• Toukârâm (1)

     

    Toukârâm-Psaumes du Pèlerin

     

             Quel enchantement, d'avoir découvert les "Psaumes du Pèlerin" de Toukârâm, ce mystique indien du XVIIe siècle ! Publiés d'abord en 1956 je ne les savais pas réédités par Gallimard, pas plus que je ne connaissais vraiment ce saint qui, appelé par Dieu malgré tous les vents contraires (il était d'une caste de pauvres marchands où toute accession à la vie spirituelle était exclue), le chante d'une manière étonnamment proche de notre sensibilité chrétienne - malgré la seule différence des noms qu'il lui donne : Vithôba, Viththal ou encore Narayana, appellations locales de Vishnou, l'aspect "Amour" de la Trinité hindoue.

         Né à Pandharpour dans le Maharashtra, ville située au sud-est de Bombay où ont lieu aujourd'hui de nombreux pèlerinages en son honneur, il était illettré et afin de s'instruire apprit par cœur une immense quantité de textes fondateurs de la mystique indienne, jusqu'à écrire à son tour ou plutôt dicter à des disciples conquis ses propres enseignements. Ce comportement déchaîna la colère des brahmanes à qui revenait le rôle officiel d'enseigner, si bien qu'ils l'obligèrent à  jeter tous ses cahiers dans le fleuve Indrayani ; en larmes, il s'exécuta, mais se mit en prière et demeura devant le fleuve treize jours, au bout desquels dit-on les cahiers réapparurent intacts.

     

    Toukârâm- représentation classique du saint avec Vishnou derrière lui.

     
           À la manière de Kabîr dont il se serait inspiré et que j'ai déjà cité souvent (par exemple ici), il termine ses poèmes par "Toukâ dit...", amenant une sorte de sentence finale qui rappelle la "morale" des fables de La Fontaine. Notons à cette occasion que la terminaison "râm" semble avoir été ajoutée à son prénom en relation avec sa dévotion pour Râma, incarnation de Vishnou.

           Par ailleurs, son style peut surprendre par son côté elliptique. Comme le sanskrit ou le grec ancien, la langue marathe qu'il utilise était sans doute beaucoup plus structurée que les langues contemporaines, permettant des raccourcis puissants que le traducteur peine à retranscrire. On remarque en tous cas une grande vigueur dans les termes employés qui  font présumer chez leur auteur d'un caractère particulièrement énergique.

            Quel poème citer ?

          Peut-être y reviendrai-je plusieurs fois comme je l'ai déjà fait pour Kabîr. Mais comme j'évoquais ici la proximité de son langage avec la sensibilité chrétienne, en voici un exemple, destiné également à rassurer  ceux qui s'imaginent que se vouer à Dieu c'est fuir le monde.

     

    Notre monde est noué à Dieu :
    son amour y enchevêtre tout.


    Les fibres d'une corde qu'on tend
    s'unissent plus encore.


    Ne crache pas sur ce monde-ci,
    vois comme ton âme se mêle aux autres âmes !


    Leurs joies, leurs peines s'impriment dans ton cœur,
    les tiennes dans le leur, selon la même loi.


    Le regard ainsi simplifié, dit Toukâ,
    ton visage rayonnera sur tous.


    Toukârâm, Psaumes du Pèlerin, LXXX

     

    Vishnou

     


  • Commentaires

    1
    Rose63au
    Vendredi 15 Décembre 2017 à 22:48

    L'année est sur le point de tirer sa révérence 

    Aussi espérons que le monde va se calmer 

    @ bientôt 

     

      • Samedi 16 Décembre 2017 à 10:18

        Aucun rapport entre ce calme et cette révérence ! Et qu'appelle-t-on "le monde" ?

    2
    Samedi 16 Décembre 2017 à 08:41

    J'aime beaucoup ce vers :"Vois comme ton âme se mêle aux autres âmes!"

    Amitiés

    Alain

      • Samedi 16 Décembre 2017 à 10:18

        Oui, c'est beau et vrai... Belle journée Alain.

    3
    Samedi 16 Décembre 2017 à 09:32

    Bonjour Aloysia

    Parler par la voix d'un "Pauvre d'esprit" au delà de toute attente permet de mieux se faire entendre.

    Oui nous sommes tous reliés et chaque sentiment des uns résonne chez les autres pourvus que nous sachions ou voulions entendre.

    Bon weekend

    Bisous

      • Samedi 16 Décembre 2017 à 10:20

        Dis plutôt que le "pauvre d'esprit" a la voix plus claire.

    4
    gazou
    Samedi 16 Décembre 2017 à 10:38

    Très beau poème qui nous rappelle que nous sommes tous reliés

    5
    Samedi 16 Décembre 2017 à 11:33

    Oui nous ne sommes qu'un et tous reliés les uns aux autres, ce que beaucoup oublient hélas. Bises et bonne journée chère Aloysia

      • Samedi 16 Décembre 2017 à 16:20

        C'est vite oublié... Quand on juge les autres, on oublie trop d'ailleurs combien on est enclin à se juger soi-même.

    6
    Samedi 16 Décembre 2017 à 17:42
    daniel

    Oui nous sommes tous reliés dans un grand bain cosmique  !

      • Samedi 16 Décembre 2017 à 19:15

        J'aime ta formule de "bain cosmique", Daniel ! glasses

         

    7
    Dimanche 17 Décembre 2017 à 14:18

    Oui nous sommes reliés les uns aux autres..

    Et je découvre Toukâ...

    Bises Aloysia

      • Dimanche 17 Décembre 2017 à 16:16

        Bises Béa ! Toukâram (en général on l'appelle ainsi) est très attachant par son côté "pauvre", issu d'une classe de marchands non lettrés. Il faut savoir que les revers ne lui ont pas manqué, puisqu'en tant que commerçant il avait été totalement ruiné ; aussi ses vers nous touchent-ils profondément, de même que les Indiens de modeste origine.

    8
    Lundi 18 Décembre 2017 à 16:26
    durgalola

    merci pour ta jolie carte bien reçue aujourd'hui ; je te souhaite aussi de belles fêtes avec tes proches. 

    Merci encore pour cet article ; les poèmes me font chaud au coeur. C'est vrai qu'en passant d'une langue à l'autre, il n'est pas toujours facile de transcrire l'esprit. 

    les jours vont si vite en ce moment ; je t'envoie mille bisous. 



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :