• Retirons les crochets à venin du serpent

     
       Aujourd'hui, je vous offre quelques mots de Sri Ranjit Maharaj (Bombay 1913-2000), maître  de l'Advaïta Vedanta, et une musique qui je l'espère vous plaira.

     

    Sri Ranjit Maharaj

     

    «   Tout le monde veut être un Maître. Même entre deux garçons, il y en aura toujours un qui voudra être le Maître de l'autre. C'est la nature du pouvoir qui réside à l'intérieur de l'homme.

         Si vous vivez par vous-même ce que le Maître enseigne, et si vous pouvez y apposer votre propre empreinte, alors cet enseignement est authentique. Sinon, la séparation demeure entre le Maître et celui qui cherche. En vérité, il n'existe aucune dualité entre eux. La question de la peur ne se pose donc même pas. Quand on en est pleinement convaincu et que l'on sent qu'il y a plus rien à acquérir dans le monde, alors on éprouve une paix totale. Cette satisfaction vient à vous. 

      (...)

          Comprenez vous-même que la mort n'est rien. Reconnaissez que : "Je suis sans naissance, Je ne meurs pas. Je n'ai jamais pris naissance et Je ne mourrai jamais ". Retirez les crochets à venin au serpent et jouez avec lui. Vous savez alors qu'il ne peut vous faire aucun mal. Chaque fois que vous dormez, cela ressemble a une petite mort. Pourquoi avoir peur ? Il n'y a rien. Tout est illusion. Gardez juste votre esprit dans cet état dépourvu de peur.

     (...)

         Il faut être courageux pour vivre véritablement. Si vous êtes courageux, la peur ne demeure pas. Soyez courageux et ayez foi dans le Maître. Faites ce qu'il dit, car vous et Lui êtes un. Ôtez le voile.

         Il est facile de quitter ce qui n'est rien, mais il est difficile de voir ce qui est présent et que vous avez oublié. »

    Ranjit Maharaj, extraits de Satsangs
    (rencontres avec un Maître réalisé) cités à cette page.

     

         J'ajoute à ces belles phrases une interprétation très inspirante de ces versets qui débutent l'Ishavasya Upanishad (l'Upanishad du Seigneur qui enveloppe tout) :

     

    OM ...
    Cela est plénitude ; ceci est plénitude. 

    De la plénitude naît la plénitude.
    Si de la plénitude vient la plénitude,
    Alors seule demeure la plénitude.

     

     

    En sanskrit :
    Purnamadah ; purnamidam.
    Purnat purnamudachyate.
    Purnasya purnamadaya,
    Purnam iva vashishyate.

     


  • Commentaires

    1
    Mardi 23 Juin 2015 à 09:07

    Bon jour Aloysia,

    J'aime bien le paragraphe où il est question de la mort. Je me dis aussi que ce passage   doit être un peu comme l'endormissement de chaque soir, alors pourquoi le redouter ? Oui mais c'est difficile de quitter tous ceux que l'on a aimés sur cette terre, sans avoir la certitude de les retrouver un jour ! Enfin vivons l'espoir et profitons d'une belle journée sous le soleil. Cela est ici et maintenant. Bises à toi 

    2
    Mardi 23 Juin 2015 à 09:17

    Bonjour, ma chère Danaé ! Ceux que nous connaissons dans cette vie n'étant que le reflet du pur Amour qui nous habite, il nous est impossible de les perdre jamais !

    Grosses bises.

    3
    Mardi 23 Juin 2015 à 09:31

    "Tout le monde veut être un maître" ?  cette phrase me fait réfléchir... car elle n'est pas si fausse que ça....

    4
    Mardi 23 Juin 2015 à 09:34

    Bonne journée 

    Bisous 

    De l'autre côté de ce feuillage  ,

    Légèrement rosé, le ciel offre sa plénitude 

    C'était hier soir lorsque le quartier endossait le silence 

    Après  une belle journée bien remplie ...

    La nuit tous les chats ne sont pas gris 

    Lorsque la beauté s'installe .........

    Place à ma vision de la plénitude 

    Je suis allée humer ......mon bôôô volcan 

    (Extrait de mon futur billet) 

    5
    Mardi 23 Juin 2015 à 10:13
    daniel

    Sages paroles et belle musique .

    6
    Mardi 23 Juin 2015 à 13:52
    renee

    très jolie et sereine musique.......La mort comme le sommeil oui je le pense mais parfois ça fait peur parce que justement on ne ressens plus rien c'est effrayant quand même...............Bisesssss

    7
    Mardi 23 Juin 2015 à 17:34

    Bises à tous quatre. Merci, Rose, de ta belle méditation sur la "plénitude"... Renée, n'est-ce pas rassurant de ne plus rien ressentir au contraire ? C'est parce que l'on recherche à ressentir du bien-être, que l'on ressent aussi le mal-être. 

    8
    Mercredi 24 Juin 2015 à 08:35

    Se laisser porter par la musique

    Prendre la vie comme un chemin qui mène à la vie

    Le serpent a été crée avec ses crochets à venin

    Le combat serais-t-il de les lui enlever pour lui rendre son état original

    Question ? question !

    Belle journée Aloysia

    Bisous

    9
    Mercredi 24 Juin 2015 à 09:20

    Je crois que les véritables maîtres sont très discrets et même, parfois, invisibles ... Amitiés.

    10
    Mercredi 24 Juin 2015 à 16:57

    Océanique -> : Le serpent, là, est symbolique, il représente ce qui nous fait peur ; lui enlever son venin c'est faire disparaître la peur.

    Ariaga : les véritables maîtres sont très discrets, à l'instar de Sri Ranjit Maharaj, que l'on est allé chercher chez lui alors qu'il avait déjà 70 ans et menait une existence des plus ordinaires. Quant à être invisible, c'est vrai pour le Maître Absolu, celui qui est égal à Dieu (ou au Soi - le Sadguru), mais alors là, pour le trouver, on a parfois besoin d 'aide...! Amitiés, chère Ariaga.

    11
    Samedi 27 Juin 2015 à 00:53

    Mais, hélas, il tiennent bon, souvent, ces crochets !

    12
    Samedi 27 Juin 2015 à 06:12

    C'est vrai...



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :