• Le violon


    (En écoutant le "Poème" pour violon et orchestre d'Ernest Chausson)
     

    Il est seul
    Ses ailes pliées contre son cœur
    Il est seul et s’agenouille
    Comme l’ange devant Marie

    Il est triste
    Et plus il est triste et plus il est vibrant
    Plus se fait pénétrante la musique de son âme
    La musique du désert

    Sa nuque est si fragile
    Qu’il n’y passe que ses cordes vocales
    Sa poitrine si émouvante
    Qu’il s’y ouvre deux larges blessures

    Mais il est si sensible
    Si doux comme une jeune fille
    Que dès qu’on l’a touché
    Il s’embrase d’amour

    Il éveille le désir
    Et le désarme aussitôt
    Le métamorphosant
    En détresse adorante

    O violon inviolé
    Prisonnier de l’archer qui t’effleure
    Mais ne te blesse point
    Tu es Merlin en son rempart

    Aime et pleure d’aimer
    La forêt t’accompagne
    Et l’immense tristesse des arbres
    Jusqu’en l’éternité

     

     

    Note : Ernest Chausson est un compositeur français du début du siècle, qui s'est particulièrement inspiré des légendes bretonnes. Il est question ici d'une oeuvre musicale dans laquelle l'instrument soliste semble déclamer dans un phrasé particulièrement expressif et mélancolique. 


     

  • Commentaires

    1
    Jeudi 29 Juin 2006 à 12:00
    Le violon ... le plus bel objet sur terre! (si toutefois on peut encore le qualifier d'objet!...)Bonne soirée! =)


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :