• Rupture


    Cézanne-Maison dans les arbres

    Paul Cézanne : Maison et arbres (1890-1894)



    Déchirée

    L'image est déchirée

    Tu vois la maison toute bleue
    Aux pâles contours d'arc-en-ciel
    Tu te le dis trop tard
    J'aurais dû mieux tenir
    Mieux regarder les plis du feuillet dévasté

    Un instant ce fut beau
    Ce fut trop beau

    Il y avait l'espace avec la vie dedans
    La vie les fleurs et l'eau
    Les bêtes et les oiseaux
    Les feuillages rieurs et la maison chantante
    Et il y eut la pluie et il y eut la nuit
    Il y eut le soleil et il y eut le jour

    Mais ce fut comme un feu
    Jailli d'on ne sait où
    Un feu de vie
    De mort
    Un feu qui danse
    Dont l'origine et dont la fin
    Sont une seule et même chose
    Déchirer

    Déchirer cette page
    Déchirer ce visage
    Déchirer cette image
    Trop sage

    Déchirer la maison l'enfant et le bouquet
    Déchirer le soleil et déchirer le cœur
    Déchirer et brûler
    Piller le cœur

    Piller
    Comme tombe un cri

     
    juin 2000

     
     

  • Commentaires

    1
    Samedi 4 Mars 2006 à 12:00
    Il est triste ce poème, mais ô combien parlant.. magnifique. Nanou


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :