• Le Soi


        Je vous propose ici une petite allégorie sans prétention, pour évoquer ce qui pourrait être l'approche de notre Réalité profonde... dans l'émerveillement.



    Enfant caché

     

            Le Soi est semblable à un petit enfant d'environ deux ans, qui court dans votre appartement et joue à se cacher.

         Entendant son rire cristallin, vous tournez la tête et hop ! vous apercevez une tête blonde qui disparaît derrière une porte. Mais il a déjà filé.

         Vous le cherchez derrière les rideaux qui bougent. Vous les tirez et hop ! vous voyez son petit nez, ses yeux malicieux...  Mais il a filé.

         Vous commencez à vous fatiguer. Vous dites : "Bébé ! Où es-tu ?" Il a gloussé dans la cuisine ; mais quand vous y arrivez, il n'y est plus.

          Vous perdez patience. Vous dites :

    "Écoute ! J'ai autre chose à faire que de te chercher partout ! J'ai du travail, moi !! "

             Vous n'entendez plus rien.

              Tant mieux. Tranquillité, tranquillité. Vous travaillez, vous, au moins.

              Vous entendez un sanglot. Vous sursautez : 

    «  Qui pleure là, sinon le vent simple, à cette heure
    Seule, avec diamants extrêmes ?… Mais qui pleure,
    Si proche de moi-même au moment de pleurer ?  »  *

         Vous vous énervez : "Mais tu es où ?" Et puis vous vous ressaisissez : " Et qu'est-ce que tu fais encore comme bêtise ? " Un bruit de course retentit : il est là  !! C'est plus fort que vous, vous avez crié.

              Non, personne...

          Vous commencez à vous demander où il est passé. Il commence à vous manquer sérieusement. Vous le cherchez.

            Sous le lit.
            Non. 

             Dans le placard de l'entrée.
             Non.

              Vous faites le tour de l'appartement.
              Rien.

              Et soudain vous avez peur.

               TRÈS PEUR.

              " Et s'il était tombé par la fenêtre ???

              "J'AURAIS DÛ LE SURVEILLER !! JE N'AURAIS JAMAIS DÛ LE QUITTER DES YEUX !!

              La panique vous saisit... Mais qu'est-ce qui vous a pris de l'oublier cinq minutes !!

              Alors vous reprenez vos recherches méthodiquement.

              Vous l'appelez ; il ne répond plus... !

             Toute votre attention  se focalise sur cette seule idée :  le retrouver. 

             Vous faites des prières, vous invoquez tout ce que vous avez de plus cher.

          Et puis enfin... en fouillant de nouveau sa chambre... vous le retrouvez endormi dans son coffre à jouets...

     

         Il s'était tellement fatigué à courir... Il voulait faire une surprise, et puis  voilà, il s'était endormi ! Alors c'était raté ! **

             Vous pleurez. Vous le serrez dans vos bras.  Vous le serrez à l'étouffer. Il ne vous quittera plus ! Plus jamais...

     

    Krishna enfant

     

     


    * Paul Valéry, la jeune Parque
    ** Tchouk et Ghek voir ici.

     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 5 Février 2015 à 08:51

    Bonjour Aloysia,

    Après reflexion de la nuit, j'ai compris que trouver la vérité au fond de soi était aussi merveilleux que de retrouver son enfant caché et que l'on croyait perdu  ! Encore faut-il y arriver et c'est, je crois, une longue recherche ... Bises

    2
    Jeudi 5 Février 2015 à 09:03

    Bonjour

    S'énerver à chercher ce qui est tout simplement si près

    Merci de ce conte philosophique

    Bisous

    3
    Jeudi 5 Février 2015 à 09:16

    Merci à toutes les deux de votre lecture attentive et compréhensive ! Eh oui, on pleure pour le trouver, cet Amour qui pourtant n'est pas si loin et ne cesse de vous adresser des signaux... glasses

    4
    Jeudi 5 Février 2015 à 19:02

    j'ai été l'enfant qui se cache et voit sa grand mère la chercher - je fondais d'amour en la voyant cachée derrière un muret, elle comme toi était dans l'angoisse - 

    Bises et merci pour ce beau texte

    Avec son soi, mieux vaut jouer la main dans la main 

    5
    Jeudi 5 Février 2015 à 22:00

    glasses  Ainsi cela marche dans les deux sens ! Merci de ton délicieux témoignage, Durgalola... Bises et bonne nuit.

    6
    Vendredi 6 Février 2015 à 16:59
    Daniel

    A vrai dire je me demande toujours ce qu'est le soi !

    7
    Vendredi 6 Février 2015 à 17:22

    En effet, intéressante question... smile   

    Mais ne serait-il justement pas la réponse à la question : "Qui suis-je ?" !

    8
    Vendredi 6 Février 2015 à 18:52

    J'adore ton histoire soi disant enfantine qui montre bien comment le soi est insaisissable. Jung lui même a souvent dit en privé qu'il avait souvent changé d'idée au sujet du soi. Je crois qu'il faut cesser de la chercher et tout faire pour qu'il puisse se manifester, être à l'aise dans ce véhicule que nous sommes. Amitiés.

    9
    Vendredi 6 Février 2015 à 19:04

    Tu crois, Ariaga ? Quel dommage !... 

    10
    Dimanche 8 Février 2015 à 09:07

    Bien jolie histoire que l'on devrait conter à tous les tout-petits afin qu'ils entament la quête intérieure le plus tôt possible... Namasté, Aloysia

    11
    Dimanche 8 Février 2015 à 10:47

    smile   Bonjour, Phène... J'avais envie d'ajouter qu'il devrait ranger ses jouets, car quand on dérape par hasard sur une poupée parfois on se fait très mal.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :