• Syrinx

     

    NAMA_Sphinx_archaique.jpg

    Sphinx archaïque grec (image tirée du site)

     

     

    Fille au yeux brillants
    Au cœur d’oiseau
    Aux cheveux brûlés de soleil
    Qui fuis comme l’éclair chaud à travers les feuillages
    Prends garde à mes bonds souples de chat sauvage
    Car je te piège interminablement

    Quand je te tiens captive au filet du regard
    Craintive tu te détournes
    Et te métamorphoses en forteresse d’épines
    Grand Sphinx aux yeux aveugles et remuant ses ailes
    Mais je t’attends
    Tapie au pied d’une arbre
    J’épie l’écroulement de tes mirages sans corps

    Aussi patiente que la racine de l’arbre
    J’attends que tu m’oublies
    Et que tu redeviennes
    Ce flexible roseau mollement agité par la brise
    Dont je tirerai la plus belle musique
    Qu’ait pu rêver mon âme

     

     Publié dans "Renaître", ed. Stellamaris (2011)

    « Syrinx » pour flûte seule de Claude Debussy,
    joué par Wellington Cardoso.

     

    Fee-flute.jpg

    (Image tirée du site Teemix-Mangas)

     
     

  • Commentaires

    1
    Jeudi 2 Juin 2011 à 12:00
    Ici se révèle dans toute sa profondeur ta nature profonde Que le temps passé m'avait permis d'oublier La lumière de ton regard est ta meilleure alliée Les mirages s'en vont par la force des ondes.


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :