• Sappho : Ode à celle qui est partie


     


     

    De Sardes jusqu'ici,

    Souvent dans ses pensées elle revient vers nous ;

    Elle revoit alors notre vie d'autrefois, celle qui est partie,

    La chère Anactoria qui te faisait déesse

    Et aimait tant tes chants !

     

    Désormais elle brille entre les Lydiennes,

    Comme l'on voit parfois dès le soleil couché

    Briller la lune aux doigts de rose,

    Baignant de sa clarté les astres alentour

    Et versant sa lumière sur les vagues marines

    Ou sur les prés fleuris,

    Quand les gouttes s'épanchent, quand les roses s'éveillent

    Et le frêle cerfeuil, le mélilot en fleurs...

     

    Mais elle va et vient, en se ressouvenant

    De la douceur d'Atthis ; et son âme éperdue

    S'alourdit de désir, son cœur est accablé.

    Alors elle nous crie de venir jusqu'à elle !

    Et sa voix trop connue, la nuit nous la transmet,

    Avec ses mille oreilles elle la répercute

    Aux échos de la mer...

     

     

     

     

    Traduction de Martine Maillard

     
     

  • Commentaires

    1
    Jeudi 23 Décembre 2010 à 12:00
    hé bien du coup je découvre cette merveille...!


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :