• Vendredi Saint

     
        Habituellement, la semaine sainte est froide et sombre - surtout les derniers jours. Et si l'on sait qu'elle remémore le plus grand sacrifice de l'humanité, celui du Christ, qui malgré sa puissance, s'est laissé clouer sur une croix comme un vulgaire voleur pour pouvoir s'approcher des plus misérables d'entre nous, on comprend d'autant mieux  qu'elle soit triste et difficile.
        J'ai coutume alors d'écouter les Passions de Jean-Sébastien Bach, musique austère et inspirée (plus austère pour la Passion selon Saint-Matthieu, plus inspirée pour la Passion selon Saint-Jean), qui relatent les circonstances de la mort de Jésus, ou encore tout simplement les Leçons de Ténèbres de François Couperin, qui comme leur nom l'indique, nous enseignent  à supporter la Nuit de l'Âme qui règne entre le vendredi saint à 15h et le dimanche de Pâques à 9h - heure de la découverte de la Résurrection.

    Parsifal


        Et pourtant, il est des années où il fait beau au Vendredi Saint ; très beau, même ! Et c'est une de ces années qu'a voulu évoquer Richard Wagner dans son opéra Parsifal, à travers cette page merveilleuse qu'on intitule "l'enchantement du Vendredi Saint" ( en Allemand "Karfreitagszauber").
        Parsifal est un drame spirituel qui tire son inspiration en partie du "Perceval" de Chrétien de Troyes, et en partie du "Parzival" de Wolfram von Eschenbach, avec en prime des sources orientales : en effet "Kundry" (voir ici un article sur elle un peu complexe, car d'inspiration psychanalytique), qui s'avère être la réincarnation d'une pécheresse de l'époque du Christ (il est question d'Hérodiade...), lui explique son nom en l'appelant "Fal Parsi", c'est-à-dire "chaste fol".
        Wagner imagine que le Graal, calice ayant contenu le sang du Christ et rapporté en Occident par Joseph d'Arimatie, aurait été conservé en grand secret par une congrégation de chevaliers très purs. Mais qu'un magicien Noir, représentant du Mal (Klingsor), tenterait de les corrompre en utilisant une pauvre femme qui pour son malheur, aurait ri en voyant passer Jésus portant sa croix, en marche vers son supplice. C'est ainsi qu'elle vit son propre enfer : elle est condamnée à renaître sans cesse, sous le nom de Kundry, pour séduire les gardiens du Graal et les conduire au péché de chair, qui les écartera à tout jamais du service auquel ils se sont voués.
         Parsifal est l'élu appelé à sauver la congrégation. Résistant aux charmes de Kundry, il détruit le malfaisant Klingsor et, après des années d'errances dans le désert, revient au château du Graal, par un matin de printemps tout éblouissant de lumière, rapportant la lance sacrée que Klingsor avait dérobée, et avec elle la promesse de Rédemption pour les chevaliers épuisés par la privation de la lumière spirituelle dont ils ont besoin.

    Parsifal acte 3


        « Quel jour est-on ? demande -t-il.
    Jamais je n'ai vu la prairie aussi verte,
    Ni couverte de si belles fleurs !
    - Pas même en ce jardin magique
    Où je me suis perdu, là-bas... -
    Ces fleurs-là sont pourtant si douces et si tendres,
    Qu'on croirait même qu'elles attendent le Pardon...
    »

     
        Et se disant, il se tourne affectueusement vers Kundry qui, redevenue l'humble servante des chevaliers, se prosterne devant lui dans l'attente de sa délivrance.

         
    « Nous sommes le Vendredi Saint », lui répond le vieux Gurnemanz, qui est le seul à l'avoir reconnu après tant d'années.
        À la surprise effarée de Parsifal, qui pense que c'est le jour de la plus grande souffrance et du plus grand malheur, il explique :

        « Aujourd'hui en fait, la Nature rend grâce au Seigneur qui avec tant de compassion a su lui apporter le Salut ; c'est pourquoi les fleurs n'ont jamais tant brillé, et la plaine ne s'est jamais tant parée : toutes le remercient ainsi pour son immense sacrifice, car elles se savent aujourd'hui pardonnées. »

        Alors Parsifal, comprenant la supplique de Kundry, la baptise, et la libère de la malédiction qui pesait sur elle. C'est cette scène qui m'avait tant marquée, lors de mon voyage à Bayreuth en 1970 lorsque j'ai écrit pour elle ce poème.

    Vendredi Saint

     
    Écoutez ce passage sur youtube ici.
    Le passage intitulé "Enchantement du Vendredi Saint"
    débute à 10'30 ; suit le texte que j'ai évoqué, jusqu'à la fin.



  • Commentaires

    1
    Dimanche 8 Avril 2007 à 12:00
    salut chez moi il fait un super temps c'est vraiment spécial pour le nord joyeuses pâques


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :