•  
    Quelques haïkus hâtifs sur le temps qu'il fait...


     


    Le ciel s'est noirci
    Un déluge impitoyable
    Les fleurs sont en pleurs
     


     

    La rue est rivière
    Et le jardin devient lac
    Un bateau surnage
     

     

    Tourbillon des eaux
    Survivrai-je au tsunami
    Dit la rose jaune

     
     
     

    1 commentaire
  •  
        Voici deux haïkus, inspirés l'un de la journée d'hier, l'autre de celle d'aujourd'hui.
      

    - 1 -
    La chasse


    undefined  
     
     
    Dans les bois touffus
    Petit chien se met en chasse
    Jappe et disparaît
     


    undefined
     
     

        Hier, il y avait des chasseurs dans la forêt de Saint-Aubin. Un vendredi après-midi, je ne m'y attendais pas. Est-ce parce qu'elle a entendu aboyer les chiens ? Ou parce qu'elle a senti le sanglier ? En tous cas, ma petite Scully ne me semblait pas de taille à se mesurer à plus gros qu'un lapin... ! Eh bien cela lui fut complètement égal. Elle a tant et si bien disparu, que malgré nos efforts ce sont les chasseurs de ce matin qui l'ont récupérée, complètement épuisée...
     
     
     
     - 2 -
    Premiers rayons
     


    Le soleil revient
    Il fait rire les jonquilles
    Et les primevères

     

     

    undefined
        Ce matin, nous avons regardé s'ouvrir nos fleurs...
     
     
     

    1 commentaire
  •  

    Rocher creux

     
     

        Voici un second haïku inspiré de cette image. 
     

    Le porche béant
    Un appel mystérieux
    Et l’effroi te glace
     
     

    1 commentaire
  •  

        Depuis quelque temps, je me propose de m'essayer aux haïkus.
        Ce qui m'effraie, c'est qu'il s'agit là d'un genre extrêmement codifié, et qu'il requiert si j'ai bien compris beaucoup plus que des exigences rythmiques : des exigences thématiques  et aussi de sonorités.
        Mais enfin, tant pis ; je me lance ! Ce sont mes photos de l'article précédent qui m'ont inspirée.

     

     

      

     
    Un nid de fougères
    Des rochers une pinède
    Le chevreuil détale

     

     

     

    1 commentaire