• Premières glissades à ski

     
    Souvenir  d'un apprentissage  du ski tardif et succinct, mais ô combien apprécié !
    (le poème a déjà été publié l'an  passé, mais date de beaucoup plus longtemps)


    Cette piste, située à Bussang dans les Hautes-Vosges,
    ressemble à la piste centrale de Super-Besse sur laquelle j'ai pris mes deux
    uniques leçons de ski, et éprouvé ce qui est exprimé ci-dessous.



    Immuablement froide et ferme à l'horizon
    Elle te fortifie tel l'œuf originel
    Et voici ton chemin, ton paysage neuf :
    A travers ces talus, ces buissons, ces rochers
    Tu la vois qui t'aspire,
    Et c'est la voix des cimes,
    Et c'est ta voix nouvelle,
    Et c'est ta voie majeure,
    Sainte Marie Majeure,
    Sainte Epée de Folie !

     

    O Neige tout éclat,
    Tu brilles à l'infini ;
    Tu fumes d'or tissé
    Et je glisse...
    Et voilà, j'ai glissé, et le gouffre a parlé,
    Le gouffre m'a saisie, et je file, emportée
    Vers où, je ne sais pas,
    Vers le bord où je meurs,
    Vers le bord où je veux, vers le bord d'où je sors
    Des feux du désespoir,
    Où dans l'effort conscient je change
    Et modifie ma trajectoire,
    Où triomphalement je décide de vivre,
    Et encore, et encore,
    Où je dis : me voici,
    Et me voici encore !

     

    O Neige, resplendis :
    Ton ciel est bleu profond...
    La voix me dit : respire !
    Et bientôt tu m'accueilles,
    Et bientôt je suis lasse,
    Et bientôt je suis là,
    Blottie
    Dans toi,
    Au creux de ta froide blessure,
    Dans l'absence même de la Terre,
    Dans la molle pression d'une eau décente
    Et dans la joie sans fond de la descente,
    Dans le cri de terreur d'une chute insensée :
    Jaillis !!!
    Jaillie de toi depuis toujours,
    Je gis au creux de ton sourire écumant de velours :
    Je suis l'oiseau oublié de tes doigts
    Qui a volé, qui est tombé,
    Qui a trouvé
    Et son ciel, et sa lune,
    Et ses étoiles...

     

     

     

  • Commentaires

    1
    Lundi 15 Février 2010 à 12:00
    Ha bien tu l'as vécue à fond cette descente! je la vivais en te lisant ! "Ton sourire écumant de velours" que c'est doux et poétique, quel talent ! tes poésies sont toujours agréables à lire, bonne soirée Valentine bisous


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :