• Le Voyage d'un Papillon

     
        Parlons un peu du "Voyage d'un Papillon", composé en 1985 à la demande de membres d'Amnesty International.

        Robert Bichet est un farouche défenseur des droits de l'homme. Rien ne le révolte plus que le racisme, la violence, la torture. Il s'est jeté tout en entier dans ce projet, bâti autour des images du calendrier dessiné cette année-là pour Amnesty International par Jean-Michel Folon.

      

    Le Voyage d'un Papillon
    De ce calendrier, on ne trouve plus aujourd'hui que
    ce livre illustré.
    Mais sur le site ci-après on trouve de belles images très proches.


        Cette année-là, en tant que directeur du Conservatoire d'Issoudun chargé d'animations dans les écoles, Robert avait entamé avec des institutrices de maternelle un grand travail de fabrication d'instruments et d'utilisation de percussions avec des tout-petits. Il décida de les utiliser dans sa musique, en leur expliquant bien de quoi il s'agissait :
        "C'est un papillon qui est retenu dans des fils de fer barbelés ; et cela lui fait très mal, au papillon, cela lui déchire ses ailes... Mais à la fin, on enlève les barbelés, et le papillon s'envole, très haut, très haut vers le ciel bleu, si bien qu'à la fin on ne le voit plus..."

        Voici ce que cela donne :

    Le Voyage d'un Papillon 

    Concert donné dans l'église d'Issoudun : tout en dirigeant l'orchestre des élèves et des professeurs du Conservatoire, Robert brandit des pancartes représentant l'instrument dont les enfants doivent se servir.


    Le Voyage d'un Papillon
    Au fond, derrière l'orchestre, on voit les enfants assis à leurs pupitres avec leurs maîtresses, a
    vec devant eux les boîtes contenant leurs objets sonores (photos de Martine Geoffroy,  journaliste au Berry Républicain).
    L'image peut être agrandie.
     

     

        Voici le début de l'oeuvre, qui dresse l'atmosphère de la première partie : "Souffrance". Tout y exprime l'angoisse, les appels au secours, les chaînes, la douleur. Les enfants frottent sur des boîtes de conserves qu'ils ont eux-mêmes arrangées.

     

        Au milieu, un récitant (ici, le comédien Bernard Martin) se lève et énonce les droits de l'homme.


    Le Voyage d'un Papillon 
    Au fond à gauche vous apercevez les amplificateurs des Ondes Martenot, un instrument particulièrement aimé de Robert Bichet, qui sont toujours tenues par Francesca Paderni.
    (Photo M. Geoffroy)

     
        Alors commence la troisième partie : "Liberté". Tout un univers de ciel bleu s'ouvre, et comme un point qui diminue on voit le papillon qui se noie peu à peu dans un océan de bonheur. Les enfants soufflent dans des appeaux qui évoquent les oiseaux et la lumière. Vous constaterez que Robert Bichet, plus contemplatif que jamais comme dans sa poésie, fait tenir interminablement les notes, comme pour évoquer l'inaltérabilité du ciel.

     
     
     
     
     

  • Commentaires

    1
    Mercredi 12 Juillet 2006 à 12:00
    C'est MA-GI-QUE!je n'en reviens pas, quel climatcette première partie comme elle dit la douleur,quel figuralisme dans de la musique de nos jours, mais pourquoi diable n'entend-on pas plus souvent jouer Robert en concert?Ìl faut lui faire sa promotion!!!


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :