• Québec 1967 : 13 - La Gaspésie

     

          Treizième volet de mon Voyage à travers le Québec, l'été 1967... Nous atteignons l'Atlantique  ! (voir ici).

         
     

    Québec 1967 : 13 - La Gaspésie

    Les rives du Saint-Laurent vers la Gaspésie 

     

        Le mercredi 26, nous prîmes la route de Gaspé, emportant notre pique-nique pour le repas de midi. Au fur et à mesure de notre avancée, le paysage devenait de plus en plus joli : le Saint-Laurent était devenu si large que nous nous croyions à la mer, et la région redevenait accidentée, reprenait son visage montagnard.
     

    Quelques vues de la "route de Gaspésie" (cartes postales de l'époque)

    Québec 1967 : 13 - La Gaspésie


    Québec 1967 : 13 - La Gaspésie

     
     
     

    Québec 1967 : 13 - La Gaspésie

     

        Après quelques arrêts, dont un à Sainte-Anne-des-Monts vers 10 heures, nous nous installâmes pour déjeuner dans une petite anse bordée d’une jolie plage et limitée par deux pointes. L’ambiance maritime se précisait de plus en plus et depuis quelques temps nous avions l’impression de suivre une côte.
        Nous parvînmes enfin à l’Océan à Cap-des-Rosiers et pûmes nous y baigner. Seulement l’eau était si froide1, que malgré le temps resplendissant, peu d’entre nous s’y risquèrent.
        Enfin ce fut Gaspé, capitale de la rayonnante province de Gaspésie. Nous dormîmes bien cette nuit-là, car la journée avait été bien remplie – comme toutes celles de notre voyage d’ailleurs.
     

    Québec 1967 : 13 - La Gaspésie
    Gaspé : la Baie des chaleurs

     

        Le lendemain fut à marquer d’une pierre blanche dans l’ensemble de ce merveilleux voyage, car ce fut peut-être la journée la plus réussie, grâce à un temps idéal et à la beauté des paysages que nous pûmes admirer. Nous devions nous rendre au Cap-Percé, l’un des sites les plus remarquables du Québec.


    Québec 1967 : 13 - La Gaspésie

    Cap Percé (toujours une carte postale)

     
        Percé est un petit village au bord de l’Atlantique qui tire son nom d’un énorme rocher isolé troué d’une large excavation, aussi grandiose par ses dimensions qu’étonnant par sa position.
        Au large des côtes on aperçoit une grande île, l’île Bonaventure, qui sert de réserve à toutes sortes d’oiseaux de mer et particulièrement à des colonies entières de Fous de Bassan.

    Québec 1967 : 13 - La Gaspésie

    Fous de Bassan sur l'Ile Bonaventure (carte postale)


        A notre arrivée, vers 10h30, nous cherchâmes d’abord une vedette pour nous emmener promener en mer autour de l’île. Cette excursion fut délicieuse : il faisait beau, chaud, avec un léger vent frais, et l’île Bonaventure était superbe. Nous y admirâmes des milliers d’oiseaux, que les amateurs purent filmer tout à loisir et même de tout près, tant notre passage ne sembla jamais les effaroucher. L’île semblait un véritable paradis, mais il était formellement interdit d’y aborder.

    Québec 1967 : 13 - La Gaspésie

    (Même chose...)

        A notre retour, on nous laissa libres jusqu’à 17 heures. Certains décidèrent de prendre part à une pêche à la morue. Pour moi, je préférai rester sur la plage. J’entrepris d’abord avec quelques camarades une promenade autour du Rocher Percé : c’était une assez périlleuse aventure, mais nous ne nous en doutions alors pas.

     

    Québec 1967 : 13 - La Gaspésie
    Ci-dessus et ci-dessous, le Rocher Percé (même chose)

    Le Rocher Percé



        En effet, le rocher était relié à la terre par une assez large bande de sable et nous nous y élançâmes ; mais nous comprîmes la difficulté de notre entreprise lorsqu’il nous fallut progresser le long de la paroi verticale, sur des roches très glissantes et exposées aux vagues qui venaient se briser sur nous. Nous nous réjouîmes de n’avoir pris ni appareils photos ni bagage quel qu’il soit et nous concentrâmes sur notre marche précautionneuse, en serrant les dents dans l'eau glaciale1 alors que le soleil dardait ses rayons brûlants. Le plus difficile fut la traversée du chenal d’eau passant sous le porche de la Roche Percée : l’eau, très claire, y était profonde de quelque quatre-vingts centimètres, ce qui nous empêchait de discerner clairement le fond, de plus en plus glissant.

    Québec 1967 : 13 - La Gaspésie

    Le chenal du rocher percé, mais sans doute ici à marée basse (même chose que plus haut)

     
       Lorsque nous sortîmes enfin triomphants de l’épreuve, nous n’eûmes pas le courage de terminer le tour du rocher, et revînmes sur nos pas : après tout, nous avions vu l’essentiel, et comme bain de mer, cela nous suffisait largement !
        Il était assez tard lorsque nous nous retrouvâmes près du village, et nous décidâmes d’aller acheter notre repas dans une épicerie. Je pensais m’offrir un pique-nique frugal, mais le résultat fut navrant : les petits pains sous plastique étaient infects, le fromage était dur et desséché. Je terminai avec une noix de coco que je ne pus achever, à cause de son énormité.
        Nous nous promenâmes dans le village, fîmes quelques courses et bavardâmes jusqu’au moment du départ. Nous aurions voulu ne jamais quitter ce lieu… C’était une véritable journée de vacances, et notre dernier jour en Gaspésie !
     

    Suite et fin du récit ici
    .


        1 : La côte Est du Canada est baignée d'eaux très froides à cause du passage du courant du Labrador (voir ici). C'est pourquoi aussi la morue y prolifère.
     
     

  • Commentaires

    1
    Mardi 14 Mars 2006 à 12:00
    Je découvre ton blog et trouve superbe toutes ces photos et cartes postales! Un bien beau périple qui donne envie d'une petite escapade au Québec en tout cas...Bonne journée
    2
    Mardi 17 Février 2015 à 09:29

    Cela donne envie vraiment car ma fille y a été et c'était super beau ! Merci de nous ressortir tes anciens écrits sous une forme jolie. Bises Aloysia

    3
    Mardi 17 Février 2015 à 17:50

    Merci ma chère Danaé !! Bisous !

    4
    Vendredi 10 Avril 2015 à 11:30

    bonjour c'est notre rève d'aller en Gaspésie et au Québec et +++ c'est un bel article et souvenirs  !!!  et de belles photos  ,  passez un très beau weekend    a+   amicalement

    5
    Vendredi 10 Avril 2015 à 21:19

    happy  En effet, c'est un rêve ! Bises.

    6
    Vendredi 3 Février à 20:54
    Durgalola
    50 ans que tu as fait ce voyage. Comment ressentirais tu les choses maintenant ? Bises
      • Vendredi 3 Février à 21:07

        C'est surtout qu'elles seraient bien différentes !! Identiques, je les ressentirais pareil, mais si je retournais au Québec ce serait sûrement très changé - et les conditions de mon voyage le seraient également !

    7
    Samedi 4 Février à 09:33
    Durgalola
    Des amis grands voyageurs avec sac d'os avant l'arrivée des enfants reviennent d'un grand voyage. Maintenant ils ont besoin de plus de confort. Bises
    8
    Samedi 4 Février à 09:34
    Durgalola
    Sac à dos... Au lieu de sac d'os. ...
    9
    Mardi 14 Février à 19:36

    Nous aurions aimé aller en Gaspésie...

      • Mardi 14 Février à 21:00

        Je vous comprends ! Mais on ne fait pas toujours ce que l'on veut.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :