•  

     

    Tu danses sur le sable ébloui
    Tu parles aux arbres des forêts
    Tu rêves les nuages effacés
    Tu chantes à l'averse ailée

    Et les cris des oiseaux dispersés
    Les larmes des printemps blessés
    Les ivresses des berceaux d'or
    Les glissantes saisons

    Ont jeté leur voile innombrable
    Sur tes yeux noyés

    La montagne sous tes pas
    Rayonne comme l'abîme

    Tu es l'étoile bleue
    Si lointaine

     

     

    1 commentaire