•  
            L'horizon s'assombrit...
    Un mail circule avec ce texte, tiré de La République, l'oeuvre majeure de Platon (Livre VIII) :


          « Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus au-dessus d'eux l'autorité de rien ni de personne, alors c'est là, en toute beauté et en toute jeunesse, le début de la tyrannie. »

     

    Image tirée du site

     

         Si le philosophe écrivait déjà cela  vers 370 av. J.C., ce n'est pas par une prescience extraordinaire des temps modernes, mais par l'observation des choses déjà présentes en son temps ; et comme tout se reproduit cycliquement à l'identique, selon des lois certaines inhérentes à la nature de l'humain, incapables que nous sommes de tirer les leçons de l'histoire, nous rencontrons aujourd'hui la même situation.

         Je suis bien placée pour remarquer que dans les écoles, non seulement la plupart des jeunes ne respectent plus rien et n'acceptent même plus de se mettre à travailler ou même à lire, mais qu'encore dans les pires cas, les parents eux-mêmes prennent le parti de leurs enfants et vont jusqu'à insulter les professeurs ! Au mieux, on trouve des parents dépassés qui se laissent mener par le bout du nez par de vrais petits démons... Et à qui la faute ?!

          J'en vois deux :

          - Les films ou dessins animés à la gloire des enfants-héros, qui donnent constamment raison à ceux-ci contre leurs parents (voire : font passer les parents pour des idiots !!).

         - La société de consommation qui cible les jeunes comme consommateurs de choix et oblige les parents, grâce à des fêtes imposées de plus en plus nombreuses (Halloween, Noël, Pâques, Mardi gras...) à les gâter plus que de raison.

         En fait, tout est toujours une question d'argent, à la base.

        Et nous allons mourir de cela, si on ne réagit pas (n'est-ce pas la Bête à dix cornes de l'Apocalypse ?), pour basculer... dans la Planète des Singes, tiens, pardi.

     

         Voyez plutôt :


    (si vous ne pouvez lire le diaporama, téléchargez-le, puis éventuellement cliquez ici et téléchargez la visionneuse)

     

     

    1 commentaire
  •  
             Heureusement pour nous, car il est lumineux et chaleureux, et contient donc tout ce dont nous avons besoin aujourd'hui ! !
     

     

    Envoyé sur ce blog par Lyriann, je le pousse doucement vers :

    Marlou
    Aime paix
    Patrick
    Jean-Baptiste
    Ghost
    Clémentine,

           en espérant qu'ils ne l'ont pas déjà reçu et qu'ils accepteront de poursuivre cette "promenade du nuage" vers six autres candidats...
     
     

    1 commentaire
  •  

     Bourges la nuit
    Photo Jean-Pierre Gilbert (gilblog)  


         Étroite rue montante
         En pavés inégaux
         Vers une cathédrale
         Et je bascule hors temps
     

        Je l'emprunte et voici
        La maison du luthier
        Des odeurs de vernis
        Emplissent mes narines
     

        Le tablier jauni
        Les cheveux en bataille
        L'artisan me sourit
        Dans l'atelier obscur éclairé d'une lampe
       Au chaud miroitement
     

        Des crins d'archets y pendent
        Et des formes galbées attendant l'assemblage
        Reposent dans les coins
        De hautes contrebasses
        Un violoncelle ambré dépouillé de ses cordes
     

        Et l'odeur de la colle ou de la colophane
        Et celle des vernis qui imprègnent le bois
        Pénétrantes et douceâtres
        M'enveloppent et me grisent
        Les larges établis couverts de vieux outils
        Et les petits violons
        Qui pendent au plafond
        Tout me fait chavirer
     

        Une antique fenêtre ouvre sur une cour

        Pavée de pierres grises
        Entre des murs austères
        Et soudain retentit le son grave et pensif
        D'une cloche tout près
        La cathédrale est là puissante et protectrice
     

        Je suis au moyen âge
        Dans un cocon de rêve
        Très loin avant les temps
        Que l'on prétend « modernes » et qui ne sont qu'éteints
        Au tréfonds d'un passé où dans le cœur des villes
        Lorsqu'on gravit les rues

        Juste en dessous de Dieu qui règne dans la pierre
        Il y a l'Instrument qui vibre dans le bois
        Afin de Le chanter.

     

          Nota : ce poème s'inspire de la boutique de Jacky Gonthier située rue Bourbonnoux à Bourges, mais aussi de deux autres boutiques de luthiers que j'ai visitées, l'une à Orléans juste en montant vers la cathédrale, et l'autre à Tours, non loin de celle-ci.  

          Ce qui rend les instruments à cordes si attachants, c'est qu'il y a un contact charnel et sensible avec l'instrument dans son dépouillement et sa fabrication. On les fabrique comme des poupées, on les habille, on les pare... Et cet art qui tient de la magie se plaît en compagnie des vieilles pierres et de la spiritualité.

     

    1 commentaire
  •  


    Instant cheminée
    Instant posé sur les braises craquantes
    Aux formes rougeoyantes entre cendre et charbon
    Qui fusent d'étincelles

    Instant crépitement
    Bois léché par la flamme et qui meurt lentement
    Épuisé de caresses et lové dans les bras
    Des chenets femmes-sphinx

    Instant détente
    À la chaleur brûlante émanée du brasier
    Dont s'enrobent les bûches accouplées à nos pieds
    Dans leur niche noircie

    Instant d'incandescence
    Où le regard rougi par le feu qu'il reflète
    Peu à peu se dissout dans le vague et s'apprête
    À plonger dans le rêve

     
     

    1 commentaire
  • Tag

      
      Taguée par Rose !!

     

        Je sais que ce principe agace certains, mais cependant je vais m'y plier, puisque selon moi c'est une forme de partage et d'échange tout à fait sympathique... à condition toutefois que les questions me conviennent.

         Celles-ci sont... disons, sans prétention mais j'avoue tout de même que je sèche un peu, car 2008 n'a pas été pour moi une année transcendante, loin de là. Vous verrez que je cite davantage les gens de ma famille que moi.

     

          Citer 5 choses à retenir de 2008 :

    1 - La gentillesse de Catherine, qui m'a aidée dans mon travail durant toute l'année.

    2 - Les retrouvailles de mon amie Lucienne avec son frère, au Liban.

    3 - Robert qui se remet à faire plein de projets et s'achète un piano à queue.

    4 - Le stage enfin décroché par le copain de ma fille où il a été brillant.

    5 - Ma fille aînée devenue nourrice agréée.

     

         Citer 5 choses à oublier de 2008 :

    1 - Le stress épouvantable de l'automne, où j'ai eu tout sur le dos pendant un mois et demi, suite à l'absence puis à l'accident de mon amie.

    2 - Le coup-fourré des impôts qui m'a ruinée et empêchée d'aller en vacances.

    3 - L'été pourri et la note d'eau pour une piscine qui n'a pas servi.

    4 - Le fait que le stage du copain de ma fille n'a été suivi d'aucune promesse d'embauche.

    5 - Que je n'ai jamais été capable de faire un régime amaigrissant.

     

         Citer 5 choses à faire en 2009 :

    1 - Prendre ma retraite.

    2 - Ne pas déclarer ma fille à ma charge pour éviter de nouveaux problèmes avec les impôts.

    3 - Marcher davantage.

    4 - Faire ou écouter davantage de musique.

    5 - Faire un bon régime et perdre au moins 10 kgs.

     

         Je choisis 5 blogs pour continuer la chaîne :

        (S'ils le souhaitent, et s'ils n'y ont pas déjà répondu !)

    Clémentine
    Crépusculine
    Babou
    Catharina
    Aimepaix

           Bises à tous, et bonne année 2009...

     

                 

     

     

     

    1 commentaire