• Apparition


           Certains d'entre vous ont peut-être été désarçonnés l'autre jour en lisant que les pieds du Maître représentaient l'Univers entier (voir ici) et que la totalité de la manifestation n'était jamais que l'ongle de l'orteil de Dieu, de cet Être infini qui est la seule Réalité.

           Mais comment être libéré si ce n'est en prenant conscience de l'insignifiance de ce que nous sommes et de ce qu'est le monde face à l'immensité de l'Être ? L'Univers, la Vie, ne sont qu'une somme de perceptions et de pensées surgies on ne sait comment de la Conscience suprême ; une "apparition spontanée" selon Nisargadatta Maharaj et un rêve ou un simple jeu pour bien d'autres ; et de même qu'elle est marquée par la dualité, de même ayant eu un commencement elle aura une fin.

            Aussi, pourquoi ne pas en profiter dans la joie, en nous éveillant à cette chance extraordinaire que nous avons de ressentir, d'expérimenter ? En nous la Conscience divine se projette et se contemple, c'est pourquoi nous sommes appelés "ses enfants".

     

               Voici une série d'images relatant cette merveilleuse aventure. Il s'agit de montages que j'ai confectionnés à partir d'images du net, en me souvenant que la Pleine Lune de mercredi était aussi celle du Wesak, celle qui rappelle la venue puis le départ et surtout l'Illumination du Bouddha.

    *

       Au commencement (avant que nous n'apparaissions) était l'infini de l'Être absolu.

     

    Être suprême

       

           Mais voici que de cet Être magnifique surgit un Lotus dans lequel Il se mira.

     

    D'après un tableau d'Altayr


       Alors apparut au Cœur du Lotus un Joyau ...     

     

    Naissance

     

           Et ce fut l'Univers ! La Vie !

     

    Naissance

     


         Si vous activez ce lecteur de musique, vous entendrez le thème splendide de Rachmaninoff (1) qui a inspiré tant de compositeurs de musiques de film (particulièrement John Barry pour Somewhere in Time) et déborderez peut-être de gratitude.

          Pourtant, il faut savoir qu'il n'avait fait que retourner (et donc reproduire à l'envers) le thème agité et grinçant de Paganini qui était le sujet de son œuvre ; et qu'au début puis à la fin de cette Rhapsodie il ajoute une citation du Dies Irae, thème chanté depuis le moyen-âge aux messes de Requiem et représentant la terreur devant la mort (voir ici).

          Eh oui ! L'Ineffable ! La Beauté absolue, l'Amour parfait, tout le monde essaie de l'exprimer ! Tout le monde voudrait les dire, les chanter, les crier ! Mais personne n'y parvient ; car chacun n'en exprime qu'une partie... Et ainsi, c'est la Totalité qui les exprime, c'est l'immensité des choses qui crie la Beauté et l'Amour, dans un ensemble où Vie et Mort, Joie et Douleur, Puissance et Faiblesse sont indissolublement liées.

          ... Et ce n'est qu'un claquement de doigts dans le rêve de Dieu ; un sourire furtif, l'éclair de la Lumière.

              Et nous sommes Cela.

     



    (1) Rachmaninoff, Rhapsodie sur un thème de Paganini, Variation n°18 qui clôt la partie centrale de l'oeuvre.


  • Commentaires

    1
    Samedi 13 Mai à 03:13

    Coucou dans la nuit,

     

    On tend vers la beauté suprême, vers le merveilleux, l'ineffable... Sans y parvenir et pour cause. Cela est hors de notre portée. ce sera pour après, de l'autre côté de notre vie présente...

    "Et ce n'est qu'un claquement de doigts dans le rêve de Dieu ; un sourire furtif, l'éclair de la Lumière.

              Et nous sommes Cela."

    Ce  Tout qui fait la vie, est passionnant et effrayant aussi parfois.

    Bises amicales

    smile

      • Samedi 13 Mai à 14:09

        Merci, chère Martine de la nuit, pour ce regard qui réfléchit le mien.

    2
    gazou
    Samedi 13 Mai à 08:01

    nous ne pouvons exprimer qu'une parcelle de Beauté et il faut que nous soyons reliés pour l'exprimer plus pleinement...

    Bonne journée Aloysia

      • Samedi 13 Mai à 14:11

        Mais nous sommes reliés ! Bises chère Gazou.

    3
    Samedi 13 Mai à 08:03

    Regarder la vie avec les yeux de la passion 

    Le bonheur en selfie comme le reflet de sa personnalité 

    La nature nous le permet 

    Quand l'homme ne la griffe pas 

    Bisous et bonne fin de semaine 

      • Samedi 13 Mai à 14:13

        Le reflet de la personnalité est un bien faible reflet, mais comme tout est reflet, accueillons cette mosaïque avec ses griffures ! Cela prouve qu'elle est vivante.

    4
    Samedi 13 Mai à 18:23

    Seuls nous ne sommes rien ! C'est pourquoi il faut s'unir à la conscience universelle !

    Bises Aloysia, merci pour cette évolution que tu nous montres par les images.

      • Samedi 13 Mai à 18:29

        Merci Danaé, de ton écoute et de tes remarques toujours précieuses.

    5
    Samedi 13 Mai à 19:13

    Ton billet est de toute beauté Aloysia...

    Nous sommes si petits dans l'Univers...

    Bisous et bonne soirée

      • Samedi 13 Mai à 21:39

        Nous sommes petits mais ce qui nous relie est si puissant ! Merci Kimcat. Bisous !

    6
    Dimanche 14 Mai à 01:16

    J'aime beaucoup ta conclusion.

    Et merci aussi pour la musique de Rachmaninov - et les intéressantes précisions que tu donnes sur sa composition.

      • Dimanche 14 Mai à 10:13

        Merci Carole. Je pensais à toi en évoquant Rachmaninov... Ces citations du Dies Irae sont très nettes et sont la stigmatisation de l'aspect un peu "hystérique" de Paganini, que Rachmaninov se plaît à contrer magnifiquement dans en particulier cette 18e variation.

      • Dimanche 14 Mai à 10:28

        De plus (je découvre cette oeuvre en ce moment...) ce "dies Irae" lui sert de "second thème", car il a bâti la rhapsodie un peu comme un concerto, en 3 mouvements principaux.

    7
    Dimanche 14 Mai à 08:24

    J'aime beaucoup ton billet. Si riche. Belles compositions, quelle oeuvre d'art la dernière, les dits si profonds et la merveilleuse rhapsodie, un peu courte ici, je vais la chercher sur le net et l'écouter ....
    Merci Aloysia, bon dimanche !

      • Dimanche 14 Mai à 10:14

        J'ai utilisé celle-ci (téléchargée et coupée) : Denis Matsuev et l'orchestre de Russie.

        Merci de tes appréciations sur mes travaux qui m'ont occupée deux jours durant et m'ont absorbée autant qu'un véritable travail de peinture ! Je n'étais pas équipée pour travailler en direct mais j'ai fait tout comme...

        Bon dimanche à toi également !

    8
    Dimanche 14 Mai à 10:11

    Il y a toujours quelque chose d'important à méditer dans tes billets. Merci et amitiés.

      • Dimanche 14 Mai à 10:14

        Comme dans les tiens, chère Ariaga. smile   Bon dimanche !

    9
    Dimanche 14 Mai à 14:03
    Durgalola
    C'est beau ce que tu dis. Toutes les petites parties s'unissent et se multiplient. Bises
      • Dimanche 14 Mai à 15:53

        Sont unes et se démultiplient à l'infini dans une diversification infinie.

    10
    Lundi 15 Mai à 09:15

    Imaginer dans l'océan de la vie une seule vague

    Mais voir chaque vague caresser la plage et repartir dans un ensemble parfait avec toutes les vagues en union en fusion. Quand l'homme mettant de côté son égo comprendra que seule l'union fait la force l'harmonie naitra même et surtout avec toutes les différences.

    Belle journée Aloysia

    Bisous

      • Lundi 15 Mai à 09:30

        L'océan est la plus belle image, c'est pourquoi tu es si à même de comprendre cela, chère Océanique. Affection.

    11
    Lundi 15 Mai à 15:42
    durgalola

    tes premières lignes me font penser à une anecdote entendue vendredi devant la cathédrale de MEtz ; Guillaume 2, empereur d'Allemagne, est représenté dans la statue de Daniel. Les statues sont debout et un ou deux pieds, ressort du support pour marquer leur puissance. 

    LEs habitants de Metz, résistants, ont coupé le morceau de pied (ne supportant pas l'annexion de la Lorraine). Et il y a quelques années, la cathédrale a été au fur et à mesure réhabilité et on a remis le bout de pied manquant. D'anciens messins n'ont pas apprécié du tout. 

    bises

    statue de Daniel (avec visage Guillaume 2)

      • Lundi 15 Mai à 16:37

        Merci de la découverte, chère Durgalola !

    12
    Robert
    Lundi 15 Mai à 19:45

    Merci Chère Martine pour ce texte si riche  de beauté, de force et de sagesse

    Cette étincelle de Vie dans cet instant d'éternité

    Je t"embrasse en te souhaitant une bonne fin de journée

    13
    Mardi 16 Mai à 08:56
    Daniel

    Tous le jours je tente de me communiquer à l'univers. Je vais dans ma salle de yoga et je m'assois en tailleur. C'est un moment important pour moi de la journée.

      • Mardi 16 Mai à 10:05

        C'est important, certes, mais de quel univers parles-tu ? Si c'est de l'univers extérieur c'est un peu peine perdue. Et si c'est de l'univers intérieur, alors le vrai challenge est de rester connecté encore après la méditation ; car si ce n'est qu'une fois par jour à 10h du matin ce n'est vraiment pas la peine.

    14
    Mercredi 17 Mai à 11:10

    C'est bien d'être désarçonné. rien de plus mortel que l'immobilisme. Comme le disait Stéphane Lupasco, l'immobilité c'est la mort.

      • Mercredi 17 Mai à 13:36

        Il faut être désarçonné de la mobilité et de l'immobilité ; notre Vérité et au-delà !

    15
    Mercredi 17 Mai à 11:39

    Pour info en copié-collé, petite rectification sur mon blog. La photo du nid de tiques a été changée :

    http://kimcat1b58.eklablog.com/le-nid-de-tiques-a130152412

    On m'a signalé que la première photo que j'avais jointe à mon article était celle d'une sorte de myxomycète appelé « champignon tapioca ».... 

    Voir lien suivant :

    https://hoax-net.be/ceci-nest-pas-un-nid-de-tiques/

    Marre de ces informations mensongères !!!

      • Mercredi 17 Mai à 13:36

        En effet ça ressemblait bien à un champignon !! Merci Kimcat.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :