• Vérité


       Les enseignements orientaux nous impressionnent, car plus mystiques que nous les asiatiques ont su conserver la quintessence de la Vérité que nos traditions occidentales ont abâtardie ou galvaudée.

        Cependant, même si les écrits bouddhiques ou védiques nous paraissent enrichir et nourrir notre quête intérieure, nous butons souvent sur l'enveloppe culturelle qui les accompagne, qu'il s'agisse de la conception des dieux et de la  religion, ou de la représentation du monde, de la matière et de la vie sociale. Il nous faut intégrer une tout autre civilisation pour bien pénétrer le sens de certains passages.

         C'est alors que le retour aux textes chrétiens fondateurs nous apparaît auréolé d'une lumière nouvelle.

    Papyrus de l’Évangile de Jean


           Jésus reçut-il un enseignement venu d'Orient ? On peut se poser la question quand on considère à quel point son message, totalement adapté à notre compréhension, est cependant parfaitement identique dans son essence au message oriental. 

         Mais il est vrai que Jésus n'a pas écrit lui-même et est encore le produit d'autres interprètes. De plus, l'extrait que j'ai l'intention d'évoquer ici ne le concerne pas directement en tant que personnage historique, puisqu'il s'agit du prologue de l’Évangile de Jean, que j'ai eu le bonheur de retrouver en langue grecque, qui fut je pense celle d'origine. 

       Les orientaux évoquent la puissance de certaines formules qu'ils appellent mantras, et parmi elles l'une a notamment une renommée particulière, c'est le fameux Joyau dans le Lotus Om Mani Padme Hum »). 

          Or, si l'on en croit ce site orthodoxe l’Évangile de Jean serait comparé à une Perle (ce qui est bien l'équivalent d'un lotus en beauté) et son superbe Prologue en serait le Joyau ! Ne peut-on pas en conclure que certaines de ses phrases pourraient être méditées exactement comme des mantras ?
     

     

    Lotus

     

         Voyons donc lesquelles. Je vais pouvoir vous en donner l'original en grec (c'est-à-dire vous en afficher le graphisme complet, esprits, accents et iotas souscrits inclus ce qui sinon est pratiquement impossible) grâce au site évoqué ci-dessus. J'utilise également un peu leur traduction, mais en l'orientant selon la compréhension que je vais vous détailler. 

     

    Ἐν ἀρχῇ ἦν ὁ λόγος, καὶ ὁ λόγος ἦν πρὸς τὸν θεόν, καὶ θεὸς ἦν ὁ λόγος.
    Dans le Principe était la Parole, et la Parole était tournée vers Dieu, et la Parole était Dieu.

      " Ἐν ἀρχῇ" (prononcez "enn arkè") est communément traduit par "à l'origine", soit "au commencement". C'est une interprétation. Cependant, quel commencement peut-il y avoir pour l'Éternité ? L'Éternité n'a ni commencement, ni fin. Par contre il y a un Principe premier, ce que Jésus nomme le Père, et en Lui est contenue la Parole. Le texte latin dit bien de toutes façons : "In principio".

        On traduit généralement le terme "o Logos" par "le Verbe" : pourquoi ? Parce qu'il semble investi d'une signification beaucoup plus large que notre mot "Parole", évoquant notamment tout le domaine de la Pensée ou encore de la Sagesse, et qu'on lui cherche un équivalent original ; cependant ce n'est pas notre mot "verbe" qui y répondra, nous rappelant bêtement un terme grammatical tandis qu'en latin "verbum" signifie très clairement "parole"... Et je me demande si cette traduction classique par "verbe" n'est pas plutôt due au fait que les catholiques romains tenaient à la valeur masculine du concept, le rattachant au Christ en tant que principe masculin, de même que le mot  grec "logos" est du genre masculin.

        Le commentateur de "Spiritualité orthodoxe" explique bien cette notion de "Sagesse" qui dans le Principe Premier, dans l'Essence Divine Primordiale, est "involutée", comme tournée en elle-même.

          Dans un "second temps" si j'ose dire, elle va se tourner vers les hommes et leur apparaître en tant que "Lumière". Et voilà ce qui m'intéresse, voici la phrase que je vais le plus assimiler à un « mantra ».

     

    καὶ τὸ φῶς ἐν τῇ σκοτίᾳ φαίνει, καὶ ἡ σκοτία αὐτὸ οὐ κατέλαβεν. 
    et la lumière brille dans la nuit, et la nuit ne l'a pas saisie.


         De même que j'ai utilisé le mot "nuit" pour mieux transcrire le mot "skotia" qui est un singulier (alors que le terme d'"obscurité" paraît un peu faible), j'ai préféré la traduction de "saisie" (qui correspond parfaitement au sens premier du verbe "katalambano" ici utilisé) à la place du plus fréquent "comprise", car il y a là quelque chose de particulièrement puissant, très proche du mantra tibétain évoqué ci-dessus.

         En effet, comme le dit l'évangéliste au verset précédent ("En Lui était la Vie et la Vie était la Lumière des hommes"), la Parole ou Sagesse une fois exprimée devient Vie divine pour l'humanité et Elle luit, telle un Joyau, dans la nuit qui nous caractérise.

         Mais en tant que Lumière, comment la nuit pourrait-elle bien la "saisir" ? L'obscurité est détruite par la Lumière : elle ne peut pas la "prendre", se l'approprier !

           Et c'est là qu'est la grande leçon.

          Notre mental, notre ego, sont de la nature de l'obscurité. Notre raisonnement, nos concepts, tout ce qui caractérise la conscience humaine est de la nature des ténèbres. Telle le Joyau niché dans un lotus que rien ne peut atteindre car il n'est pas touché par l'eau du monde, cette Lumière qu'est la Vie divine ne peut être atteinte par l'obscurité du mental humain.

        Et de même que la Lumière détruit l'obscurité, de même se donner à Dieu revient à accepter de disparaître à Son profit.

         C'est ce que développe également Saint Jean de la Croix dans La Montée au Carmel (livre II chapitre 14) :

          « Ce lieu obscur signifie l'entendement qui est le chandelier sur lequel repose le flambeau de la foi ; il doit rester dans l'obscurité jusqu'à ce que lui apparaisse dans l'autre vie le jour de la claire vision de Dieu, ou bien dans cette vie celui de sa transformation et union avec Dieu vers qui l'âme chemine. »

        

    Vérité

     

     


  • Commentaires

    1
    Mardi 28 Juillet 2015 à 08:24

    _DSC8267

    Bonne semaine 

    2
    Mardi 28 Juillet 2015 à 09:10

    Merci pour cette jolie photo. Bonne journée !

    3
    Mardi 28 Juillet 2015 à 09:16

    Les textes chrétiens ne sont que la transcription de la parole de Jésus, écrits et surtout traduits par des hommes qui ne l'ont pas connu, adaptés à l'entendement des générations suivantes et mêmes parfois altérés pour laisser les femmes dans l'ombre.

    Chercher la vérité en soi avec l'éclairage Des sages.

    Belle journée Aloysia

    Merci de tes enseignements

    Bisous

    4
    Mardi 28 Juillet 2015 à 09:23

    Oui Jésus,  fils de Dieu et Dieu lui-même... Homme et Dieu.... que de mystères...

    Mais quelle réalité ce salut qu'il est venu nous offrir...

    5
    Mardi 28 Juillet 2015 à 09:54

    Bonjour Aloysia, Je comprends que tu aies mis du temps à écrire ce texte qui finalement essaye de nous transporter de l'obscurité vers la claire lumière. Merci, belle et douce journée à toi.

    6
    Mardi 28 Juillet 2015 à 12:36

    c'est intéressant et savant ... je souris en ce moment j'apprends quelques mots en grec pour un petit séjour en septembre. A la différence du russe (appris quelques mots pour un séjour) où chaque lettre est bien reconnaissable, je trouve qu'en grec, les sons ne s'écrivent pas toujours pareil. 

    et la lumière brille dans la nuit, et la nuit ne l'a pas saisie.

    sa construction me fait penser à celle des psaumes. la deuxième partie est la même que la première de façon inversée. Pour mieux appuyer  ce qui est dit.

    Je te souhaite une bonne journée Aloysia

    7
    Mardi 28 Juillet 2015 à 16:58

    Merci à tous, et particulièrement à toi, Durgalola, car tu m'apprends quelque chose au sujet du russe : ayant étudié le grec longuement je m'y retrouve bien et trouvais le russe particulièrement compliqué ! En effet il a des sons supplémentaires, comme le son "TCH" avec des rôles de graphismes et moi qui ai toujours été passionnée par les langues, je suis frustrée d'en connaître si peu...
    Par ailleurs je trouve très intéressant que tu rapproches ce verset des Psaumes ; en effet à côté de ces passages très puissants des Évangiles, les Psaumes sont un trésor pour le travail intérieur (comme d'ailleurs d'autres livres de l'Ancien testament : Prophètes, Cantique des cantiques, Ecclésiastique...). Et cela vaut bien les Védas !

    Bonne fin de journée.

    8
    Mercredi 29 Juillet 2015 à 14:00

    j'aime bien les divers courants, une "école" apporte une lumière sur d'autres, c'est riche !

    9
    Mercredi 29 Juillet 2015 à 17:01

    Oui, tu as raison, c'est très utile de procéder ainsi. smile

    10
    Mercredi 29 Juillet 2015 à 21:38

    J'ai toujours pensé moi aussi qu'il y avait beaucoup d'"Orient" dans le message des Evangiles. Un message d'unité, dès l'origine, en somme.

    11
    Jeudi 30 Juillet 2015 à 09:03

    Merci, Carole.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :