• Pluie de septembre


     


    Il pleut du tulle en voile de mariée

    Depuis le ciel plombé sur les toits argentés ;
    La lucarne pensive a fermé son volet ;
    Fantômes sous l’averse on voit se profiler
    Les squelettes crochus d’antennes de télé…

    Vive l’eau qui ruisselle et lave le bitume,
    Arrose les jardins et leurs arbres fruitiers !
    Les immeubles grisâtres ont leurs carreaux de brume,
    Et c’est l’été qui fond, brusquement épuisé…
    Pauvre soir de septembre où le décor s’enfume… 
     
     

  • Commentaires

    1
    Syl
    Samedi 1er Octobre 2005 à 12:00
    Bravo pour ce joli poème... J'aime vraiment ta façon de voir les petites choses de la vie... Bisous, Syl


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :