• Noël au Sahara : nuit de Noël à Tinjillet

     
        Mais le plus beau, c'est pour la nuit : voici qu'un rêve extraordinaire vient me visiter. Un rêve incroyable !
        A l'issue d'un long voyage, je me vois entrer dans un bâtiment futuriste où l'on m'annonce que je dois me confronter à une énorme puissance. J'ai peur, mais je ne puis m'y opposer. Je suis appelée à comparaître en espace clos devant ce que l'on nomme « le rayon bleu de Neptune ».
        Dans la vaste pièce où je pénètre, un écran gigantesque me fait face, formé d'un large cadre blanc rectangulaire à l'intérieur duquel, sur la toile de fond bleu ciel, s'inscrit tel un as de carreau un carré bleu foncé portant en son centre un superbe cœur vermillon représentant Neptune, la planète de la foi.


    Rêve

     
     
       Je demeure en extase devant la magnificence de cette vision, qui m'évoque une puissance surhumaine.
        Une invitation m'est formulée, à laquelle je suis libre de répondre si je le souhaite : je dois m'avancer vers le tableau dont émane un rayonnement spécial et y poser ma main droite, paume au centre du cœur éclatant, afin d'y recevoir l'énergie neptunienne qui sera alors infusée jusqu'à mon propre cœur.
        Une terreur me saisit. Il me semble tout à coup que, même s'il est vrai que cette consécration est mon plus cher désir, je tremble comme devant l'annonce de ma propre mort ! Obéir, c'est me laisser envahir par une force qui me dépasse, et peut-être perdre le contrôle de moi-même. Qui sait si mon corps y résistera ? Puis soudain je comprends : c'est une affaire de confiance… Qui me parle ? Est-ce que je crois en cela ? Est-ce que je préfère les repères de mon passé, les méandres bien connus d'une existence dont j'ai déjà exploré les limites, ou suis-je aujourd'hui prête à tenter une aventure dont, je le sens bien, mon être profond a le plus grand besoin ? Résolument, je me mets en marche en direction de l'écran tandis que la voix reprend, calme et virile :
            - Maintenant, prends bien garde au message qui va t'être adressé.
        Quelques pas encore, et j'ai posé ma main au cœur du panneau miroitant, qui diffuse en moi une légère vibration très nette au long de mon bras droit, et jusqu'en mon propre cœur. Effectivement, je ne meurs pas... Au contraire c'est très doux ! Et si je me sens défaillir, ce n'est pas d'un poison quelconque, mais plutôt de cette extrême douceur, qui semble me déchirer l'âme.
        Cependant un message est très clairement et très distinctement articulé au-dessus de ma tête, tandis que les mots défilent sous mes yeux à l'écran, écrits en lettres capitales :

    Il faut que tout ton orgueil soit transmué en amour
     
        Il me semble s'imprimer dans mon cœur tellement fort que j'en suis bouleversée ; et je me sens si effrayée par l'énergie reçue que je commence à m'éveiller peu à peu, en me débattant contre des images confuses. Devant mes yeux des ombres fuient, noires et fantomatiques, dans des rues grises et désertes, évoquant une solitude glacée.
     
    *

        Toute surprise, j'émerge de ma torpeur. Autour de moi, la nuit est profonde et je suis incapable de trouver une lampe pour regarder l'heure. Je me dis qu'il ne peut être de toutes façons que minuit. Et comme mon bras droit vibre encore du contact reçu ! C'est une certitude de la réalité de ce que j'ai vécu.

       L'âcre odeur de poussière de la cave me rappelle le décor qui m'environne, rendu invisible par les ténèbres épaisses. Quelle incroyable et merveilleuse aventure ! Quelle rencontre inouïe avec le mystère de Noël ! Ne serait-ce pas le Christ lui-même, que l'on dit représenté par un Poisson (donc en analogie avec la planète Neptune qui régit le signe des Poissons) qui ce soir naît en moi par cet humble miracle, où ma liberté a été respectée, où mon libre arbitre a été sollicité ?
        Je baigne dans des flots de joie. Oh ! Comme ce cadeau-là surpasse tous les autres ! Je comprends le danger qu'il y a à reproduire chaque année nos fêtes religieuses, destinées manifestement à toucher le but inverse de celui qu'elles affichent : à maintenir dans une oublieuse léthargie le cœur figé des humains ! Je me rendors peu à peu.
     
     
    Neptune

     

        Remarque astrologique : en ce 24 décembre 1984, Neptune, planète directrice de mon "but de vie" (j'ai le nœud nord en Poissons), passait à conjonction du Soleil, à 1° Capricorne ; c'était non loin de mon fond du Ciel et j'avais 33 ans.


    À  suivre  ici
     
     

  • Commentaires

    1
    Lundi 26 Décembre 2005 à 12:00
    Effectivement, une expérience mystique hors du commun...Mais que tu décris avec tant de précision que l'on s'y croirait...


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :