ! Ah, bien sûr, c'est bien peu de chose et le mieux est, comme François, de s'en remettre à ce Dieu qui protège ses enfants et les mène, quoi qu'il arrive jusqu'à la Demeure parfaite où ils vivront à jamais heureux et en paix...

    7
    Mardi 26 Mai 2015 à 10:18

    hello, je viens de lire enfin ton mail sur eklablog où je ne suis pas souvent, plutot sur ob..Bonne journée

    8
    Mardi 26 Mai 2015 à 11:12

    Il me semble que l'on raconte des histoires concernant ce François... mais les hommes aiment bien les légendes comme ça... souvent ils préfèrent cela à la pure vérité...

    Sincèrement

    Jean

    9
    Mardi 26 Mai 2015 à 14:57

    Oui, Jean, j'avoue que Rajneesh arrange un peu les histoires à sa sauce... Jamais on ne nous a dit que Saint François parlait aux pierres et aux ruisseaux ; mais ce n'est pas grave : faisons comme si !

    10
    Mardi 26 Mai 2015 à 21:05

    j'ai lu avec intérêt ton article - Saint François est un saint que j'aime beaucoup. 

    Quand ma petite fille est née, j'étais en admiration devant son innocence.

    Bises

    11
    Mardi 26 Mai 2015 à 21:17

    C. Trungpa est également artiste (il a pratiqué l'ikebana, la poésie, la photographie ...) bises

    12
    Mardi 26 Mai 2015 à 21:18

    Merci de ces précisions, chère Durgalola. 



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :