• Tout un monde lointain, d'Henri Dutilleux

     
      Henri Dutilleux
    fut un compositeur parcimonieux, sans doute à cause de sa grande réserve et de son sens des autres : si l'on en croit Marie-France Beaufils, Sénatrice-Maire de la commune de Saint-Pierre-des-Corps près de Tours (Indre-et-Loire), c'était « un homme d'une très grande gentillesse et d'une grande culture » (voir ici l'article que lui consacre la Nouvelle République du Centre-Ouest). À l'instar de Maurice Ravel, également aussi exigeant que réservé, loin de céder aux émotions du moment et à la prolixité il semble s'être débrouillé pour ne produire que des chefs d'oeuvre...  Et sa disparition est évidemment l'occasion de se les remémorer, voire de les découvrir davantage.

        Il n'a écrit que deux concertos, tous deux dédiés à de grands solistes qu'il affectionnait particulièrement : l'un pour violoncelle, pour Mstislav Rostropovitch, et l'autre pour violon pour Isaac Stern. Or ces concertos nous frappent par leur titre qui, pour chacun, est non seulement une formule originale, mais de plus un appel au rêve : Tout un monde lointain... est le titre de l'oeuvre pour violoncelle, et L'Arbre des Songes celui de l'oeuvre pour violon.

       Certes Dutilleux, avec son sérieux habituel, a dû longuement travailler avec chaque soliste avant d'élaborer un discours musical correspondant à tout ce que l'interprète avait l'intention de faire découvrir de son instrument : des possibilités nouvelles qui souvent éblouissent ; mais malgré tout l'appareil technique, malgré la complexité de la structure d'ensemble, ces oeuvres nous emportent, nous entraînent dans le rêve. Notamment le concerto pour violoncelle qui, contrairement à celui pour violon composé d'un seul mouvement apparent, présente cinq mouvements distingués par leurs titres (bien qu'enchaînés dans leur exécution), très évocateurs eux aussi. Il faut dire que la référence à des poèmes de Baudelaire ajoute sa note de mystère :

     Énigme - Regards - Houles - Miroirs - Hymne

       Classiquement, les mouvements 1, 3 et 5 sont plutôt vifs et animés, tandis que les 2 et 4 sont calmes et contemplatifs. Bien évidemment, si L'Arbre des Songes  n'est pas divisé en parties déterminées, l'oeuvre est également structurée autour de passages tantôt lents, tantôt rapides et tantôt rythmés, tantôt frémissants de douceur et de sensibilité.

       Voyez, je voulais vous présenter Tout un Monde Lointain et ne puis m'empêcher de mettre les deux concertos en vis-à-vis permanent. Cependant, aujourd'hui je n'ai l'intention que de vous faire découvrir les deux premiers mouvements du Concerto pour Violoncelle, grâce à un enregistrement publié sur Youtube que je trouve magnifique car il nous montre abondamment l'orchestre et le soliste. Ces images sont particulièrement utiles car à l'écoute on est bluffé par l'extraordinaire richesse du travail orchestral, et c'est avec étonnement que l'on découvre dans la vidéo un orchestre extrêmement étoffé, riche en graves avec plusieurs contrebasses, un tuba et des timbales, mais aux sonorités multiples et délicates avec un piccolo, une harpe, un piano saisi par moments (qui n'est là que pour enrichir l'ensemble de son timbre), et même un marimba ! 

       De même, l'observation du soliste est passionnante, surtout pour ceux qui connaissent déjà le fonctionnement de l'instrument, car on voit comme Dutilleux utilise les pizzicatos (art de jouer cordes pincées), les glissandos (art de glisser d'une note à une autre en suivant une corde), les harmoniques (art d'émettre un son aigu en effleurant une corde dans sa partie médiane), et même de saisissants sautillés de l'archet que je n'avais jamais eu l'occasion de découvrir auparavant. Xavier Phillips, qui fut proche Rostropovitch, est particulièrement attentif et performant.

        Je vous laisse donc découvrir Énigme... L'orchestre de la Suisse Romande est dirigé par Marek Janowski.

         En écho avec le titre, il ne s'agit pas d'un mouvement particulièrement "rapide" : le violoncelle semble plutôt poser une question, une question qui reste sans réponse. 

     


       Ceux parmi vous qui connaissent L'Enfant et les Sortilèges de Maurice Ravel auront sans doute remarqué comme le compositeur, qui à chaque mouvement aime à démarrer de manière mystérieuse et progressive, se souvient de l'imitation du miaulement des chats imaginée par son illustre prédécesseur : il reprend avec bonheur cette technique de glissando pour faire émerger le son de l'instrument depuis les profondeurs et le faire monter ensuite et s'épanouir dans les hauteurs. Des hauteurs vertigineuses puisque, si j'ai bien compté, l'instrument couvre là près de cinq octaves ; ce qui à la fin oblige le soliste à descendre jusqu'au bas de la touche (la partie noire sur le manche, sur laquelle on joue) en serrant les doigts de plus en plus, et à utiliser l'archet avec une légèreté exceptionnelle.

       Mais le passage le plus magnifique est certainement dans le second mouvement : Regards... Là, j'avoue qu'en l'écoutant pour la première fois j'ai cru qu'il s'agissait d'un concerto pour violon... Voyez vous-même.

     


       N'entend-on pas dans cette superbe mélodie comme un long regard ? 
       Je me tais pour ce soir et vous laisse écouter. Peu à peu vous entrerez dans l'univers de Dutilleux dont la personnalité est très nette, avec une alternance de sonorités orchestrales d'une délicatesse de satin, et d'affirmations puissantes qui aboutissent généralement à d'immenses unissons de l'orchestre tout entier. Dans cette musique, on sent rouler les planètes dans l'univers, on entend scintiller les étoiles... Et puis, avec Houles et Miroirs, on pense à la mer et à ce "monde lointain" qui se trouve là-bas, comme une île de rêve, une désirade. 

     

     

     

  • Commentaires

    1
    Lundi 3 Juin 2013 à 12:00
    La mélomane que tu es rend un vibrant hommage à Dutilleux (que je ne connais pas) mais qui devait être très apprécié des oreilles averties, comme bien d'autres artistes reconnus (mais pas populaires) son décès est passé sous silence. Mais son oeuvre reste et continue de vivre grâce à des personnes comme toi. Bonne semaine Valentine bisous


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :