• Tempête de grêle en Berry

     

         Samedi dernier, alors qu'il faisait bien chaud et que je m'échinais à tailler mes haies dans le jardin de ma voisine absente, j'ai vu vers seize heures approcher un vaste nuage menaçant. Prévenue du risque d'orage, j'ai rapidement rempli mes derniers sacs de déchets et me suis hâtée de réexpédier toutes mes affaires par-dessus la haie (en effet, les portes principales étant à l'opposé l'une de l'autre il n'était pas évident de rapatrier mon domicile : en principe j'aurais dû faire le tour du pâté de maisons). De l'autre côté ma compagne les récupérait pour les ranger, tandis que je traînai les sacs chargés et entrepris de les faire passer par-dessus le petit grillage posé sur un muret que j'avais coutume d'escalader... Mais quel poids ! Au passage j'écrasai le grillage en pestant mais réussis à gagner le cellier de mon jardin avant les premières gouttes. Celles-ci commencèrent à tomber, chaudes et larges tandis que le nuage gagnait en ampleur et qu'un grondement continu commençait à se faire entendre.

       Stupéfaites, nous remarquâmes alors que la pluie se muait en grêlons de plus en plus gros et de plus en plus nombreux qui rebondissaient au sol et sur les toitures en faisant un bruit épouvantable.

    Tempête de grêle en Berry


        Bientôt ma pelouse en fut couverte, et comme je me précipitais à l'intérieur pour chercher de quoi filmer, je m'aperçus que nous avions laissé les fenêtres ouvertes sur la rue (côté ouest), et que le vent violent projetait les grêlons à l'intérieur malgré la large avancée du toit. Vite, j'entrepris de fermer toutes les issues, ce qui s'avéra impossible au niveau de la porte de la véranda qui était déjà bloquée par une masse énorme de boules de glace. Le temps que j'aille chercher un balai pour les pousser la véranda était inondée et remplie de feuilles déchiquetées. Mais nous pûmes enfin fermer la porte...

    Tempête de grêle en Berry


       La rue se transformait en marécage sous le regard tranquille de mes deux Bouddhas, qui furent bientôt enveloppés des feuilles arrachées aux érables du trottoir - tandis que nous assistions, impuissantes, à l'agonie de nos fleurs décapitées ou terrassées tour à tour.

    Tempête de grêle en Berry

    Tempête de grêle en Berry

    Tempête de grêle en Berry

           Cela ne fut pas très long, un quart d'heure tout au plus ; mais ma chienne, terrifiée, restait obstinément blottie sous la voiture dans le garage tandis que moi, me sentant à l'abri, je n'imaginais pas les problèmes que j'allais découvrir ensuite.

     

    Tempête de grêle en Berry 

    Tempête de grêle en Berry

        Je conservai tout de même ce grêlon pour témoin, me demandant d'ailleurs quel phénomène physique lui donnait cette étrange forme de champignon, avec une demi-sphère plus large d'un côté que de l'autre... ?

       Et ce n'est que bien après, lorsque nos voisins vinrent, choqués, évoquer les désastres survenus chez eux que je fis le tour de la maison, et que je commençai à m'étonner des morceaux de plastique gisant à terre - parfois au bout du jardin.
     

    Tempête de grêle en Berry

        Je levai donc la tête, et que  vis-je ? 

    Tempête de grêle en Berry

     

    Tempête de grêle en Berry

     Tempête de grêle en Berry


         Toutes nos gouttières à l'arrière de la maison, étant en PVC, avaient été transformées en passoires !!

       Je n'en croyais pas mes yeux... Mais un habitant du quartier qui avait baissé ses volets roulants à cause de la chaleur les avait retrouvés complètement troués lui aussi, tandis que d'autres me confirmèrent avoir connu la même mésaventure avec des gouttières. Sans parler des tôles cabossées et des pare-brise fêlés.

       Il faut dire que ce genre d'événement n'arrive pas souvent et que c'était la première fois que j'en étais témoin, à l'exception d'un après-midi d'il y a plusieurs années où je fus saisie par un semblable nuage alors que je roulais en pleine campagne et que, arrêtée sur le bord de la route, je connus comme ma chienne samedi la peur de ma vie, tant j'eus l'impression que le toit de ma voiture n'y résisterait pas : un véritable bombardement...

    Tempête de grêle en Berry

    Tempête de grêle en Berry


       Le plus pénible fut le ramassage des feuilles qui me prit plusieurs jours, car il s'agissait de morceaux difficiles à attraper surtout s'ils étaient humides, et aussi parce que mon jardin,
    à cause des chiens, est parsemé de petits massifs entourés de grilles où je devais systématiquement opérer à mains nues. D'autre part les précipitations avaient jeté à terre toutes les cerises que je n'avais pas pu cueillir, ainsi que quantité de prunes encore acides, ce qui m'obligea à de longs ramassages à quatre pattes ! (Je ne laisse plus les cadavres de cerises au sol depuis que j'ai remarqué qu'à la longue il n'en reste plus que les noyaux, non biodégradables, peu à peu transformés en de multiples petits cailloux qui détruisent ma pelouse et menacent les moteurs des tondeuses en été et des aspirateurs à feuilles mortes en automne).

    Tempête de grêle en Berry

          La presse mit quelque temps à s'en faire l'écho mais le fit de manière retentissante mardi lorsque nous découvrîmes que nous venions d'échapper à une tornade !!

       En effet un photographe du nom d'Eric Tarrit s'en faisait l'écho sur facebook, avec une photographie superbe qu'il a également postée sur flickr et sur infoclimat, et qu'il me pardonnera je l'espère de reproduire, comme elle l'a été en première page de la Nouvelle République de l'Indre (et partagée 13 fois sur facebook).

    Tempête de grêle en Berry


           C'était évidemment ce nuage menaçant que j'avais vu arriver, et qu'il appelle "une queue de Castor".

        Je vous invite à lire l'article publié hier dans la NR locale, ainsi que, si vous le retrouvez, le texte laissé par Eric Tarrit sur facebook à côté de cette photo en date du 21 juillet.

      

    « PrièreUn petit souffle d'air marin (3) »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 6 Août 2014 à 12:00
    Ce doit être effrayant ! et à voir et à entendre. Bizarre en effet la forme des grêlons, il faudrait trouver un autre mot, lorsqu'ils atteignent la taille d'une balle de ping pong. J'espère que les assurances vont marcher pour tes gouttières, nous assistons à des phénomènes climatiques de plus en plus violents. Je poursuis tes vacances à St Palais...


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :