• Le Petit Poisson d'Or - 2/7


          Voici donc la suite du récit commencé avant-hier



    Le Petit Poisson d'Or - 2/7

     

         Le regard perdu, je fixai quelque temps les flots limpides à travers lesquels je devinais un fond peuplé d’herbes ondulantes.

         J’étais ainsi plongée dans ma contemplation heureuse lorsqu’un éclair de lumière fila sous mes yeux… Surprise je m’approchai légèrement du bord et aperçus un petit poisson d’or qui évoluait tranquillement à quelques centimètres sous la surface.

         Ce poisson irradiait tout le secteur d’une chaude clarté, et sans craindre l’approche de prédateurs, se laissait admirer en toute liberté.

         Jamais je n’avais pu percevoir dans les autres poissons entrevus au fil de mes voyages cette qualité de présence,  cette radiance souveraine. Les autres étaient comme nuées au vent, carpes lâchant des bulles, brochets avides ou espiègles gardons.

         Je m’attardai ainsi à l’observer, surprise de ses mouvements réguliers qui m’évoquaient le 8 de l’infini et me surpris à ressentir de brusques sursauts d’allégresse lorsque, ayant plongé profondément, il rejaillissait soudain vers moi avec la vivacité d’un jet de pierre qui m’aurait explosé au visage.

         Ses ondulations avaient quelque chose d’un discours, et résonnaient en moi comme une réminiscence lointaine. Il me semblait avoir rencontré la seule merveille, le seul miracle pouvant donner sens et vie à l’univers somptueux mais muet et figé dans lequel j’évoluais depuis si longtemps…

        Captivée, j’eus envie de le saisir pour mieux le voir, pour mieux comprendre l’origine de sa lumière. Quand on trouve une pierre précieuse au fond d’un ruisseau on plonge aussitôt pour la chercher : à plus forte raison s’il s’agit d’un joyau vivant !

        Retirant chaussures et chaussettes et retroussant mon pantalon, j’entrepris d’entrer légèrement dans l’eau claire dont la fraîcheur me surprit agréablement.

         Mais où était donc passé l’objet de ma curiosité ? Je ne voyais plus rien du tout…

     

    ***

    (à suivre...)

     


    Claude Debussy - Poissons d'Or
    Extrait de "Images pour piano", livre 2
    Alex Alguacil (voir ici)

     

     


  • Commentaires

    1
    gazou
    Dimanche 21 Février 2016 à 08:31

    très jolie l'illustration

    J'aimerais bien le voir, moi aussi,  ce petit poisson doré

      • Dimanche 21 Février 2016 à 08:46

        Cela arrive un jour, Gazou... 

    2
    Dimanche 21 Février 2016 à 09:34

    Bonjour Aloysia,

    C'est superbement raconté et la musique l'accompagne ce petit poisson doré qui tout à coup s'échappe lorsque l'on veut l'attraper ! C'est comme la lumière, on voudrait qu'elle nous éclaire tout le temps, mais je suppose qu'il faut la mériter ?!

    Bon dimanche Aloysia

      • Dimanche 21 Février 2016 à 10:29

        Tu as vraiment un 6e sens, Danaé, à chaque fois tu pressens l'épisode suivant !! Mais si j'ai la "charpente" de l'histoire (sans, comme je le disais, le "mot de la fin"), je l'étoffe quelque peu lorsque je publie un chapitre. Les ajouts, non seulement enrichissent le sens, mais en plus peuvent m'orienter vers la destination ultime. C'est donc une histoire destinée à évoluer encore jusqu'au... 2 mars (pour le moment). Bises !   

    3
    Dimanche 21 Février 2016 à 10:37

    J'en suis ravie Aloysia ! Tu fais bien de couper ton histoire en plusieurs épisodes, c'est plus facile à lire et du coup ona envie d'être déjà dans la suite !

      • Dimanche 21 Février 2016 à 12:09

        Oui, ce n'est pas mal. Et surtout, pour moi qui laisse cette histoire "germer" petit à petit en moi, cela la laisse grandir et éclore progressivement !... Merci de ta gentillesse. Bisous !

    4
    Dimanche 21 Février 2016 à 10:37

    mais oui je sais, le petit poisson dort!

      • Dimanche 21 Février 2016 à 12:08

        Ah ! Jamadrou, tu es vraiment perspicace ! Qui sait ... ?

    5
    Dimanche 21 Février 2016 à 13:30

    Tu as troublé l'eau avec tes pieds ! et le petit poisson n'était qu'un mirage . C'était peut-être un papillon sur une branche qui se mirait dans l'eau?

      • Lundi 22 Février 2016 à 09:03

        Ah ! Blandine !! Tu as de belles idées !!

    6
    Dimanche 21 Février 2016 à 14:10

    Pour entrer dans le domaine de l'autre Aloysia il faut y aller en douceur, l'apprivoiser. Je pense que tu as été trop pressée. Avec le calme de ta découverte, tu y verra mieux.

    Merci de cette belle allégorie

    Bisous

      • Lundi 22 Février 2016 à 09:04

        Pour cela Océanique, je ne peux que te donner raison. Je suis un bulldozer... d'autres peuvent en témoigner... hélas.

    7
    Lundi 22 Février 2016 à 03:05

    Oui on attend son retour... (sourire)

      • Lundi 22 Février 2016 à 09:05

        Mais le petit poisson est malicieux !! Ha ha... Bises, Mireille.

    8
    Lundi 22 Février 2016 à 09:06

    Eh bien voyons la suite...

      • Lundi 22 Février 2016 à 09:14

        Tu es prudente, Fontaine. En effet, attendre est la meilleure méthode. sarcastic

    9
    Lundi 22 Février 2016 à 09:20
    Daniel

    C'est lorsque l'on cherche que l'on ne trouve pas !

      • Lundi 22 Février 2016 à 10:22

        Comme tu dis, Daniel ... ! Mais il faut tout de même "être attiré" par quelque chose...

    10
    Lundi 22 Février 2016 à 15:24

    Une histoire qui commence bien, j'ai hâte de savoir la suite... Peut-être as-tu Vénus bien aspectée en Poissons et ressens-tu que sous ce poisson d'or se cache l'amour véritable ? Belle pleine lune Alyosa, à bientôt.  brigitte

      • Lundi 22 Février 2016 à 15:41

        Bonjour, Brigitte ! Je suis sensible à ton interprétation astrologique. Mais non, ce n'est pas Vénus qui est en Poissons. C'est la Tête du Dragon, mon Noeud Nord, qui est en ce moment transitée par Neptune - lequel Neptune est dans mon thème natal en lever à l'ascendant et en aspect de sextile parfait avec Vénus... money

    11
    Lundi 22 Février 2016 à 16:38

    merci pour ta visite ; comme toi, le sommeil est important dans la constitution de ma vie. ... Durga dort ... et le chien ronfle sur mes genoux ... 

    bises et bel après midi 

      • Lundi 22 Février 2016 à 17:42

        C'est le bonheur alors... Tant mieux, car ici la "pleine lune" (classique) apporte sa contribution de complications et d'agitation !

    12
    Lundi 22 Février 2016 à 19:02

    tu parles de la Lune, voilà une des raisons pour lesquelles j'ai eu du mal à m'endormir hier soir ... j'étais un rien amère et mélancolique - j'ai laissé glissé ...

    et bien sûr que nous voulons saisir ... 

    aie ces sacrés humains qui ne savent se contenter d'entrer dans le paysage, dans l'animal, sans toucher, sans prendre. Possession encore et encore ... pas seulement tendresse, amour.

    Bises, le poisson d'or est joie, je t'en remercie.

     

      • Lundi 22 Février 2016 à 21:28

        Merci Durgalola de ton retour et de l'intérêt que tu apportes à cette lecture. Oui, nous voulons "saisir" ! "comprendre" ! Comme je l'expliquais juste avant... (C'est même ce que nous appelons "aimer"...)

    13
    Cécile
    Mardi 23 Février 2016 à 00:22

    Pourtant, c'est Aloysia qui est en tout premier "captivée"...

    Bulldozer shocked ? Bulles d'eaux heures sarcastic ?
    Douce et pleine nuit.

     

      • Mardi 23 Février 2016 à 09:21

        smile   Cécile, comme tu le verras certainement, tu m'as inspirée pour l'accompagnement du texte de ce jour... Et là encore tu soulignes bien le "tout premier"... wink2 
        Je vois que tu as lu les précédents commentaires où j'égrène encore des mea culpa... Comme tu le dis bien il me faudra encore quelques "bulles d'eaux" (dosées ?) éclatant au visage pour cesser de vouloir corriger ce qui est. Bisous !

    14
    Mardi 23 Février 2016 à 08:36

    Un p'tit bonjour une fois en passant.... Bibliquement parlant le 8 c'est le plus que parfait... 

    Amitiés

    Jean

      • Mardi 23 Février 2016 à 09:15

        Bonjour Jean ! Le 8, "plus-que-parfait" ? Et le 7 alors ? Et le 3 ? Les chiffres sont une mine d'enseignement... Ce n'est pas un hasard si les grands sages de l'antiquité étaient aussi mathématiciens.

    15
    Mardi 23 Février 2016 à 09:37
    Sabine la pèlerine

    Oh, martine, s'immerger de ce merveilleux conte sous les notes de Debussy , c'est c'est .....j'en ai des frissons qui me parcourent le corps !

    Et que j'aime ces mots "radiance souvereine" .................

    Oui, je me doutais un peu qu'en entrant dans cette eau claire, tu n'y trouveras plus ton poisson-miracle car, peut-être, ne faut-il pas chercher à s'approprier la magie des êtres et des choses mais ....juste contenter de s'en emplir, goutte par goutte, avec douceur et circonspection ..................?

    La réponse .............je m'en vais la cueillir, de suite, quelques pas plus haut !

    Bisou : sabine

      • Mardi 23 Février 2016 à 13:35

        Merci, Sabine... Les mots en effet n'étaient pas assez forts pour exprimer mon enthousiasme ; mais tu connais cette situation pour l'avoir toi même expérimentée... Bises fraternelles !

    16
    Mardi 23 Février 2016 à 15:02
    Sabine la pèlerine

    Je ne parlais pas de ton enthousiasme (ne doutant pas qu'il te porte au fil de tes mots, car tout conte nous mène souvent vers notre propre histoire !)

    Non, je viens de lire le commentaire de Danae et c'est, avec d'autres mots, ce que je voulais dire aussi .....

    "On ne peut s'approprier la magie des instants, on doit surtout la mériter avant d'imaginer quoi que ce soit d'autre " (Son exemple avec la lumière illustre parfaitement le ressenti que j'exprimais)

    BISOU

     

     

     

     

     

      • Mardi 23 Février 2016 à 17:38

        J'avais bien compris, mais si je parlais d'enthousiasme c'était pour les mots "radiance souveraine".

    17
    Jeudi 25 Février 2016 à 09:26
    Sabine la pèlerine

    Oh, pardonne-moi, mais oui !!!    .....................Où avais-je encore la tête ce jour-là ???

      • Jeudi 25 Février 2016 à 11:13

        money  Bisous Sabine.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :