• "Et le Verbe s'est fait chair", de Théophile de Wallensbourg


         Je voudrais aujourd'hui partager avec vous une découverte musicale que je viens de faire. 

         Il s'agit de l'interprétation du Prologue de l’Évangile de Saint-Jean par Théophile de Wallensbourg. 

     

           Une audition musicale est un excellent support de méditation, surtout lorsqu'elle a été conçue dans ce but comme c'est le cas ici, c'est-à-dire lorsqu'elle s'ajuste aux versets avec clarté et de façon linéaire, sans fioriture inutile mais en soulignant simplement ce qui doit l'être.

         L'auteur a choisi d'utiliser la version latine du texte, sans doute par fidélité à la tradition catholique plus usitée dans la musique occidentale, et il s'est s'arrêté au verset n°14 : "Et Verbum caro factum est" ("et le Verbe s'est fait chair"), qu'il a conservé comme titre de son oeuvre - une commande de Christophe Chauvet, directeur des chœurs et de l'orchestre de chambre de Senlis.

          Je joins donc sous cette vidéo pour l'usage de ceux d'entre vous qui voudront bien écouter l'oeuvre, le texte correspondant avec sa traduction française telle que je la conçois... J'ai mis entre crochets un passage qui, semble-t-il, est omis dans cette interprétation musicale.

       Vous trouverez à cette page une traduction officielle directement issue du latin, mais je précise que j'ai préféré m'inspirer du texte grec et de l'éclairage qu'en donne le site "spiritualité orthodoxe" (descendez la page mise en lien pour trouver les commentaires, puis le texte du prologue avec la traduction du grec expliquée).

     

      

    1. In principio erat Verbum et Verbum erat apud Deum et Deus erat Verbum.

      - Dans le principe originel était le Verbe et le Verbe était tourné vers Dieu et le Verbe était Dieu. 

    2. Hoc erat in principio apud Deum. 

      - Il était dans le principe originel tourné vers Dieu. 

    3. Omnia per ipsum facta sunt et sine ipso factum est nihil quod factum est. 

      - Tout fut par lui et rien de ce qui fut ne fut sans lui.

    4. In ipso vita erat et vita erat lux hominum. 

      - En lui était la vie et la vie était la lumière des hommes. 

    5. Et lux in tenebris lucet et tenebrae eam non comprehenderunt.

      - Et la lumière brille dans l'obscurité et l'obscurité ne s'en est pas emparée.

    6. Fuit homo missus a Deo cui nomen erat Iohannes. 

      - Il y eut un homme envoyé de Dieu ; son nom était Jean.

    7. Hic venit in testimonium ut testimonium perhiberet de lumine ut omnes crederent per illum. 

      - Il vint en témoin pour rendre témoignage de la lumière afin que tous croient par lui.

    8. Non erat ille lux sed ut testimonium perhiberet de lumine. 

      - Il n'était pas la lumière mais c’était pour rendre témoignage de la lumière. 

    9. Erat lux vera quae illuminat omnem hominem venientem in mundum. 

      - Cette lumière était la véritable, celle qui illumine totalement l’homme arrivant dans le monde. 

    10. In mundo erat et mundus per ipsum factus est [et mundus eum non cognovit.] 

      - Il était dans le monde [et le monde était advenu par lui [et le monde ne l'a pas connu.] 

    11. In propria venit et sui eum non receperunt. 

      - Il est venu chez lui, et les siens ne l'ont pas reçu. 

    12. Quotquot autem receperunt eum dedit eis potestatem filios Dei fieri his qui credunt in nomine eius, 

      - Mais à ceux qui l'ont reçu il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, ceux qui croient en son nom, 

    13. Qui non ex sanguinibus neque ex voluntate carnis neque ex voluntate viri sed ex Deo nati sunt. 

      - Qui ne sont pas nés du sang ni d'un vouloir de chair ni d'un vouloir d'homme, mais de Dieu.

    14. Et Verbum caro factum est et habitavit in nobis et vidimus gloriam eius, gloriam quasi unigeniti a Patre, plenum gratiae et veritatis. 

      - Et le Verbe s'est fait chair et il a fait en nous sa demeure et nous avons vu son rayonnement, rayonnement qu’il doit à son Père comme Unique-Enfant, rempli de grâce et de vérité. 

     

    Shiva



  • Commentaires

    1
    Dimanche 17 Janvier 2016 à 15:24

    Une belle musique méditative, et une très belle interprétation aussi.

      • Dimanche 17 Janvier 2016 à 16:22

        Oui, on sent qu'ils sont imprégnés de leur texte et que la musique les touche.

    2
    Dimanche 17 Janvier 2016 à 17:01

    Comme le dit Carole, une musique qui pousse à la méditation et qui est "habitée" par les interprètes. Amitiés.

      • Dimanche 17 Janvier 2016 à 17:18

        Amitiés, chère Ariaga.

    3
    Dimanche 17 Janvier 2016 à 17:15

    Une musique très reposante et des images d'églises ortodoxes avec de belles icônes. Merci Aloysia

      • Dimanche 17 Janvier 2016 à 17:20

        Oui, les images orthodoxes s'accordent bien avec cette musique très habitée côté "coeur".

    4
    Lundi 18 Janvier 2016 à 09:49

    Rien de ce qui se fait, ne se fait sans Lui

    Bon début de semaine Aloysia !

      • Lundi 18 Janvier 2016 à 15:17

        Merci Fontaine ; tu es la seule à m'avoir parlé du Texte... money

    5
    Lundi 18 Janvier 2016 à 11:02

    Oui, c'est pas trop mal comme musique et comme chant et selon les circonstances je pourrais écouter...

      • Lundi 18 Janvier 2016 à 15:17

        Bonjour Jean. Ce qui est important, c'est surtout de bien entendre les paroles.

    6
    Lundi 18 Janvier 2016 à 16:50
    Daniel

    J'aime beaucoup. Je me recueille et j'écoute !

      • Lundi 18 Janvier 2016 à 19:02

        money  Bisous Daniel.

    7
    Lundi 18 Janvier 2016 à 18:51

    Oui parmi toutes les âmes qui partent chaque jour certaines nous touchent et font nombres. Je l'ai revue le 27 décembre à Lyon et je savais que c'était la dernière fois.

    Je reviendrai écouter la musique et lire ton beau texte.

    Bisous Aloysia

      • Lundi 18 Janvier 2016 à 19:06

        Bien sûr ; en ce moment, il part des personnes particulièrement attachantes et c'était le cas de ton amie. Bises, Océanique.

    8
    Lundi 18 Janvier 2016 à 20:50

    j'ai lu une première fois ce texte et je reviendrai le relire ; il le mérite. C'est une traduction différente. 

    J'ai appris ce matin que l'église catholique s'appuyait sur l'apôtre Pierre (oui je savais) , l'église orthodoxe sur l'apotre André (mais là non !).

    bises froides

    je reviendrai pour écouter la musique aussi. Plutôt mercredi - demain je ne serais pas là l'après midi. 

    Bises 

      • Lundi 18 Janvier 2016 à 22:06

        La musique n'est qu'un prétexte pour approfondir le texte... dont je médite depuis un bon moment les multiples traductions et les différentes significations. En effet j'ai étudié le latin et le grec de façon suffisamment approfondie pour pouvoir m'y sentir à l'aise, mais il y a aussi tous les commentaires de gens beaucoup plus autorisés que moi en la matière. Et je me demande bien comment était la version originale : j'ai beau chercher de tous côtés, impossible de trouver dans quelle langue il a été rédigé à l'origine ! Était-ce en grec ? Oui, en cherchant, nous n'avons pas de manuscrits antérieurs à la version grecque... C'est donc actuellement la meilleure.

    9
    Mardi 19 Janvier 2016 à 15:48

    Aujourd'hui, j'ai grand regret d'annoncer que je vais stopper le blog... je suis à 591 articles en 9 ans, et je suis un peu au bout de mes ressources, sinon à reprendre ce que j'ai déjà fait. je suis aussi un peu fatigué, car 'jy passe 2 heures par jour... je sais que je vais avoir un grand vide et un grand regret car sans se connaitre on se connait tout de même un peu... et avec mon "bon Dieu" vous avez tous été si compréhensif avec moi... un grand merci pour tous ces partages...

    sincèrement

    Jean

      • Mardi 19 Janvier 2016 à 16:16

        Je te comprends tout à fait mon cher Jean, mais je te fais mon pari que tu le ressentiras le premier, ce vide. Bravo en tous cas pour toutes les merveilles que tu y as déposées. 

    10
    Mardi 19 Janvier 2016 à 16:29

    Saint Jean est la personnification de la sagesse divine,  le médiateur de la parole divine . Les paroles de Jean seraient le reflet de la lumière, seraient le miroir net de l'activité de dieu, la vraie image de sa bonté?

    Le temps, l'espace n'ont pas lieu d'être tout se passe dans l'immédiateté, la parole est dieu, l'homme spirituel est lumière et il ressent une grande présence.

    Je me souviens de ces paroles de Phène me disant à propos de l'intitulé de mon site: "Assise sur la borne du temps..."

    cette borne qui indique qu'il n'existe aucune distances de soi à Soi.

    Tout cela me dépasse...mais je ne chercherais pas si je ne savais qu'un jour j'avais déjà trouvé.

    Le langage ne peut pas tout dire, la musique comme la lumière éclairent à la frontière du silence et de l'invisible suscitant l'action du plus intime de l'être , sentir alors le Soi resplendir dans le plus anodin quotidien c'est peut-être ça en fait "l'art de Vie"?

      • Mardi 19 Janvier 2016 à 17:04

        Merci, Ma chère Jamadrou, pour la beauté de tes paroles... Oui, tout ce que tu dis est juste, tout ce que tu ressens est vrai. La seule douleur est de continuer à se sentir séparée quand on sait que ce n'est pas vrai. Alors quand j'écoute ce prologue je me sens comme un plongeur qui a mis un tuba pour pouvoir respirer l'air qui est au-dessus. Etre "dépassée" mais respirer quand même, voilà le but... Et cela devrait être simple pourtant ! Pourquoi mettre un tuba quand c'est le même océan partout??

    11
    Mardi 19 Janvier 2016 à 18:42

    je voulais t'envoyer ici la photo de ma première fleur de camélia mais je n'y arrive pas....zut zut zut!

      • Mardi 19 Janvier 2016 à 18:58

        Si, si, je l'ai... money Merci.... Il est superbe !!!!

    12
    Mercredi 20 Janvier 2016 à 16:14

    chacun cherche à trouver les mots originaux (les traductions modifient toujours). Puis quand on lit les textes à la suite, on voit des incohérences. aussi suivant la personnalité de ceux qui ont écrits (les évangélistes ou des proches ou des successeurs ayant rassemblé les mots et ensuite les arrangeant selon les personnes à qui ils sont destinés). La Vérité est ce qui "suinte" de la lecture. (pour moi). 

    Je te cite l'extrait (le pape François, l'église que j'espère - entretien avec le père Spadaro).. Il (François) a appelé Bartholémée 1er "mon frère André" (en effet, tout comme l'évêque de Rome est le successeur de Pierre, le patriarche de Constantinople se réclame de l'apôtre André, frère de Pierre) ...

    Il me reste à lire le prologue de Jean (j'ai la bible de Jérusalem, mais pas la nouvelle traduction). Pour moi, uniquement suivi deux années de latin.. 

    Bises 

     

      • Mercredi 20 Janvier 2016 à 16:46

        Moi aussi j'ai la Bible de Jérusalem, elle me convient tout à fait, je la préfère à certaines versions trouvées en ligne. Par contre quand on fouille le net on trouve la traduction de Saint-Augustin, qui systématiquement commence par "Dans le principe". Et en effet, cela m'a alertée ! Comme c'est écrit, cela ne peut pas pouvoir dire "au commencement", cela se dirait autrement. Il y a "dans", indiquant une localisation permanente, pas de notion de temps. Et comme tu dis, ce qui compte ce ne sont pas les mots que l'on utilise mais "ce qui suinte" !! Chacun est guidé vers ce qui lui convient. Et je reconnais que je ne peux me satisfaire d'aucune de mes traductions successives et que finalement la formule commune  me paraît acceptable, car c'est au-delà des mots... 

         

    13
    Jeudi 21 Janvier 2016 à 11:13

    Très belle musique...Merci !



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :