• Marche Nordique


        Amusons-nous ! Classons le billet d'aujourd'hui dans "Promenades" ! Mais vous me connaissez... Je ne fais plus que méditer. Et je n'ai pas pris la moindre photo de la radieuse escapade faite aujourd'hui dans la campagne environnant ma ville, sous un ciel d'azur éclatant.
     

          Aussi l'image qui accompagnera cette initiation à la "Marche Nordique" sera-t-elle tirée du Tarot d'Osho Zen, car je trouve qu'elle l'illustre parfaitement.

     

    Rajneesh-Tarot Zen- L'instant Présent

     

           Les Vierges Sages attendent la venue de L’Époux. Mais elles n'en connaissent ni le jour, ni l'heure. La nuit se fait longue et l'attente douloureuse. Que peuvent-elles donc faire, sinon entretenir soigneusement la petite lampe qui leur permet de rester éveillées ?

           À tout instant je peux trouver de l'huile pour ma lampe. Ainsi lors de cette première approche d'une pratique que j'ignorais. Voyez plutôt.


           La Marche Nordique se pratique avec deux bâtons, ce qui est relativement bien connu. Mais ces bâtons doivent mesurer les deux tiers de votre taille, ce qui les rend assez hauts ; et de plus il faut les attacher non à la main, mais au poignet, ce qui conduit à cette étonnante remarque : on ne les tient pas droits, mais inclinés. Ils ne servent pas à s'appuyer, mais à se propulser. On ne les pose pas alternativement auprès du pied opposé, mais au milieu de l'enjambée, en-dessous de soi dans l'axe du corps, ce qui oblige à les pousser très loin en arrière à chaque pas.

            Après quelques tâtonnements, en écoutant les recommandations de l'instructeur  et en cherchant à imiter son mouvement , voici ce que je découvre :


         Tandis que le pied arrière est poussé jusqu'à ce qu'il n'y ait plus que le gros orteil sur le sol, le bâton opposé est entraîné par le bras loin derrière, au point que la main doit s'ouvrir et qu'il serait lâché s'il n'était pas attaché.

         Ce mouvement doit créer l'impulsion vers l'avant de l'autre pied et de la main correspondante serrant de nouveau la poignée de son bâton.


        Sur le chemin caillouteux, on n'entend plus que les ricochets des bouts ferrés qui peinent à s'incruster. Il faut dire qu'il fait très sec et que la voie sillonnée par les tracteurs présente des inégalités importantes entre les rails où sont passées les roues et les mottes herbeuses qui les bordent.

          Et voici que soudain l'expérience me parle...

           Derrière moi, je lâche le passé ; ouvrant la main, relevant le pied, je le rends à la poussière dont il est issu.

           Devant moi, j'ai le regard porté à l'infini. Les champs labourés, les quelques bocages égayant la plaine rase jusqu'à l'horizon émettent à peine leurs notes colorées sous l'immensité grandiose du ciel radieux. Le pied porté vers l'avant n'est même pas encore posé.

             Où suis-je ? Qui suis-je ?

              Le chemin derrière est lâché ; le chemin devant n'est pas encore atteint... Où suis-je ? Dans quel intervalle lancée, pas encore posée, et en mouvement, peut-on parler d'instants ?? Il n'y a pas de présent, le présent n'existe pas, c'est un perpétuel abandon dans un espace où rien n'est encore advenu ; c'est un perpétuel projet, un jaillissement vers l'avant, un à venir non encore touché, encore ignoré.

             Cela m'a grisée quelque temps.

            Cela illustrait parfaitement la découverte que j'avais faite hier en  réécoutant La Journée de l'Existence d'Ivan Wyschnegradsky (dont je vous ai maintes fois parlé). Depuis la première audition de cette œuvre diffusée pour la première fois en juillet 1978 et que j'avais enregistrée, je n'ai jamais cessé de chercher à comprendre le cheminement de la pensée de ce musicien mystique qui y décrit le développement de la conscience humaine jusqu'à l’Éveil parfait, sans que jamais m'apparaisse l'élément qui déclenchait pour lui la révélation finale.

          Et brusquement hier j'avais réalisé que c'était cette proposition :

    «   Si réellement la Vie n'est qu'un Souffle Unique des ténèbres du Rien vers la Lumière du Tout...! »

          Proposition qu'il reprend dans sa conclusion en ces termes, illustrés parfaitement par la musique :

    «   Et je proclame cette Vérité qui est :
          - le Tout           [paroxysme orchestral]
          - et le Rien ! »   [extinction subite]

     

           C'était cela bien sûr : ce jaillissement venu de l'intérieur, comme une fleur qui s'ouvre... le Tout qui apparaît ! Puis cette rétraction immédiate vers le Rien - le passé balayé - ; puis de nouveau le jaillissement vers le Tout - l'instant recréé ! Comme un cœur qui bat, comme des poumons qui respirent, tout cela venu du Centre de Soi-même... ! La Vie, une pulsation sans cesse renouvelée, la Joie, la Joie permanente !

           J'avais entendu cette phrase des quantités de fois auparavant sans en comprendre ni le sens ni la portée, et il est vrai qu'avec un mental encombré il est difficile de concevoir ce que peut être un "Souffle Unique" : ainsi, de même que lors de la promenade-exploration racontée précédemment, j'ai pu aujourd'hui remarquer combien l'exercice physique, en "vidant la tête", peut être enrichissant pour l'âme.

      

    Jaillissement

     

     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 30 Septembre 2016 à 10:37

    Coucou Aloysia, C'est bien vu le pied arrière qui évoque le passé et le pied avant qui évoque l'avenir. Merci pour ces e xplications fort intéressantes. Autant de bisous que tu as fait de pas de marche !!!

      • Vendredi 30 Septembre 2016 à 14:52

        oops  Mais j'les ai pas comptés !! 

        PS : as-tu vu que j'ai suivi tes conseils pour le détourage ? sarcastic

    2
    Vendredi 30 Septembre 2016 à 15:10

    Je n'avais pas vu. Félicitations, tu as un bon enseignant !!!

    3
    Vendredi 30 Septembre 2016 à 19:19

    Sage réflexion... marcher vers le Tout, vers la Lumière... Se désencombrer l'esprit et enrichir son âme tout en marchant... c'est ce qu'il me faut ces jours-ci avec mes soucis liés aux papiers de la succession... L'absence de mon mari se fait encore plus cruellement sentir...

    Bises Aloysia et bon WE

    Béa kimcat

      • Vendredi 30 Septembre 2016 à 20:51

        Oui, si le temps sourit chez toi, n'hésite pas à faire de belles marches ! Cela aère la tête et le corps... Si le paysage est beau, cela réjouit en même temps et réchauffe le coeur .

    4
    Vendredi 30 Septembre 2016 à 21:23
    durgalola

    je ne sais pas si la marche nordique me conviendrait - trop rapide à mon goût. C'est une réflexion très intéressante que tu nous partages . Bises . Et je médite sur le vide et le néant ; 

      • Vendredi 30 Septembre 2016 à 21:45

        Je dois te dire que nous n'avons pas marché vite du tout ! La marche nordique "permet" l'accélération du pas pour ceux qui le souhaitent mais il n'y a aucune obligation !!

    5
    Thierry
    Samedi 1er Octobre 2016 à 12:33

    Bien vu alors que c'est ce jour la journée nationale de la marche nordique et qu'il ne s'agit pas de mettre des bâtons dans les roues à ces initiatives d'initiation qui doivent permettre au plus grand nombre de prendre contact avec cette discipline

    Mon club organisait ce matin cette mise en contact avec la pratique auprès de néophytes, il n'est pas impossible que je m'y mettre mais pour l'instant je continue d'entrainer des petits au lancer

      • Samedi 1er Octobre 2016 à 16:17

        Ça par exemple ! Il y a même une "journée de la marche nordique" !! Bernique ! (c'est pour la rime). Par exemple ! Et que lancent-ils ces petits ? Des défis ?! Des surprises ? Des bêtises (de Cambrai) ... ? Des rêves à la chevelure de plumes je pense... 

    6
    Thierry
    Samedi 1er Octobre 2016 à 16:33

    Oui Aloysia tu es tombé pile le bon jour, un événement national parrainé par la FFA . les benjamins et benjamines lancent tous les engins , le poids, le javelot, le disque et ...le marteau, je ne leur apprend pas à planter des clous mais quelques gestes et rudiments de technique pour voir ce qu'ils donnent et puis il y a des compétitions dès cette catégorie.

      • Samedi 1er Octobre 2016 à 16:43

        Superbe ! Je me doutais bien qu'ils ne lançaient pas que des ricochets sur l'eau... Merci Thierry et bravo pour ces belles activités.

    7
    Thierry
    Samedi 1er Octobre 2016 à 16:35

    Olympia

    Du haut du mont Olympe les dieux nous regardent sans fards

    Ce n’est pas le bal des impies auquel ils nous ont convoqués

    Pour ce faire il aurait fallu bien plus de raison à invoquer

    La haut Zeus peut bien tonner avec dans son poing, de foudre, le dard

    Toute la planète c’est ainsi rassemblée dans le creux des stades

    Vont-ils tous acclamer leurs champions et conspuer les autres

    Quelle idée d’un combat équilibré qui verrait tomber sous les huées

    Certains quand à d’autres serait attribué avant l’heure le laurier

    Intermèdes de fausse paix entre les cités mais combat non feint

    Ces belles compétitions athlétiques n’auraient elles pas un rôle vain

    Si l’esprit ne pouvait changer au bénéfice d’une franche solidarité

    Des gestes exceptionnels parfois s’accomplissent qui surprennent

    Là où l’on ne devrait voir que processus bien naturels loin de la haine

    Mais peut être n’avons nous pas su correctement des valeurs hériter

    De celles qu’il faut entretenir et surtout ne pas oublier de transmettre

    Au risque de perdre ce vocable auquel certains tiennent tant, humanité

      • Samedi 1er Octobre 2016 à 16:45

        Bravo pour ce beau poème à la gloire des sportifs qui tous, sans exception, méritent d'être appréciés à leur juste valeur - comme tous les humains d'ailleurs dans tous les domaines.

    8
    Samedi 1er Octobre 2016 à 20:08
    durgalola

    merci pour l'explication. Et pour Maître Eckhart, ce "cours vers la paix" (sur le livre de sermons, il y avait toujours des explications avant et effectivement de temps à autre, il s'est pris des libertés mais je reste quand même très intéressée par ce qu'il a écrit) .. pour moi, ce "cours je le ressens comme "vole vers la paix" mariage du ciel et de l'oiseau. Bises et bonne soirée. "

      • Samedi 1er Octobre 2016 à 23:00

        Oui, tu l'as bien traduit. Tout peut s'expliquer ... !

    9
    Samedi 1er Octobre 2016 à 21:10

    Je la pratique souvent!

    bisous

      • Samedi 1er Octobre 2016 à 23:00

        Ah ! Alors tu pourrais me donner des leçons !



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :