•  

    Le Silence un instant s’est mué en Colombe
    Une Colombe immense aux ailes déployées

     

     Et je voyais brûler dans son cœur entrouvert
    Une flamme vermeille
    Une flamme si vive
    Qu’elle aurait dû le consumer


    Qui montait par volutes
    Palpitant doucement 
    Flamboyant rougeoyant
    Sans s’éteindre jamais ni attaquer les chairs


    Et l’oiseau immobile
    Somptueuse Présence en Blanc immaculé
    M’offrait en m’aveuglant
    Le Calice rubis de son Cœur embrasé

     

     


    20 commentaires
  •  

             Depuis que ma rencontre avec Jack m'a conduite à écrire sur le Silence, ce poème est le 6e. Merci à lui. 

     

    Transfiguration

     

     

    Là règne le Silence
    et sa Paix souveraine

    À son appel profond
    mystérieux et puissant

    ton âme a défailli
    ivre d’adoration

     

     


    11 commentaires
  •  
         Dans la Grèce antique, à côté des religions officielles qui n'étaient en fait que  soumission à l'ordre public, existaient des religions dites "à mystères" qui étaient basées sur l'initiation (et entourées donc du plus grand secret, d'où leur nom) et attiraient un immense public.

            On distinguait les Mystères d'Éleusis définis par le culte de Déméter, déesse des moissons descendue aux Enfers rechercher sa fille Perséphone enlevée par Hadès et revenue dans la ville d'Éleusis sous l'aspect d'une mendiante, et les Mystères Orphiques, plus complexes mais présentant la même traversée des Enfers par le héros Orphée, descendu chercher sa bien-aimée Eurydice, également la proie du Dieu des morts.

     

    Orphée et son mystère
    Orphée ramenant Eurydice des enfers - J-B Corot

     

          Cependant le mythe d'Orphée, outre qu'il nous parle davantage à cause de l'aspect "Prophète" du personnage, poète d'exception capable de parler aux animaux et d'émouvoir les pierres, se double également d'une relation avec le Dionysos Zagreus d'origine moyen-orientale, démembré par les Titans à la manière de l'Osiris égyptien... et par là offrant une similarité avec Jésus mis en croix.

          Comment ne pas comprendre que par sa Foi en son âme divine (représentée par Eurydice qu'il aime), Orphée est conduit à traverser le monde des ombres et de la souffrance et à comprendre que c'est celui dans lequel nous vivons tous et qui est erroné ; jusqu'à accepter sa destruction complète en tant qu'être de chair, pour renaître au monde véritable qui est sa nature divine ? Voici ce qu'on peut lire dans Wikipedia :

    L'orphisme professait donc que l'homme est d'origine divine (il naît du reliquat d'une race immortelle qui a ingéré du dieu) et d'origine « titane » ; double origine qui correspond, sinon à deux pôles, du moins à deux parts humaines : une part proprement divine, dont il faut se souvenir — c'est le souvenir qui permet d'accéder de nouveau au monde divin —, et une part audacieuse, héritée des Titans, et qui lui permet de braver l'ordre établi. Les mystères de l'orphisme ne furent qu'à moitié élucidés mais nous sommes sûrs d'une chose, c'est qu'ils n'ont pas totalement disparu.

    Wikipedia

         Il est étonnant de plus de constater que l'orphisme apparut en Grèce en même temps que le bouddhisme en Inde ! Et que selon l'analyse proposée plus bas par Wikipedia on lui trouve plutôt une relation avec le Jaïnisme : 

        L'orphisme sugit en Grèce au même moment que le bouddhisme en Inde. À première vue et sans établir de rapport direct entre les deux philosophies, un rapprochement vient à l'esprit concernant la question du salut personnel et de la délivrance.

        Ceci posé, des divergences apparaissent vite. En fait, les études stimulées par les découvertes archéologiques du dernier demi-siècle — notamment le papyrus de Derveni en 1962 et les Lamelles d'or en 1973 — font plutôt ressortir des affinités avec le jaïnisme. Le nombre des points communs est alors troublant : dualisme bien/mal ; âme prisonnière de la matière ; transmigration des âmes ; responsabilité et liberté individuelles ; possibilité de délivrance ; exigence de pureté (d'où : port du vêtement blanc) ; respect de toute forme de vie (d'où : régime végétarien). Ajoutons la conception atomiste de la matière, conception plutôt mieux détaillée par les Jaïna que chez Démocrite.

    Wikipedia

     

       Tout ceci pour vous expliquer ce poème, que j'ai composé en suivant la belle inspiration proposée par Jack Maudelaire autour du Silence...

     

    Orphée par Gustave Moreau
    Orphée par Gustave Moreau

     

        Orphée détruit au monde revit muet.

     

    Enfin sorti du labyrinthe obscur
    Et donné en pâture aux bêtes


    Orphée déchiqueté dérivant sur les eaux
    Connaît le Chant sublime


    La Voix majestueuse émanée du Silence
    Beauté Splendeur suprême

     

     

     


    18 commentaires
  •  
        Voici un poème dans lequel on ressentira la fréquentation de Tagore et de Kabir.

         Cependant sa composition correspond également à l'écoute d'une Étude de Liszt intitulée Vision (ici).

      

    Quand mon Bien-Aimé marche
    Le sol est ébranlé et les gazelles s’enfuient
    La poussière vole haut sous ses pas victorieux


    À son côté resplendit le glaive étincelant
    Mais la Lumière de ses yeux
    Projette des éclairs
    À l’infini


    Mon Bien-Aimé resplendit
    Plus que l’arbre et plus que la montagne
    Sa chevelure mystérieuse embrase les astres
    Il joue avec les fleurs
    Et se rit de ma peur


    Il me cueille et me pose
    Sur son épaule
    J’entends rouler les flots des océans
    Dans le creux de son rire


    Sa Force est ma Joie

      

    Shiva

     


    19 commentaires
  •  
         Voici un poème que j'avais déjà édité hier, puis supprimé... 

          Cela m'a permis d'en ôter le titre qui ne signifiait rien.

       Quant au contenu, à chacun d'y voir ce qu'il veut - l'illustration pouvant aider cependant à l'interprétation...   

     

    Bouddha

     

     

    Maître Toi seul existes
    je ne suis que l’espace qui T’environne
    l’haleine de Ton Souffle



    Je ne suis pas ce que j’ai cru être
    et l’îlot de mes perceptions
    se dissout dans l’infinitude
    de Ta Pensée



    Papillon je suis clouée
    et le frémissement de mes ailes
    disparaît sous la Force
    de l’Amour radieux



    Poussière
    S'envole

     

     


    13 commentaires