• Réalité et Illusion

        
           Shri Siddharameshwar Maharaj (article en anglais, voir ici la traduction google) est un maître indien né en 1888 et disparu en 1936.
          Disciple de Bausaheb Maharaj, maître de l'Advaïta Vedanta et initiateur de la lignée Inchegeri Sampradaya (voir ici l'article anglais et  sa traduction), il forma à son tour Nisargadatta Maharaj (1897-1981), qui a largement fait connaître son enseignement en Angleterre et aux États-Unis grâce à des auditeurs l'ayant assidûment fréquenté en Inde, et Ranjit Maharaj (1913-2000), son disciple depuis 1924 qui n'enseigna qu'après le décès de Nisargadatta et fut invité en France et en Allemagne entre 1996 et 1998.

            



    Sri Siddharameshwar Maharaj
    Shri Siddharameshwar

     

         Voici un extrait du livre "Embrasser l'immortalité" que l'on a tiré de ses entretiens avec ses disciples. En effet dans cette lignée l'enseignement se fait uniquement par le principe de réponses du Maître aux questions posées par les disciples, aspirants ou assistants (même les "curieux" sont invités, l'enseignement étant gratuit et sans engagement). 

         Ici, le Maître se prêtait à des explications autour d'un livre extrêmement précieux de saint Samarth Ramdas (1608-1681, voir ici l'article traduit) intitulé le Dasbodh (traduction), considéré comme un traité de spiritualité pratique et ouvrage de référence pour sa lignée.

          La question portait sur ce paragraphe :

       "Quoi qu'on fasse pour L'effacer, Il ne peut être effacé. Quoi qu'on tente pour Le rejeter, Il ne peut être rejeté : le Réel ne se laisse pas oublier ! "

    (Dasbodh D 9, S 9, o 1)

     

    «    La Vérité ne peut être écartée, elle ne peut être altérée ni modifiée, telle est la Réalité ultime. 
        A contrario, l'illusion est en changement constant et peut être manipulée, repoussée ou modifiée.

        Tout objet extérieur peut être modifié ou rejeté. Vous devez apprendre à discerner la Réalité de l'illusion. Les éléments sont en mouvement et peuvent être déplacés, on peut agir sur eux : l'air, le feu, l'eau bougent et la terre tourne sur elle-même. L'espace toutefois ne peut pas être modifié quels que soient nos  efforts pour y arriver ; pourtant il suffit de fermer les yeux pour que l'espace extérieur disparaisse ! L'immensité est la mère de tous les objets qui s'y trouvent, mais tous ces objets de la manifestation sont irréels : il n'y a pas d'objet dans ce monde qui ne disparaisse si l'on nie son existence.
          Quand vous dirigez votre attention vers l'intérieur, le corps grossier disparaît.

          Le mental n'est fait que de pensées et de paroles, et quand il est au repos et qu'il reste silencieux, les rêves, les doutes, l'intellect et les pensées s'évanouissent tout simplement.
           Ce qui reste alors, c'est le rien.
           Mais ce rien doit aussi être dépassé.

          Enfin il ne restera que celui qui a tout abandonné : "Je suis celui qui a tout transcendé."
          Ainsi, on peut constater que le "je" se maintient en tant que témoin. 

      Mais en fin de compte ce "je" doit aussi être abandonné afin que seule demeure la Vérité qui est au-delà de l'ignorance  et de la connaissance. 

         Celui qui est venu devra partir, qu'il soit roi ou mendiant.
        Le renonçant par contre n'est plus soumis au changement.

        Celui qui a tout oublié existe pour toujours, c'est le Soi. Tout est en Lui et Il est en Tout.

         Si vous considérez le reflet de cent chameaux dans un miroir, le poids du miroir ne bouge pas d'un gramme puisqu'il ne s'agit que d'un reflet. De même, bien que  le monde phénoménal soit en Lui (le  Soi), il ne L'affecte en aucune manière.

         Ainsi, dès que vous vous abandonnez à votre Soi intérieur, tous les objets extérieurs disparaissent puisqu'ils ne sont qu'illusion. Votre véritable nature est intouchable par l'illusion. 
            Votre naissance trouve son véritable sens seulement quand vous réalisez le Soi. L'intellect, la connaissance et l'ignorance  sont apparus sur vous, le Soi : vous êtes donc avant tout cela, vous êtes le créateur. Les dieux Brahma, Vishnou, Shiva ne doivent leur existence qu'à vous seul...
          Pendant le sommeil tout disparaît, mais vous, vous existez toujours. »

     

    Shri Siddharameshwar Maharaj, "Embrasser l'immortalité"
    Édition "Les Deux Océans", Paris, 2007, Compte-Rendu n° 34

     

    Embrasser l'immortalité

     

    NB : Je me suis permis quelques aménagements dans la présentation du texte : alinéas, italique (sauf pour les noms des trois dieux à la fin qui y étaient déjà), aménagements de ponctuation, ajout de majuscules... afin de le rendre plus expressif pour le lecteur.

      


  • Commentaires

    1
    Samedi 16 Mai 2015 à 17:17

    Merci Aloysia pour le résumé de ce livre dont l'auteur a compris comment dépasser l'illusion,a compris l'ignorance dans laquelle nous sommes, pour faire un grand pas vers l'immortalité. Et c'est bien difficile à comprendre et à atteindre !!!

    Belle et douce fin de journée.

    2
    Samedi 16 Mai 2015 à 17:33

    Ce n'est pas un résumé, chère Danaé ! C'est un extrait mot pour mot. Mais comme tu le soulignes, c'est très difficile : disons que cela demande une conviction qui ne s'acquiert qu'avec une longue réflexion, et ensuite un travail constant et obstiné de longues années. Cependant Shri Siddharameshwar affirme qu'une Foi totale dans le Maître peut vous libérer sur le champ ! Et c'est exactement ce que disait aussi Jésus !!

    Bonne fin de semaine à toi aussi, bisous. Lucienne était en admiration devant tes photos de la Pointe du Raz, que je vais aller voir de ce pas.

    3
    Samedi 16 Mai 2015 à 19:21

    J'ai lu ............

    Je viens de faire une grande balade en moyenne montagne ( 11° )  de quoi débarrasser l'esprit de la poussière , on ne sent pas le moisi ( je plaisante ) 

    C'était trop beau , la nature , le vert à perte de vue .........

    4
    Samedi 16 Mai 2015 à 20:08

    Non, Rose, tu sens bon l'oxygène des cimes !! De quoi se précipiter te faire des bisous ! Ta promenade me fait rêver... (Au fait, es-tu sur facebook ? Car maintenant je ne mets plus de photos de mes promenades sur mon blog, mais j'en mets encore sur facebook... J'en ai fait une belle jeudi dernier).

    Bon dimanche, chère Rose.

    5
    Samedi 16 Mai 2015 à 21:59

    Je ne veux pas m'y mettre sur facebook

    Dommage, je ne pourrais plus voir tes balades 

    Non ce n'est pas mon anniversaire , juste pour le plaisir , c'est sympa :) de leur part 

    Bise 

    Bonne soirée 

     

     

    6
    Samedi 16 Mai 2015 à 22:04

    Tu as raison, facebook c'est très pénible ; mais je ne fais plus beaucoup de balades, et de plus je ne photographie qu'avec le téléphone portable alors ce n'est pas terrible. Mais j'ai lu en effet sur ton blog que ce n'était pas ton anniversaire... En tous cas ta page était fleurie !! Bisous, chère Rose.

    7
    Dimanche 17 Mai 2015 à 09:48

    L'humanité à aussi besoin de ce qui l'entoure fut-il illusion pour accomplir se pourquoi il est aussi ICI. Croissez et multipliez. Peut-être sommes nous CANCER dont les cellules se multiplient en dépit du bons sens. Surement que le monde illusoire qui nous entoure prend trop d'importance. Revenir à l'essentiel. Bisous Aloysia

    8
    Dimanche 17 Mai 2015 à 10:12
    Bonjour
    Beaucoup de personnes s'enferme dans l'illusion pour oublier la dure réalité mais elle leur revient toujours dans la figure!
    Bisous
    9
    Dimanche 17 Mai 2015 à 10:42

    Coucou Océanique : la toile nommée "Illusion" est notre matrice ; elle est bonne et chaleureuse et nous devons la remercier de nous porter ; c'est à partir d'elle et grâce à elle que nous nous éveillerons progressivement à la Réalité.

    Bisous Wolfe : Oui,  l'illusion peut être un dangereux chant des sirènes !! Alors gare ! La réalité dont tu parles n'est que le monde manifesté au départ, mais comme je le disais à Océanique il faut partir de ce que nous expérimentons et sentons et se laisser doucement porter par les signes d'amour qui ne manquent pas... Belle journée !

    10
    Dimanche 17 Mai 2015 à 14:06

    tout est nécessaire,  et doit être vu comme il est, sans "films" ?

    retrouver un équilibre entre le monde illusoire et le Vrai monde ?

    bon dimanche

    11
    Dimanche 17 Mai 2015 à 15:17

    Un équilibre ? Cela suppose deux objets quand il n'y en a qu'un. Bon dimanche, Witney.

    12
    Dimanche 17 Mai 2015 à 15:34

    merci et comme dans l'obscur et lumineux silence, c'est difficile malgré les mots simples (sur ton article).

    Je retiens

     Le mental n'est fait que de pensées et de paroles, et quand il est au repos et qu'il reste silencieux, les rêves, les doutes, l'intellect et les pensées s'évanouissent tout simplement.
           Ce qui reste alors, c'est le rien. 
           Mais ce rien doit aussi être dépassé.

    (je suis ... au rien .... mais pas dépassé encore ce rien)

    plein de bises (je joins  un extrait du livre de Leloup 

    Ô Trois,

    Au-delà de l’Etre, du Dieu et du Bien,

    Toi qui donnes aux chrétiens de participer à la Sagesse plus que divine, conduis-nous au-delà de toute connaissance et inconnaissance vers le plus dévoilement dont parlent les Ecritures, là où les mystères simples, absolus et incorruptibles de la théologie se révèlent dans un obscur et lumineux silence ;

    Que cet obscur et lumineux silence nous initie aux secrets de la nuit radieuse et resplendissante, intangible, plus belle que la beauté.

    Pure Présence qui remplit et déborde l’intelligence apaisée, telle est mon oraison.

    Toi aussi, mon cher Timothée, exerce-toi sans relâche aux contemplations silencieuses, laisse là toutes sensations, toutes spéculations sur l’Etre et le Néant, sois libre à l’égard du sensible comme de l’intelligible.

    Ainsi selon ta capacité, tut t’élèveras par la non-saisie et le non-savoir dans l’ouverture où tu es un avec ce qui est en amont et au-delà de toute essence et de toute connaissance.

    C’est en te laissant toi-même et tout ce qui existe que tu vivras l’évidence totale et irrésistible, la suressentielle splendeur de l’obscur et lumineux silence libre et dégagé de tout.

    Mais prends garde,

    Ceux qui n’ont pas fait cette expérience ne peuvent t’entendre.

    ….

    Denys l’Aéropagite

    (Écrit vers l’an 500)

    13
    Dimanche 17 Mai 2015 à 22:43

    Merci, chère Durgalola. Ce texte est très beau et plein de vérité.

    14
    Lundi 18 Mai 2015 à 16:06

    C'est compliqué, ce sont des mots et c'est une longue démarche... J'observe que lorsque j'ai une foi totale dans la vie, je me sens immédiatement libérée... C'est peut-être aussi une voie... Merci Alyosa, douce après midi à toi.  brigitte

    15
    Lundi 18 Mai 2015 à 17:18

    Bonjour Brigitte. Je reconnais qu'il s'agit là du condensé d'une voie qui demande un long travail de compréhension et de pratique ; vu sous cet angle ce ne sont donc que des mots, sauf pour celui qui en connaît déjà la signification et l'a déjà appliqué dans son existence...
    Par contre, avoir une foi totale dans la vie, comme tu le dis, est un immense acquis et certainement la base de toute voie ! Belle fin de journée, Brigitte.

    16
    Lundi 18 Mai 2015 à 17:45
    daniel

    Excellent texte qui me va comme un gant ! Nous ne nous connectons pas assez à notre espace intérieur. Pourtant il est illimité, sans forme et nous permet de grands voyages contrairement à notre corps physique qui n'est , somme toute, qu'une petite boîte( bien utile quand même!)

    17
    Lundi 18 Mai 2015 à 18:15

    happy  Oui, Daniel, à la "petite boite" (de conserve...) préférons le "corps glorieux", clair et extensible à l'infini... ! Mais ensuite, comme le rappelle Sri Siddharameshwar, le chemin n'est pas terminé ; encore faut-il se rappeler que c'est la forme la plus subtile de l'ego... !

    18
    Mardi 19 Mai 2015 à 10:16

    Un p'tit bonjour

    Jean

    19
    Mardi 19 Mai 2015 à 15:00

    Bonjour Jean !



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :