• Il faut cultiver notre jardin



    Il faut cultiver notre jardin
    (Page titre de la première édition)

     

    « Il faut cultiver notre jardin »,
    disait Candide à la fin du conte de Voltaire.

          Lorsque j'étais élève de  lycée, c'est une des citations que notre enseignante nous avait fait noter en priorité sur notre agenda personnel, en guise de viatique. Elle ironisait un peu en nous la dictant,  mais aujourd'hui je pense que c'est peut-être la chose la plus importante que j'aie noté dans ma vie. À l'heure actuelle, avec cette accélération exponentielle de la société de consommation, je dois dire qu’elle m’apparaît comme une des leçons les plus utiles que j’aie reçues. 
     
           Car le pauvre Candide souffre tant, endure tant d’épreuves, que rien ne peut nous arriver de pire qu’à lui, même si la société d’aujourd’hui a changé ; or la solution qu’il adopte à la fin est toujours valable aujourd’hui... à condition bien sûr d’avoir un petit jardin, ce dont je remercie le ciel, puisque je l’ai enfin depuis cette année !
        (Gravure accompagnant l'une des premières éditions de Candide)
     
     
        Lorsque tout va mal, que je me suis battue avec la voiture, l’ordinateur, le téléphone portable, la circulation, le compte en banque, le boulot ingérable, les appareils qui ne fonctionnent plus… à en perdre le sommeil, une seule chose peut me remettre sur les rails : m’occuper un peu de mes arbres, de mes fleurs. Cela dit, si je n’en avais pas, cela pourrait être remplacé par une marche dans la nature ! Mais c’est un peu plus difficile : il faut en avoir le temps, en trouver l’endroit.

        « Cultiver notre jardin », cela peut se comprendre de multiples manières, et c’est là le génie du philosophe.

    Tout d’abord on pourrait comprendre : « s’occuper de ses oignons » ; car à vouloir se heurter à la société on est parfois si échaudé que l’on se dit (en d’autres termes) : « Vivons heureux, vivons caché ». C’est une première interprétation.

    Ensuite, cela pourrait vouloir dire :  « Il faut cultiver ses propres potentialités », au sens de son jardin intérieur ; et là, au fond, c’est la solution offerte à ceux qui vivent en ville, dans des appartements : pour se ressourcer, ils vont s’asseoir à une table à la lueur d’une lampe, et ils vont écrire… de la poésie, du roman, des pensées, qu’importe ! Ou bien, ils vont jouer d'un instrument de musique, ou encore ils vont danser, faire de la poterie, peindre ou dessiner au fusain… Ils cultiveront ce qu’ils ont en eux, leur jardin secret. C’est une seconde interprétation.

    Mais enfin, il y a l’interprétation au sens littéral, de s’occuper de la Terre. Aujourd’hui, pourquoi sommes-nous si mal ? Parce que la planète va mal !

              Et que pouvons-nous donc faire de mieux, sinon nous occuper d’Elle ?
     
            Or lorsque nous nous occupons de ce qui ne rapporte rien – de nos potentialités profondes, de la Nature en nous - , nous nous occupons d’Elle aussi.
     
          Bien sûr, répartiront certains, Voltaire avait mis ces mots dans la bouche de Candide à titre de boutade, simplement, pour montrer à quel point il était « optimiste » (puisque c’est le sujet du Conte), et savait se trouver des travaux utiles jusque dans les pires situations.
     
         Mais pour moi, Voltaire reste un écologiste avant la lettre, car il rappelle, avec son ironie habituelle, que notre ancrage se situe dans la planète, qui nous porte et qui nous nourrit.   


            Je lui rends aujourd’hui hommage.

     

    Il faut cultiver notre jardin

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Mélodie
    Jeudi 12 Avril 2012 à 12:00
    Je ne suis pas d'accord avec l'affirmation de l'ironie de Voltaire quant à la célèbre formule "il faut cultiver notre jardin". Au contraire, elle apparaît à la fin de l'apprentissage de Candide, quand celui-ci est débarassé de la philosophie de Leibniz. C'est une nouvelle philosophie, qui est pour Voltaire plus juste et surtout plus concrète car elle pousse à une action réalisable pour améliorer la vie de l'individu et la société en général.


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :