• Orphée et son mystère

     
         Dans la Grèce antique, à côté des religions officielles qui n'étaient en fait que  soumission à l'ordre public, existaient des religions dites "à mystères" qui étaient basées sur l'initiation (et entourées donc du plus grand secret, d'où leur nom) et attiraient un immense public.

            On distinguait les Mystères d'Éleusis définis par le culte de Déméter, déesse des moissons descendue aux Enfers rechercher sa fille Perséphone enlevée par Hadès et revenue dans la ville d'Éleusis sous l'aspect d'une mendiante, et les Mystères Orphiques, plus complexes mais présentant la même traversée des Enfers par le héros Orphée, descendu chercher sa bien-aimée Eurydice, également la proie du Dieu des morts.

     

    Orphée et son mystère
    Orphée ramenant Eurydice des enfers - J-B Corot

     

          Cependant le mythe d'Orphée, outre qu'il nous parle davantage à cause de l'aspect "Prophète" du personnage, poète d'exception capable de parler aux animaux et d'émouvoir les pierres, se double également d'une relation avec le Dionysos Zagreus d'origine moyen-orientale, démembré par les Titans à la manière de l'Osiris égyptien... et par là offrant une similarité avec Jésus mis en croix.

          Comment ne pas comprendre que par sa Foi en son âme divine (représentée par Eurydice qu'il aime), Orphée est conduit à traverser le monde des ombres et de la souffrance et à comprendre que c'est celui dans lequel nous vivons tous et qui est erroné ; jusqu'à accepter sa destruction complète en tant qu'être de chair, pour renaître au monde véritable qui est sa nature divine ? Voici ce qu'on peut lire dans Wikipedia :

    L'orphisme professait donc que l'homme est d'origine divine (il naît du reliquat d'une race immortelle qui a ingéré du dieu) et d'origine « titane » ; double origine qui correspond, sinon à deux pôles, du moins à deux parts humaines : une part proprement divine, dont il faut se souvenir — c'est le souvenir qui permet d'accéder de nouveau au monde divin —, et une part audacieuse, héritée des Titans, et qui lui permet de braver l'ordre établi. Les mystères de l'orphisme ne furent qu'à moitié élucidés mais nous sommes sûrs d'une chose, c'est qu'ils n'ont pas totalement disparu.

    Wikipedia

         Il est étonnant de plus de constater que l'orphisme apparut en Grèce en même temps que le bouddhisme en Inde ! Et que selon l'analyse proposée plus bas par Wikipedia on lui trouve plutôt une relation avec le Jaïnisme : 

        L'orphisme sugit en Grèce au même moment que le bouddhisme en Inde. À première vue et sans établir de rapport direct entre les deux philosophies, un rapprochement vient à l'esprit concernant la question du salut personnel et de la délivrance.

        Ceci posé, des divergences apparaissent vite. En fait, les études stimulées par les découvertes archéologiques du dernier demi-siècle — notamment le papyrus de Derveni en 1962 et les Lamelles d'or en 1973 — font plutôt ressortir des affinités avec le jaïnisme. Le nombre des points communs est alors troublant : dualisme bien/mal ; âme prisonnière de la matière ; transmigration des âmes ; responsabilité et liberté individuelles ; possibilité de délivrance ; exigence de pureté (d'où : port du vêtement blanc) ; respect de toute forme de vie (d'où : régime végétarien). Ajoutons la conception atomiste de la matière, conception plutôt mieux détaillée par les Jaïna que chez Démocrite.

    Wikipedia

     

       Tout ceci pour vous expliquer ce poème, que j'ai composé en suivant la belle inspiration proposée par Jack Maudelaire autour du Silence...

     

    Orphée par Gustave Moreau
    Orphée par Gustave Moreau

     

        Orphée détruit au monde revit muet.

     

    Enfin sorti du labyrinthe obscur
    Et donné en pâture aux bêtes


    Orphée déchiqueté dérivant sur les eaux
    Connaît le Chant sublime


    La Voix majestueuse émanée du Silence
    Beauté Splendeur suprême

     

     

     


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Tivoune
    Mardi 10 Mars 2015 à 10:25

    Voilà un discours qui, comme souvent, ouvre à la réflexion. Je découvre beaucoup en te lisant car je ne savais pas que le mythe d'Orphée était à l’origine d'une forme de religion: je ne  connaissais pas l'orphisme.

    Et ton poème, que je connaissais , lui, est toujours aussi beau dans son apparente simplicité.

    Bonne journée , bises sarcastic

    2
    Mardi 10 Mars 2015 à 10:53

    Comme je regarde rapidement et en travers... je me suis dit, tient je ne comprends pas bien... il y a quelque chose qui ne colle pas dans ce texte... mais je lisais Morphée au lieu de Orphée.. alors bien sûr .... 

    Bonne journée

    Jean

    3
    Mardi 10 Mars 2015 à 11:26

    Un beau poème, pour l'un des mythes les plus troublants, en effet, de cette Grèce antique qui n'en manque pas.

    4
    Mardi 10 Mars 2015 à 12:33

    money   Bon Jour à tous trois !

    -> Tivoune : non ! Tu ne connaissais pas ce poème, puisque je l'ai écrit hier ! Celui que tu connaissais est là : http://instants-secrets.eklablog.com/retour-d-orphee-a112460772 ; il achève un recueil que j'ai publié dans "Renaître" et qui s'intitule "Labyrinthes et Flammes". Tu confonds sans doute à cause de l'illustration... Mais précisément le texte et sa signification sont radicalement différents ! Tandis qu'à l'époque (1977) je revenais d'une quête intérieure  inachevée complètement écorchée et décidais de tout effacer pour essayer de "revivre comme avant", cette fois la quête ne s'achève pas et c'est cette vie "antérieure" elle-même doit être effacée...

    -> Jean : ainsi, tu dors mon cher Jean ? C'est bien ce qu'il me semblait : le catholicisme est une école du sommeil... Mais attention, le Christ Lui, réveille !! Il serait temps de Le rencontrer vraiment.

    ->  Carole : Je sais que tu comprends... Merci de ton passage.

    5
    Mercredi 11 Mars 2015 à 10:19

    Merci Aloysia pour ce retour sur la mythologie grecque. Bonne journée à toi.

    6
    Mercredi 11 Mars 2015 à 11:00

    T'inquiète, j'suis pas catho !!! et de loin...

    7
    Mercredi 11 Mars 2015 à 12:41

    Merci pour cette découverte Alyosa, je ne connaissais pas du tout l'orphisme, je vais partir à "sa" recherche, la vie est passionnante, il y a toujours à apprendre,  et ton poème est très fort. Bises.  brigitte

    8
    Mercredi 11 Mars 2015 à 14:51
    Daniel

    Quand on va sur ton blog, on apprend beaucoup de choses!

    9
    Mercredi 11 Mars 2015 à 15:35

    Les religions "à mystères" en Grèce, sont passionnantes ; c'était le sujet de mon cours de maîtrise avec le merveilleux professeur Fernand Robert... Mais la fréquentation  d'Apollinaire, puis celle de Cocteau, apportent beaucoup au thème d'Orphée !

    Merci à vous tous et belle journée ensoleillée !

    10
    Mercredi 11 Mars 2015 à 17:02

    "Tandis qu'à l'époque (1977) je revenais d'une quête intérieure  inachevée complètement écorchée et décidais de tout effacer pour essayer de "revivre comme avant", cette fois la quête ne s'achève pas et c'est cette vie "antérieure" elle-même doit être effacée..."

    je me sens tres humble face a tes écrits ....je ne sais pas même souvent y répondre.....

    je suis revenue non pas encore en fait de ce que j'ai venu le 16 juillet en quittant mon corps.Je me sens écorchée car je n'arrive pas a retourner en arrière vivre ce que j'ai vu.Je ne veux pas redevenir celle que j'etais jusqu'au 15!!!!

    Peux tu m'aider?

    11
    Mercredi 11 Mars 2015 à 17:09

    Oh ! On peut discuter en privé si tu veux mais ce dont je parle est très mineur, ne te sens pas humble du tout ! money

     

    12
    Mercredi 11 Mars 2015 à 23:19

    Intéressant

    bises

    clem

    13
    Jeudi 12 Mars 2015 à 09:18

    Bises, Clem !

    14
    Vendredi 13 Mars 2015 à 19:18

    c'est intéressant ; merci beaucoup - bonne soirée

    15
    Vendredi 13 Mars 2015 à 19:56

    Bonne soirée !

    16
    Vendredi 13 Mars 2015 à 21:22

    on le fera!

    Bisous

    17
    Lundi 16 Mars 2015 à 10:13

    J'aime ta manière de penser...Bravo pour le poème !

    18
    Lundi 16 Mars 2015 à 12:18

    Merci, Marlène. de ta part le compliment me touche.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :