• Détachement


            Mercredi 10 mai à 21h44 la Lune, depuis la constellation du Scorpion, s'opposera au Soleil situé dans celle du Taureau.

             Les heures qui précèdent, durant lesquelles la tension énergétique sera à son comble, pourraient donc être consacrées à travailler sur le détachement - signification essentielle de cet axe astrologique traditionnellement associé à la possession (Taureau) et à la dépossession (Scorpion).

     

    Image du net

     

            Pierre Lassalle dans son livre "Astro-thérapie" préconise de se concentrer, au niveau du ventre (second chakra), sur une idée, une croyance ou encore un bien matériel, une personne à laquelle nous nous sentirions "trop attaché", et de la faire remonter (si c'est une idée ou une croyance sous forme d'un symbole, si c'est une personne ou un bien sous forme d'une image) jusque dans notre cœur (4e chakra), afin de ressentir la futilité de cette dépendance ; car la plénitude éprouvée dans le cœur prouve alors que nous n'en avions aucunement besoin.

             L'évocation d'une "idée" ou d'une "croyance" m'a frappée.

           En effet, n'associons-nous pas toujours l'idée de "détachement" aux choses matérielles - biens ou personnes ? Ne vivons-nous pas essentiellement dans un univers d'images objectivées, ne nous intéressant qu'à celles qui nous semblent graviter autour de notre personne ? Les blogs en particulier présentent continuellement des sujets d'intérêt "extérieur" : observation de la nature ; lecture ; petits travaux ; études ou connaissances... Tout ceci peut être flanqué de l'adjectif possessif : "mon" jardin, "mes" photos, "mes" livres, "mes" travaux, "mes" découvertes, "mes" voyages... Quand on n'y ajoute pas un copyright.

           Mais, toujours tournés vers ce qui nous entoure, savons-nous seulement qui nous sommes ? Nous sommes-nous demandé qui est le possesseur, et s'il est bien une "personne" ? Qui est ce "je" cherchant à se détacher de ce qui, parfois, le blesse ?

           Puisqu'il dit "mon corps", il n'est pas le corps.

           Puisqu'il dit "ma vie", il n'est pas les évènements ayant jalonné cette histoire qu'il mémorise et sur laquelle il s'attarde avec nostalgie ou amertume.

           Puisqu'il dit "mes œuvres", "ma famille", il n'est aucune de ces choses, et disant aussi "mes pensées", "mes émotions", "mes expériences", "mes actions", il sait que celles-ci le quittent et, même s'il les rencontre souvent, qu'elles peuvent s'évanouir et donc ne le définissent pas.

            S'il fait parfois effort pour se détacher de telle ou telle chose c'est uniquement parce qu'il croit en souffrir ; or la psychologie des profondeurs a montré que les scénarios de vie se répétaient, et qu'à peine débarrassé d'un attachement douloureux, l'on retombe dans un autre.

            Pourquoi ? Parce que l'on n'attaque pas le mal à la racine.

            Ce n'est pas de telle ou telle chose qu'il faut se débarrasser, mais de l'idée même que l'on se fait de soi ; puisque nous ne sommes ni le corps, ni les pensées, idées ou perceptions qui s'y associent, c'est de notre conception même du monde ambiant que nous devons nous détacher.

             Les orientaux racontent à ce sujet une histoire très évocatrice.

    Serpent

     

      Imaginez que vous marchez sur une route déserte à la sortie d'un village, en Inde, dans une région chaude, à la tombée du jour. Il ne fait plus très clair et vous êtes à peine chaussé, pieds nus ou en petites sandales. Soudain, sur le chemin poudreux, une ligne sinueuse vous apparaît sur le sol. Aussitôt, vous bondissez en arrière : un serpent ! Terrifié vous êtes prêt à faire demi-tour tant vous savez ceux-ci dangereux dans cette région. Mais voici qu'un passant approche et vous rassure : "Mais non ! ce n'est qu'une vieille corde qui traîne là depuis quelques jours..." Et l'attrapant il vous la met sous le nez. Vous réalisez alors votre méprise et riez de bon cœur.

     

          Cette histoire montre la force de la pensée, de l'imagination ; notre esprit étiquette tout ce qu'il perçoit, le pare de qualités, et c'est par notre jugement et nos croyances uniquement que le monde devient cette machine à souffrir, puis à mourir.

          Du moins, c'est ce qu'affirment les sages qui disent que l'univers est pure illusion. Si nous sommes ce corps affublé d'un nom et d'une histoire, alors oui nous sommes fragiles et condamnés à mourir tôt ou tard. Mais si nous ne le sommes pas ? Qui sommes-nous donc ? La conscience de soi - le "je" - n'est-elle que le produit de la vie qui anime ce corps ? Mais alors, d'où vient la vie ? La question mérite d'être posée et pour cela, pourquoi ne pas apprendre à se détacher également de tout ce qui peut être accompagné de l'adjectif "mien" (corps, pensées, perceptions, émotions, actes, etc...) ?

           C'est en tout cas ce que préconise dans la tradition bouddhiste mahāyāna le Sutra du Coeur, affirmant que tout est vide de réalité propre, qu'il s'agisse des perceptions, des sensations ou des pensées comme de toute activité de la conscience ; et que donc comprenant que tout est illusoire, autant le cycle de l'existence que toute quête de connaissance, les bodhisattvas sont libérés de toute peur et atteignent l'éveil parfait à leur nature véritable.

           Une autre histoire nous permet d'illustrer cette idée.

     

    Mirage


          C'est celle d'un individu qui se promène, cette fois encore dans une région tropicale mais plutôt en Afrique, du côté du Sahara. Il décide contre l'avis des habitants de la région de traverser seul à pied un large territoire désertique, inconscient des dangers encourus dans ces régions brûlées par le soleil.

         Il se met en route au petit matin et marche une bonne partie de la journée, épuisant rapidement sa gourde et bien vite terrassé par la chaleur et la sécheresse. Dans l'après-midi, il est près de succomber à la déshydratation quand enfin il aperçoit au loin l'oasis dont il rêvait : des cases ! des palmiers ! de l'eau ! Vite il se précipite mais ne peut l'atteindre et tombe évanoui... C'est un touareg de passage qui heureusement le ramasse et le transporte  jusqu'à son campement, pour le ranimer et le réconforter enfin.

          Un mirage ! En effet il n'y avait rien du tout, et sans cet homme providentiel notre ami mourait sur place.

        

        Voilà ce qui arrive lorsque l'on court vers l'illusion ! Et pourtant, c'était bien ce qu'il avait perçu. Il l'avait VU ! Mais comment ne pas comprendre que nos sens nous trompent ? Lorsque nous rêvons, il nous arrive aussi d'être certains de vivre quelque chose et de percevoir des sons, des sensations tactiles très vives. Pourtant à notre réveil nous avons la preuve du contraire.

         De plus, ce "je" qui se réveille était présent dans le rêve ! Il pensait avoir un corps, mais ce n'était pas le même que celui que nous retrouvons au réveil et qui dormait ! Ainsi, certaines personnes racontent faire des voyages dans d'autres dimensions lorsqu'elles dorment, ou sous anesthésie ou encore lors de morts passagères (NDE) : le "je" se promène, affublé de différents corps plus ou moins immatériels et vit des aventures un peu partout. Mais sont-elles réelles ?? Comment tenir pour réel ce qui change sans cesse ?

            Seul le "je" ne change pas.

           Donc, de quoi devrions-nous chercher à nous détacher pour vraiment saisir le mal à la racine ? À l'évidence, de tout ce qui n'est pas ce "je" totalement pur et primordial et dont il nous faut au préalable réaliser l'inventaire.

              Évidemment, "détacher" ne veut pas dire "faire disparaître".

            Dans la première histoire, la ligne sinueuse n'a pas disparu : elle a seulement cessé de faire peur, ne s'appelant plus "serpent" mais "corde" ; ici, il s'agit de se détacher d'une identification abusive, d'une croyance erronée.

          Dans la seconde histoire, l'effet est simplement inverse. Le mirage non plus terrorisant mais salvateur pourra sans doute apparaître à nouveau mais cette fois l'homme averti saura qu'il est trompé et qu'il ne s'agit que d'une illusion : il ne courra pas vers lui pour trouver l'eau dont il a besoin.

           De même, cessons de prêter foi au choses du monde, alors que le bonheur et l'amour ne sont que les attributs de notre Être Véritable et n'ont leur source qu'en nous.

     

     

     

         


  • Commentaires

    1
    Mardi 9 Mai à 11:36

    Très intéressant ton article à lire 

    Je te souhaite une journée remplie de lumière 

    Perso je n'étiquette pas ce que je vois , ni ne touche à sa valeur marchande mais plus au feeling naturel comme tu le sais je n'ai que foi en moi à laquelle je crois wink2mais je respecte toute façon de penser tant qu'elle n'est pas malsaine ni sectaire, je préserve  ma liberté d'être moi-même ,  de respirer et je voudrais que le monde ait un présent acceptable 

    Je me suis régalée à te lire car par contre étant autodidacte , tout est nourriture d'esprit après j'en garde que ce qui me plait 

    @+

      • Mardi 9 Mai à 16:23

        Rose, c'est toi qui es dans le vrai, et obtenir ta compréhension me remplit de joie. Notre véritable Nature connaît tout ce qu'il y a à connaître, et toute science acquise par l'esprit n'est que ruine de l'âme.

    2
    Mardi 9 Mai à 13:38

    Ton billet m'a beaucoup plu...  On va travailler sur ce détachement de soi...

    Bisous Aloysia

    Béa kimcat

      • Mardi 9 Mai à 16:26

        Merci Kimcat. Mais "travailler" ne veut pas dire se donner des buts épuisants et contraignants... Les petites histoires que j'ai évoquées traduisent toutes la pensée première que loin de se compliquer la vie on se la simplifie, on trouve libération et soulagement !  Bisous et bonne journée ensoleillée.

    3
    jamadrou
    Mardi 9 Mai à 15:54

    l'attachement serait une dépendance?

    peut-être pas.

     la vie n'est qu' attachements successifs, qui sont comme des étapes pour nous apprendre progressivement à nous détacher, à nous libérer, pour accéder à une possible  rencontre avec notre Vraie Nature

      • Mardi 9 Mai à 16:29

        Jamadrou, il me semble que tu confonds "attachement" avec "affection"... Car l'attachement est par définition, non seulement une dépendance, mais pire, un esclavage. Se détacher est essentiel, ne serait-ce que pour avoir une vision claire ( = "couper le cordon ombilical"). Maintenant, travailler constamment à se libérer des différents attachements successifs que nous rencontrons est une possibilité mais qui va conduire un jour certainement au "ras-le-bol" salutaire permettant de tout lâcher ! Bises et belle fin de journée en ton jardin fleuri.

    4
    Mardi 9 Mai à 20:30
    Durgalola
    Se détacher ... oui ... les habitudes d'appropriation sont ancrées. Comme beaucoup, je parle de mon mari, mes enfants.... bises et merci
      • Mardi 9 Mai à 20:41

        Note qu'il est difficile de changer notre façon de parler... Mais c'est notre façon de penser qu'il faut changer.

        Bises, Durgalola !

    5
    Robert
    Mercredi 10 Mai à 02:10

    Je suis heureux de relire ce texte plein de sagesse avant d'aller me coucher

    Le détachement... ... ... un bon travail sur soi. Merci Martine

      • Mercredi 10 Mai à 08:31

        Et à toi, Robert, je suis si heureuse de dire toute ma gratitude au réveil... ! money

    6
    Mercredi 10 Mai à 21:03

    Traduction d'un poème (de Me Huong hai) sur le non attachement:

    L'hirondelle traverse le grand espace
    Son ombre s'immerge dans l'eau froide
    L'eau n'a pas l idée de retenir la trace
    L'hirondelle n'a pas à coeur de garder l'image...


      • Mercredi 10 Mai à 21:52

        C'est très beau... Merci Binh An.

    7
    Jeudi 11 Mai à 08:52
    Daniel

    Pas évident, mais pourtant, le détachement est une attitude saine. Je m'y emploie régulièrement( avec difficulté) mais je m'aperçois que je deviens de moins en moins réactif, que je prends du recul et donc que m conscience s'ouvre un peu plus. Mais le chemin est long...C'est tout l'intérêt de ma vie !

      • Jeudi 11 Mai à 09:33

        Tu dis vrai, Daniel ; on s'y emploie, mais combien on a du mal !

    8
    Jeudi 11 Mai à 09:21

    Bonjour Aloysia, Il est très utile de ne pas marquer trop d'attachement aux choses de la vie car au moment de franchir le grand pas, il ne faudrait pas être perturbé par l'arrachement à ce qu'on aime, puisqu'il faudra bien tout quitter !!! Bises 

      • Jeudi 11 Mai à 09:34

        Tu es la sagesse même, Danaé... La mort est l'ultime enseignante, dont se sont réclamés tous les grands sages.

    9
    Vendredi 12 Mai à 15:31

    Un moment de sagesse et de réflexion c'est le meilleur des médicaments contre le ras-le-bol ...

      • Vendredi 12 Mai à 15:53

        Contre le ras-le-bol ? De quoi ?? happy

    10
    Jeudi 25 Mai à 11:32

    Le simple bon sens nous enseigne que rien ne dure en ce monde. Les choses y apparaissent puis disparaissent une fois leur cycle achevé. Il en va ainsi de tout et de notre corps en particulier. Le fait de s'identifier à ce corps, aux biens matériels, s'il fait le bonheur des romanciers et des auteurs de cinéma,  engendre immanquablement la souffrance. A considérer cela, on est évidemment comme pris de vertige. Qui suis-je ?

    Mes amitiés

    Alain

      • Jeudi 25 Mai à 14:00

        Merci Alain, pour ton passage et ta compréhension de ma pensée.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :