• Quelle est ma demeure ?


           Après quelques jours d'un voyage merveilleux à tous points de vue - par la beauté des lieux, des lumières et des couleurs, comme par la douceur des rencontres faites et des moments passés -,  je vous livre tout de même quelques images de l'endroit où je suis allée, avec mes réflexions.

        J'aurais tendance à vous dire : "Devinez où c'était ?" mais certains d'entre vous le savent pour avoir vu mes photos sur facebook ou pour avoir reçu de moi une carte, et d'autres reconnaîtront aisément l'endroit pour habiter à proximité (je pense notamment à Carole). 

          Afin de conserver un mystère je me contenterai de glisser un lien internet, et c'est de toutes façons nécessaire à mon propos.

           Me rendant là-bas je songeais à Saint-Exupéry demandant au "Petit Prince" :

    « Tu retournais vers le lieu de ta chute ? »

          En effet je suis retournée là exactement où j'étais "tombée" juste après ma rencontre avec celle qui me guida vers l'Advaïta Vedanta, moment si précieux que je vis comme une naissance et ne peux m'empêcher d'associer à ces paysages.

             C'est un endroit qui rappelle beaucoup l'Italie (cliquez sur les images pour les agrandir)

     

    Quelle est ma demeure ?

     

     Quelle est ma demeure ?

           

    Quelle est ma demeure ?

     

    Quelle est ma demeure ?


          Et que j'ai donc déjà visité en 2014 ici.


    Quelle est ma demeure ?


            En me promenant parmi ces lieux magiques, me revenaient sans cesse en tête les vers de Du Bellay :


    « Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux
    Que des palais Romains le front audacieux ;
    Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine,

    Plus mon Loire gaulois que le Tibre latin,
    Plus mon petit Liré que le mont Palatin,
    Et plus que l'air marin la douceur angevine... »

     

            Mais quel est mon véritable pays ? De quelle planète suis-je tombée ?

          C'est de la bouche des enfants  (du latin infans, "qui ne parle pas" - je veux donc dire "depuis l'inaudible") que sort la Vérité. Ma petite-fille, que je gardais avec son petit frère, me dit malicieusement :

    « Veux-tu manger du vieux pas né ? Ben oui, c'est un vieux qui est pas né... !! »

         Par exemple ! Je n'y avais jamais songé, à ce jeu de mots ! Et tout un pan de Réalité m'éclate au nez... Comme le soulignait Nisargadatta Maharaj, notre corps est un "corps de nourriture", c'est-à-dire qui survit par la nourriture mais aussi est constitué de nourriture. La nourriture est partout dans ce que nous appelons "matière vivante" et nous ne sommes constitués que de ces échanges : absorber, être absorbé, éliminer, être éliminé - à tous niveaux d'ailleurs, au niveau respiratoire également. L'ensemble forme une immense masse vivante d'échanges absorption-résorption (c'est pourquoi sans doute Jésus a dit : "Prenez et mangez-en tous, ceci est mon Corps...") qui au terme de la réflexion est immuable et éternelle.

          Mais pour sortir de l'atmosphère (bien d'actualité) de cannibalisme et de pourriture qui caractérise nos croyances en la réalité des corps et de la "matière", rappelons-nous le pur message du Vedanta, martelé par Sri Ramakant Maharaj dans "le Soi sans Rien" et que j'approfondissais justement ces jours-ci à travers la belle étude de Rupert Spira intitulée "Présence":

        Je suis "tombée" dans l'illusion comme on tombe amoureux ou comme on tombe endormi ; mais en réalité tout ce que je crois expérimenter n'est qu'une traduction mentale de Ce Qui Est, une interprétation qui transforme le véritable Soi Unique que Je Suis en un Ego s'imaginant séparé, et donc fabriquant frontières, différences, espace et temps...

           Ai-je été témoin de ma propre naissance ? Celle-ci n'existe généralement pas dans notre mémoire, elle n'est donc que supposée et basée sur la croyance en des "on-dit". Mais si par hasard cela était, ne fallait-il pas que je sois déjà là pour en être témoin ?

           Aussi peut-on affirmer que je ne suis jamais né(e) ; et dans ce cas je ne puis non plus mourir... L'ego le peut certes (et même le doit !), et c'est là la signification du symbole si puissant de la "croix" du Christ : quand l'ego, cloué à l'espace-temps, et donc à la souffrance, au jugement, etc... disparaît, il emporte avec lui toutes ces notions, ainsi que celle de l'existence des corps et l'illusion de séparation.

          La dissolution de ces croyances doit surgir, Rupert Spira l'affirme tout comme Ramakant Maharaj, au moment même où vous êtes subitement convaincu de vous être toujours trompé sur vous-même, et où preuve vous apparaît clairement que vous étiez présent avant votre naissance et ne cesserez jamais de l'être.

           Aussi étonnant que cela puisse nous paraître, à nous égos convaincus d'être emprisonnés dans des corps mortels, cette évidence surgit au terme d'une longue maturation, et n'est donc qu'une étape prochaine et certaine de notre existence humaine.

       

     


  • Commentaires

    1
    Dimanche 29 Octobre à 08:14

    Quant à moi je craque pour la 2 ème photo

    Il suffit de QQ rayons pour s'éclater 

    Laissons passer le temps qui emporte avec lui certaines  images mais quand la lueur est là

    Les souvenirs renaissent encore plus beaux 

    Parfois il vaut mieux se souvenir que de vouloir vraiment faire revivre un souvenir 

    Bon dimanche 

    @+ :)

      • Dimanche 29 Octobre à 14:54

        Aucun souvenir ne revit ! Tout est neuf ! Mais j'aime à voir des correspondances quand il s'agit d'un chemin : on en fait le tour et on regarde de l'autre versant... sarcastic

        Oui, Rose ces quelques jours ont été une floraison de lumière.

    2
    Dimanche 29 Octobre à 11:39
    Daniel

    J'ai souvent conscience d'être enfermé dans une petite boîte, une petite boîte où la densité est grande. Des frontières mentales m'empêchent de m'ouvrir totalement à ce qui est . Mais la respiration m'aide un peu à transcender tout ça . 

    La respiration et la méditation !!

      • Dimanche 29 Octobre à 14:58

        Ce que tu décris correspond bien à l'expérience que l'on a avec l'assise, la méditation "posée" et yeux fermés. Mais si tu médites en marchant, les yeux ouverts ? Faut-il se fermer pour "s'ouvrir totalement à ce qui est" ? N'y a-t-il pas un message en toute perception ?

    3
    Dimanche 29 Octobre à 15:30

    Bonjour Aloysia,

    Si l'on est non né alors la mort n'existe pas et ce sera qu'une continuité notre vie ! Bisous bisous

      • Dimanche 29 Octobre à 15:54

        wink2   Je plonge dans le non-né !! Mais il est indifférencié et pas évident à saisir... clown

    4
    Dimanche 29 Octobre à 20:39
    Durgalola
    Je perçois cette traversée terrestre . En comprenant qu'elle est nécessaire. Bises
      • Dimanche 29 Octobre à 20:48

        Je ne sais te répondre, mais te remercie de tout coeur pour ta présence. Amitiés.

    5
    Mercredi 1er Novembre à 14:18

    Je sais où tu es allée avec tes réflexions...

    Beau jeu de mots de ta petite-fille.

    Me voici de retour !

    Merci pour tous tes commentaires.

    Bises Aloysia

      • Mercredi 1er Novembre à 18:13

        Et c'est vraiment un endroit délicieux ! Merci de ton passage, chère Béatrice.

    6
    Jeudi 2 Novembre à 21:05
    durgalola

    bises et merci pour ta visite ; ma semaine est bien occupée (comme nous tous, je pense). Bonne soirée.

      • Vendredi 3 Novembre à 09:02

        C'est la pleine lune, il y a du mouvement dans l'air !... 

    7
    Samedi 4 Novembre à 08:31

    Merci de tes mots. J'ai lu quelque part que la mort s'opposait à la naissance, mais non à la Vie.

    Amitiés

    Alain

      • Samedi 4 Novembre à 09:10

        Il suffit de s'en rendre compte... "lire" est anecdotique ! Amitiés cher Alain.

    8
    Dimanche 5 Novembre à 10:27

    Née quelque part 

    Ce n'est pas là que j'ai choisi de m'y enfouir

    Mais que sis-je du lieu d'où partira mon voyage

    Même si je me sens née de la mer et du vent

    Mère bretonne et père parisien ayant toujours l'envie de partir.

    C'est à la Bastille (symbolique) que j'ai attéri ... d'où venais-je

    Belle journée Aloysia 

    Merci de tes belles photos et de celles d'ici...

    Bisous

      • Dimanche 5 Novembre à 14:00

        Bisous, Oéanique du vent et de la mer ...smile

    9
    Dimanche 5 Novembre à 20:52
    durgalola

    Bonsoir Aloysia, tu as raison le poème choisi me plaît bien mais n'est pas adaptée ; surtout j'aime beaucoup le chant : la première en chemin

    https://youtu.be/nl7dtLswyzA

     

    Bises et bonne soirée.

     

      • Dimanche 5 Novembre à 22:54

        Merci pour ce lien qui me permet de comprendre pourquoi tu disais "en chemin"... Je ne vois pas du tout "Marie" sous ce jour de première disciple du Christ ; contrairement aux fidèles de la tradition évangélique qui en font une sorte de modèle humain je la vois comme la représentation de l'Esprit, de la Sagesse, cette Femme couronnée d'étoiles qui paraît dans l'Apocalypse ; enfin celle qui a inspiré les cathédrales et qui est apparue à Lourdes, pour moi c'est le visage féminin de Dieu, bien au-delà de la mère de Jésus. 

    10
    gazou
    Lundi 6 Novembre à 13:58

    Il est des lieux qui nous ressourcent

    Le jeu de mots de ta petite fille est très joli et intéressant

    bonne soirée!

      • Lundi 6 Novembre à 17:21

        Tout à fait. Merci de ta visite, Gazou.

    11
    Lundi 6 Novembre à 19:13
    durgalola

    je partage ton analyse finale. Tout en acceptant, son existence ... Dans le tableau de REmbrandt, le fils prodigue, le père a une main féminine et une main masculine.

    Pour le défi, j'ai cherché et ce type de bateau promenade est utilisé au Japon (par exemple là où je situe l'histoire (tous les éléments sont véridiques) ; le temple est des plus anciens).

    Et pour l'auteur, zut, il n'y a pas de livres à emprunter, juste deux à réserver et lire sur place . 

    Je regarderai dans une bouquinerie. Bises et merci d'avoir attiré mon regard sur cet auteur. 

    12
    Mardi 7 Novembre à 00:01

    Des jours que tu as su savourer en compagnie de ta famille  ! Les photos sont paisibles...

    "La dissolution de ces croyances doit surgir, au moment même où vous êtes subitement convaincu de vous être toujours trompé sur vous-même"

    impression que j'ai eue il y a peu avec la sensation d'un temps qui s'éternise, beaucoup plus "élastique". Je ne sais si mes croyances se sont fait la malle... elles étaient déjà en partance... je sais une chose, c'est que alors que le monde semble attendre des affirmations de soi, des positionnements, des réactions, la seule position que je puisse avoir est celle de l'acceptation de ce qui est, avec juste le souhait, silencieux, que chacun s'en sorte grandit (ou plus petit, après tout) mais bien dans la vie.

      • Mardi 7 Novembre à 18:31

        Merci de ton beau témoignage, Carmen... money

    13
    Mercredi 8 Novembre à 01:04

    Tu étais à Clisson ? Notre "Sud" à nous... est-ce que tu as vu La Garenne-Lemot ?

      • Mercredi 8 Novembre à 09:15

        Ah oui ! Plusieurs fois !! La fois qui est en lien (il faut cliquer en bas du 1er article pour avoir "suivant") et davantage cette fois car au début je n'étais pas montée sur le coteau, alors que là je suis allée partout. Et j'y retournerai puisque mes enfants y habitent. Je comprends que ce soit votre "Sud" avec ses airs italiens !



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :