• Un petit souffle d'air marin (3)

     

         Me voici enfin revenue à Saint-Palais sur Mer pour vous parler de ma découverte de la plage du Platin.

          Je m'y suis rendue deux fois c'est pourquoi j'ai deux types de photos sur le sujet, les principales de ce jeudi après-midi où il a fait si beau et où j'ai escaladé les Pierrières jusqu'à passer par-dessus le Pont du Diable (voir ci-dessous) - mais avec précautions car je portais mon meilleur appareil photo, un bridge réglé en 16/9e et armé d'un excellent zoom -, et quelques autres du lundi qui avait précédé, où je ne portais que le petit compact réglé en 4/3. Les deux fois je me suis baignée, mais étant seule personne n'a pu me filmer ! J'ai découvert alors que cette plage, non surveillée et fort tranquille, était par ailleurs un peu dangereuse,  notamment vers son milieu car elle descendait abruptement et présentait un sol rocheux et inégal. Je pense que la baignade y était préférable à marée haute, ce qui était plus ou moins le cas, mais ce jeudi de gros rouleaux m'ont bien chahutée pour entrer et sortir de l'eau. Il m'a fallu me cramponner au sol et remonter à quatre pattes ! Le lundi par contre, ayant plongé sur les bords avec d'autres baigneurs dont des enfants, j'ai trouvé l'eau un peu sale à proximité des roches mais il y avait moins de houle et plus de sécurité. Avis aux amateurs...

      Il faut dire que ce jeudi il y avait un fort vent d'ouest, vent du large qui frappe cette côte de biais puisqu'elle fait plus ou moins face au sud, mais plus agressif sur la plage du Platin puisque c'est la dernière en montant vers Rochefort avant la Grande Côte et la Côte Sauvage, redressées vers l'ouest. En arrivant j'ai failli bloquer un petit ballon poussé par le vent, et je l'ai vivement regretté, car de bourrasque en bourrasque il a tellement filé que le petit garçon n'a jamais pu le rattraper, au grand désespoir de sa petite soeur qui s'est mise à pleurer : il avait roulé dans la mer de l'autre côté et partait déjà sur les flots.

       J'ai donc entamé l'escalade des Pierrières avec d'autant plus d'hésitation que le vent me bousculait violemment tandis que la mer les entourait quasi totalement, formant des giclées d'écume que je me suis plu à filmer à plusieurs reprises.

     

    Le début de la masse rocheuse photographiée lundi, depuis l'escalier qui descend sur la plage. On y aperçoit déjà une mince passerelle qui n'est pas le "Pont du Diable".

     

    Le début de la masse rocheuse photographiée lundi, depuis l'escalier qui descend sur la plage. On y aperçoit déjà une mince passerelle qui n'est pas le "Pont du Diable".

     

    Je me suis engagée sur cette première partie des roches, qui démarre d'un rehaut sableux.
     
     
     
    Je me suis engagée sur cette première partie des roches, qui démarre d'un rehaut sableux.
     
     
     
    Je me suis engagée sur cette première partie des roches, qui démarre d'un rehaut sableux.

     

    Je me suis engagée sur cette première partie des roches, qui démarre d'un rehaut sableux.

     

    Sur la gauche on aperçoit les deux cabanes de pêcheurs installées en bout de pointe. Quand je passe d'une roche à l'autre je m'engage dans des chaos rocheux où la mer s'engouffre, envoyant des giclées à chaque vague.
     
     
     
    Sur la gauche on aperçoit les deux cabanes de pêcheurs installées en bout de pointe. Quand je passe d'une roche à l'autre je m'engage dans des chaos rocheux où la mer s'engouffre, envoyant des giclées à chaque vague.
     
     
     
    Sur la gauche on aperçoit les deux cabanes de pêcheurs installées en bout de pointe. Quand je passe d'une roche à l'autre je m'engage dans des chaos rocheux où la mer s'engouffre, envoyant des giclées à chaque vague.


    Sur la gauche on aperçoit les deux cabanes de pêcheurs installées en bout de pointe. Quand je passe d'une roche à l'autre je m'engage dans des chaos rocheux où la mer s'engouffre, envoyant des giclées à chaque vague.

    Je suis stupéfaite de la porosité de ces pierres qui sont trouées en tous sens, laissant donc apparaître des arches comme on en peut creuser dans le sable, et même parfois des fosses profondes.
     
     
     
    Je suis stupéfaite de la porosité de ces pierres qui sont trouées en tous sens, laissant donc apparaître des arches comme on en peut creuser dans le sable, et même parfois des fosses profondes.
     
     
     
    Je suis stupéfaite de la porosité de ces pierres qui sont trouées en tous sens, laissant donc apparaître des arches comme on en peut creuser dans le sable, et même parfois des fosses profondes.


    Je suis stupéfaite de la porosité de ces pierres qui sont trouées en tous sens, laissant donc apparaître des arches comme on en peut creuser dans le sable, et même parfois des fosses profondes.

     

    Si je m'approche progressivement des cabanes, les creux à traverser me paraissent par contre de plus en plus périlleux (et si je glissais, avec tout mon barda dans le dos et autour du cou ?)
     
     
     
    Si je m'approche progressivement des cabanes, les creux à traverser me paraissent par contre de plus en plus périlleux (et si je glissais, avec tout mon barda dans le dos et autour du cou ?)
     
     
     
    Si je m'approche progressivement des cabanes, les creux à traverser me paraissent par contre de plus en plus périlleux (et si je glissais, avec tout mon barda dans le dos et autour du cou ?)


    Si je m'approche progressivement des cabanes, les creux à traverser me paraissent par contre de plus en plus périlleux (et si je glissais, avec tout mon barda dans le dos et autour du cou ?)

    Il faut vraiment traverser bien des épreuves pour l'atteindre par le dessus, mais le voici ! Le Pont du Diable, ainsi nommé parce que le Diable aurait jeté cette pierre entre deux rochers pour sauver un pêcheur surpris par la marée.
     
     
     
    Il faut vraiment traverser bien des épreuves pour l'atteindre par le dessus, mais le voici ! Le Pont du Diable, ainsi nommé parce que le Diable aurait jeté cette pierre entre deux rochers pour sauver un pêcheur surpris par la marée.


    Il faut vraiment traverser bien des épreuves pour l'atteindre par le dessus, mais le voici ! Le Pont du Diable, ainsi nommé parce que le Diable aurait jeté cette pierre entre deux rochers pour sauver un pêcheur surpris par la marée.

     

    Vue des vagues déferlant sous le Pont ; il est vrai que l'on se demande comment a pu se détacher ainsi cette belle roche plate.

     

    Depuis le Pont, le chemin que je venais d'emprunter - moins ses multiples failles ! Avec au loin l'escalier descendant sur la plage.


    Depuis le Pont, le chemin que je venais d'emprunter - moins ses multiples failles ! Avec au loin l'escalier descendant sur la plage.

    Dans l'autre sens, vers le sud-ouest (à droite des cabanes de pêche) un paysage vaguement herbeux, qui me surprend...


    Dans l'autre sens, vers le sud-ouest (à droite des cabanes de pêche) un paysage vaguement herbeux, qui me surprend...


    Maintenant, le Pont du Diable zoomé depuis la plage.

     

     

    Maintenant, le Pont du Diable zoomé depuis la plage.


    Maintenant, le Pont du Diable zoomé depuis la plage.

    Vues générales de la plage du Platin, les deux premières de lundi, la troisième de jeudi au retour. Elle est très étendue ! Je ne suis pas allée jusqu'au bout.
     
     
    Vues générales de la plage du Platin, les deux premières de lundi, la troisième de jeudi au retour. Elle est très étendue ! Je ne suis pas allée jusqu'au bout.
     
     
    Vues générales de la plage du Platin, les deux premières de lundi, la troisième de jeudi au retour. Elle est très étendue ! Je ne suis pas allée jusqu'au bout.


    Vues générales de la plage du Platin, les deux premières de lundi, la troisième de jeudi au retour. Elle est très étendue ! Je ne suis pas allée jusqu'au bout.



     

    Vue générale de la Plage du Platin, en mouvement cette fois ! Il ne manque que l'air marin...

      

     

     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 5 Septembre 2014 à 12:00
    Et tu aurais pu venir me voir, j'habite la Charente Maritime et suis à une trentaine de km de St Palais (!). Bouuuh, vilaine !!!!!!!!! A l'air superbe ce pont du diable, il faudra que nous allions le voir un jour ! Viens de faire une "boulimie de tes écrits" (RIRES), ai tout lu, vu tes "trois chéris", ton petit-frère ......etc. Ai pris aussi plaisir à laisser mes mains posées sur ce splendide platane .... A tout de suite car j'étais surtout venue lire la suite de ta fameuse rencontre avec Phène (est-ce bien cela le prénom ?). J'y couuuuuuuuurs, bisou : sabine.
    2
    Dimanche 12 Octobre 2014 à 09:57

    J'ai eu l'impression d'être vraiment là, devant la mer, pas devant un écran d'ordinateur. Il manquait juste l'air marin dans mes cheveux.

    3
    Dimanche 12 Octobre 2014 à 14:39

    C'est le but recherché !  Bises, Dalva, que ces effluves ensoleillés éclairent ta journée !

    4
    Jeudi 16 Octobre 2014 à 12:45

    Coucou Aloysia, je vois que tu es aventureuse comme moi. J'aurais aimé traverser ce pont du diable et nous aurions ri à la barbe du diable  !!! Bises ma belle

    5
    Jeudi 16 Octobre 2014 à 15:03

    he   J'aurais vraiment aimé ça !!!



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :