•  

     

    Calligramme-Bréhec

     


    Pas évident de faire tenir le site de Bréhec en calligramme sur cette page... Autant réduire l'univers dans la chas d'une aiguille ! Mais en cliquant sur l'image vous devriez la voir s'afficher plein écran. En attendant, voici l'original :
     


    Il manque quelque chose sur la photo, vous avez vu ? C'est le "toureau", que j'ai grossi considérablement sur le calligramme parce que c'est, avec la pointe de la Tour, "l'emblême" de Bréhec : un petit phare (sans lumière : une tour) au large de la baie, ici caché par la jetée, qui marque la position d'un récif (on l'appelle aussi "le Taureau", héhé, parce que comme dans les arènes on l'évite et on le contourne en bateau !). Vous le verrez mieux ici :
     


    Ou là (on voit bien les dents et le nez du crocodile...):


    Quant aux "coquillages", combien j'en ai ramassé par le passé, et comme ils étaient jolis ! J'ai même fabriqué des figurines avec, en les collant les uns aux autres. Mais j'ai bien peur qu'ils aient disparu aujourd'hui. C'est comme les grottes de la Pointe ; il y en a de moins en moins, et il faut aller de plus en plus loin pour les trouver : les tempêtes les effondrent peu à peu...

    A Bréhec-plage, dans les années 60, il y avait peu de bateaux amarrés et le port n'était pas si pollué. Quand la marée était haute, on plongeait de la jetée, et on remontait par l'escalier latéral, ou par les petites échelles pratiquées pour les marins.
     
     
     

    1 commentaire


  • Pour un départ



    Calligramme composé pour le départ en retraite d'une collègue anglophone.

    (Cliquez sur l'image pour l'agrandir !)

     

     

    1 commentaire



  •  "La merveilleuse Mère Veilleuse", toile d'Annie Lauro (le Chant des Toiles)

     
     

     

    L a musique est entrée en moi comme une aurore,

    U  ltime aspiration de lendemains noyés :

    C  'est un reflet de lune aux traits émerveillés,

    I  lluminant mes yeux qui te cherchent encore.

    E  st-ce toi ou ton ombre, Amour entre-aperçu... ?

    N  'est-ce que ton regard, qui me presse et m'espère ? 

    N  é du feu de la nuit, ton rayon me libère...

    E  t puis voici ton Corps, d'où mon Corps est issu.

     

     

    1 commentaire


  • Le signe de la Vierge, par Johfra

     

     

    P  arce que tu avais un ange à ta fenêtre,

    A  ssis sur un coussin de lys et de glaïeuls,

    S  ouriais-tu sans crainte à ces porteurs de guêtres,

    C  omiques d'apparence - et dans leur jeu, si seuls ?...

    A  fin de les comprendre un peu, tu fis un geste

    L  impide et pénétrant, d'au-delà du tilleul ;

    E  t puis tu t'en allas, insoucieuse du reste...

     

     
     
     

    votre commentaire
  •  

     


    Un grand merci à Totem et à son site "Éternel présent" qui m'a fourni cette image

     

     

     

    P eut-être seras-tu l'éblouissant mirage

    A u milieu des filets dénoués du silence...

    U nique dans les flots qui meurent au rivage,

    L ibre, tu passeras sur les astres immenses,

    E t tu retourneras dormir au fond des âges.

     

     

     

     

    1 commentaire