• Mes noces de papillon




    Un peu de sable me suffit,
    D’un geste déplié,
    Pour inonder le ciel
    De blancs soleils mobiles.

    Mais des tribus païennes
    De femmes aux yeux bouclés
    Dansent sur mes navires
    Leurs rondes déifuges.

    Oh ! Tes regards m’épinglent
    A ce marbre solide,
    Aux pourpres orangées
    De ton apocalypse !

    … Et soudain,
    Tous mes enfants divaguent,
    Figés dans leur sommeil de fleurs…
    (Mes oiseaux d’aube et d’églantier,
    Mes délicieux fraisiers sauvages,
    Dissimulés
    Dans les forêts de mes cheveux)…
     
     
    Le Rossignol d'Argent
     
     
     

  • Commentaires

    1
    Dimanche 15 Janvier 2006 à 12:00
    Très joli poème!!! Tu n'as jamais pensé à écrire tout ça dans un recueil?


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :