•  

         En ce qui concerne les formes poétiques, j'avoue m'être longtemps limitée aux plus simples, avant de passer à la poésie dite "libre" que je croyais plus "actuelle".

          Voici cependant, pour les amoureux des formes classiques, un petit Rondel que j'ai écrit dans ma jeunesse à l'instigation d'un cours de versification, et dont le sujet était : " À l'instar de Théodore de Banville, écrivez un poème sur le thème "Nous n'aimons pas la sombre nuit".

     

     

    Nous n'aimons pas la sombre Nuit

    Qui dans ses abîmes nous plonge ;

    Elle est pleine de noir mensonge

    Et nous étouffe en son ennui.

     

    Dans les ténèbres rien ne luit :

    Aucun astre, pas même en songe !

    Nous n'aimons pas la sombre Nuit

    Qui dans ses abîmes nous plonge.

     

    La Mort sournoise alors poursuit

    Le pauvre être que le mal ronge ;

    Et jusqu'à l'infini s'allonge

    L'ombre écrasante que l'on fuit.

    Nous n'aimons pas la sombre Nuit.

     

     

    Nuit.jpg

     
     
     

    1 commentaire
  •   

     

     

    La lune et les éléments du feu...

    Un peu plus bas moi, près de la rivière.
    Un arrosoir plein d'eau avec l'espace dedans...

     

    Dans Toi, des étincelles de nuit ; la boule tournoyante...

    Elle, éparpillée comme Ophélia dénudée.

     

    Trois en une : la fraîcheur et le feu,
    L'onde fluide et l'air qui chauffe.

     

     

    1 commentaire

  •  

     

    Tu danses sur le sable ébloui
    Tu parles aux arbres des forêts
    Tu rêves les nuages effacés
    Tu chantes à l'averse ailée

    Et les cris des oiseaux dispersés
    Les larmes des printemps blessés
    Les ivresses des berceaux d'or
    Les glissantes saisons

    Ont jeté leur voile innombrable
    Sur tes yeux noyés

    La montagne sous tes pas
    Rayonne comme l'abîme

    Tu es l'étoile bleue
    Si lointaine

     

     

    1 commentaire