•  

    Foret-4oct-2.jpg


    Dans le bois endormi sous la bruine légère,

    Des trouées de mystère
    Enrobent les bruyères... 

     

    Foret-4oct.jpg


    Les fougères roussies

    Puis un érable en feu
    Rappellent que l'automne arrive à petits pas.
    Champignon, es-tu là ?
    Châtaigne, me voici ! 

     

     

     

    1 commentaire
  •  
     

    La Lune

    (Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

      

    Lune,
    Bulle claire
    Entre deux pompons noirs,
    Tu ris sur le ciel bleu naïf
    Qui t’auréole à peine…
    Petite lune charmeuse
    Qui cours entre deux branches,
    Que fais-tu sur ce toit,
    Coquine ?
     
    Envolée savonneuse,
    Ballon éberlué,
    Tu regardes là-bas l’horizon citronné
    Où l’azur s’assombrit,
    Et tu laisses le ciel
    T’environner de nuit
    Pour créer le silence,
    Et faire de ton rire
    Son œil unique et muet dans la ténèbre obscure…
     

     

    La Lune

     
     

    1 commentaire
  •  
       Voici un poème écrit en 2006 et qui paraîtra dans mon prochain recueil, Instants Secrets, prévu pour mai prochain.
     

    Jardins sous la pluie
    Vergers et jardins potagers derrière l'Hospice Saint-Roch d'Issoudun (cliquer  pour agrandir)

     

    Dans la grisaille du matin,

    Une pluie fine et pénétrante

    Qui détrempe tous les jardins

    Et rend la marche dérapante.

     

    Les arbustes aux branchages nus

    Se décorent de gouttelettes

    Qui tremblent en bourgeons menus,

    En scintillante collerette.

     

    Et la tristesse se dissout

    Dans le crachin et la brouillasse,

    Car les pommeaux gelés des choux

    Ont le nez rouge sous leur crasse…

     

    Emmitouflée sous mon pépin,

    J’emplis mes yeux du paysage ;

    Le sommeil mouillé des jardins

    Étincelle sur mon passage.

     

     

    Jardins sous la pluie
    (Un de ces potagers vu de plus près)

     

         Comme accompagnement musical, je ne vous propose pas  Jardins sous la pluie de Claude Debussy (qui est trop gai puisqu'il s'agit dans ce morceau d'une pluie d'été) mais Ondine, tiré de Gaspard de la Nuit de Maurice Ravel, interprété par Abdel Rahman El Bacha.
     
     
     
     

    1 commentaire
  •  

    Hiver

    Parc François Mitterrand-Issoudun - Mars 06

     


    Hiver
    Aux perles d’or entre les doigts des arbres

    Aux journées pâles où s’allonge le ciel

    Aux heures miellées sous la vitre embuée


    Hiver qui passes en écorchant nos vies

    Qui siffles à nos oreilles et souffles à nos cheveux

    Hiver de feu pour notre nez rougi

    Et nos mains grelottantes

    Paré d’espace quand s’étoile la nuit


    Hiver plombé comme un chapeau de brume

    Sur les toits enfumés

    Qui retiens en tes serres les trésors non éclos


    Hiver cercueil où rêvent les troncs noirs

    Et qui pèses en silence sur la terre endormie


    Je t’aime de très loin

    Quand je suis bien au chaud


    Tu brilles comme un cristal

    Et comme lui tu coupes

    Tu as la beauté dévorante

    Des chevaliers vainqueurs


    Mais où tu es passé

    Les plaines refleurissent infiniment plus belles

     

     

    Janvier 2006

     

    1 commentaire
  •  

    Hiver-dec10.jpg

     

    Hiver

    Aux perles d’or entre les doigts des arbres

    Aux journées pâles où s’allonge le ciel

    Aux heures miellées sous la vitre embuée

     

    Hiver qui passes en écorchant nos vies

    Qui siffles à nos oreilles et souffles à nos cheveux

    Hiver de feu pour notre nez rougi

    Et nos mains grelottantes

    Paré d’espace quand s’étoile la nuit

     

    Hiver plombé comme un chapeau de brume

    Sur les toits enfumés

    Qui retiens en tes serres les trésors non éclos

     

    Hiver cercueil où rêvent les troncs noirs

    Et qui pèses en silence sur la terre endormie

     

    Je t’aime de très loin

    Quand je suis bien au chaud

     

    Tu brilles comme un cristal

    Et comme lui tu coupes

    Tu as la beauté dévorante

    Des chevaliers vainqueurs

     

    Mais où tu es passé

    Les plaines refleurissent infiniment plus belles

     

    (réédition)

     

     

    1 commentaire