• Princesse

     


     
    Donne-moi ta petite main blanche
    Où s’enchevêtrent des tiges fleuries de volubilis
    Souris de ta petite bouche fine
    Qu’égayent des corolles de liserons blancs
    Penche ta chevelure précieuse
    Entremêlée de glycine follette

    Tu n’es qu’une fleur
    Ô petite bien-aimée
    Vers laquelle je me penche pour te respirer
    De ta robe violette
    S’exhale le parfum des gentianes
    Et de ton buste blanc
    Je ne vois que la forme en lys

    Si je souffle vers toi
    Pencheras-tu rêveusement sur le côté
    Comme au souffle du vent
    La fleur de mon jardin
    Et si j’attends le soir
    Fermeras-tu ta corolle aux rosées de la nuit
    Et quand viendra le temps
    Tomberas-tu flétrie en poussière à mes pieds

    Ô grâce sois encore
    Devant moi gigantesque
    Comme le mur de mon jardin
    Le paradis c’est tout petit
    Sinon où suis-je qui suis-je que devenir
    Il n’y a plus de paradis

    1979
     
     
     

  • Commentaires

    1
    Jeudi 14 Septembre 2006 à 12:00
    Je ne l'avais pas lu celui-ci et le découvre avec ravissement...


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :