• Sur la côte d'Apollôn


    Apollôn, île de Naxos : la grève par grosse mer


     

    Cette nuit la mer a grondé sans relâche,

    Roulé et brassé ses galets comme une lionne sa proie ;

    Par bonds féroces elle a cent fois heurté la côte,

    Pour s'épanouir en gerbes d'écume salée,

    Toujours plus haut, toujours plus loin.

    Le vent soufflait et les barques dansaient,

    Fermement amarrées à la digue ;

    Cependant nous dormions,

    Bercés par la clameur profonde

    Du ressac mugissant,

    A l'abri des arbustes

    Sous un talus de pierres...

     

    Ce matin elle gronde et explose encore,

    Et les galets scintillent

    Sous ses griffes luisantes.

    Lorsque je suis allée vers elle,

    Elle m'a tirée si violemment,

    Puis rejetée d'un flot brutal,

    Qu'on eût dit un cheval rétif

    Désarçonnant son cavalier.

    Roulée à terre, battue des vagues,

    Je dus m'écarter promptement...

    Mais qu'importait ! J'entrai ailleurs

    Et, calculant l'assaut des vagues,

    Je plongeai tout à coup et traversai la barre.

                                                  

    Je ressurgis enfin au sein d'une eau troublée,

    Mouvante et animée,

    Pressante, comme vivante...

    Progressant vigoureusement,

    Je me sentis portée comme un bouchon léger,

    Ballottée, haut et bas, par les houles énormes,

    Enserrée par l'écume,

    Inondée de fraîches coulées ;
    Et soudain je parvins dans des flots plus tranquilles,

    Plus profonds et plus bleus,

    Où je pus m'arrêter...

     

    O cœur immense de la terre !

    Je m'étais redressée au centre de la baie,

    Et là je respirais,

    Paisible entre les bras de l'eau,

    Dans un décor sublime :

    Autour de moi

    Un gigantesque cirque de montagnes

    Étincelait dans le soleil levant...

     

    Apollôn, île de Naxos : même grève en sens opposé

     

  • Commentaires

    1
    Samedi 18 Février 2012 à 12:00
    merci de nous diriger vers ce petit trésor de mots dont regorge ton blog c'est vrai que tu as commencé beaucoup beaucoup plus tôt que moi... gros bisous


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :