• Le Martyre de Saint-Sébastien - Relectures


         Le Martyre de Saint-Sébastien est une oeuvre un peu délaissée de Claude Debussy, mal aimée à cause du caractère provocateur de son livret signé du poète italien Gabriele d'Annunzio.

       Musique de scène composée en 1910 à la demande d'Ida Rubinstein, elle est pourtant d'une grande beauté et l'on y perçoit des accents insoupçonnés dans le génie du musicien, mystique dans l'âme à travers une sorte de panthéisme nourri d'influences wagnériennes, mais aucunement catholique.

         Ce "Mystère" scénique inspiré des anciennes représentations effectuées sur les parvis des églises se divise en "mansions", ce qui signifie des "étapes", ou un peu des "stations" comme dans un chemin de croix.

         Pour ma part, l'ayant découverte il y a longtemps dans un vinyle qui n'en donnait que les passages musicaux et chantés, j'ai aussitôt été fascinée par une sorte de message surnaturel présent dans cette musique et absent des autres oeuvres du compositeur.

         Aujourd'hui que j'en écoute également les parties écrites pour récitant, j'y trouve des significations nouvelles.

     

    Johfra - Le Sagitttaire

            

       C'est d'autant plus d'actualité que nous sommes dans le mois du Sagittaire, et que Sébastien, officier de la garde prétorienne sous Dioclétien, mourut percé des flèches de ses propres archers à cause de sa conversion au christianisme.

         Le symbolisme du Sagittaire, qui est d'élever son idéal au plus haut vers le ciel et de se projeter en lui, est donc immédiatement illustré dans le texte par Sébastien lui-même.

     

    Gloire, ô Christ Roi !
    Et maintenant je me désarme !
    Je suis l'Archer certain du but.
    Voici l'arc double, le carquois fourni
    de dix-sept sagettes ailées
    et le brassard où est gravée
    la figure zodiacale
    du Sagittaire criblé d'astres.

    Gabriele D'Annunzio - Le Martyre de Saint-Sébastien. Première Mansion, la Cour des Lys.

      

     Je m'attarderai cependant volontiers sur le Prélude qui précède, où l'on voit paraître deux jumeaux, qui pour l'argument de la pièce sont deux chrétiens condamnés à marcher sur des braises ardentes et pour lesquels Sébastien va intercéder.

          Écoutez ces quelques phrases musicales qui trahissent déjà un Debussy parfaitement inhabituel il me semble :

     

     

     

         Ces "Jumeaux" m'interpellent car leur caractère opposé l'un à l'autre et leur identification dans le texte au monde me rappelle la dualité qui marque l'univers manifesté. À bien lire, il semble que l'un soit clair, l'autre sombre ; que l'un soit doux, l'autre violent ; et que si l'amour qui les relie est retiré et rendu au Christ, la signification en est le détachement au monde qui de ce fait devient plus léger que tout.
           De plus, le signe des Gémeaux étant en astrologie opposé (ce qui selon cette science signifie plutôt en face de c'est à dire s'équilibrant avec, plutôt que contraire) à celui du Sagittaire, il semble que la présence initiale de ces deux jeunes gens, stables dans leur bipolarité, assure la solidité de l'Archer qui va tirer vers le ciel.  
         Voici donc le texte, chanté à deux voix, à la suite du fragment proposé ci-dessus  :

    Frère, que sera-t-il le monde,
    Allégé de tout notre amour ?
    Dans mon âme ton cœur est lourd,
    Comme la pierre dans la fronde...
    Je le pèse au-delà de l'ombre,
    Je le jette vers le grand jour !

    J'étais plus doux que la colombe ;
    Tu es plus fauve que l'autour !
    Toujours, jamais, jamais, toujours
    Fer ne t'effraie, feu ne me dompte.
    Beau Christ, que serait-il le monde,
    Allégé de tout votre amour ?

    Gabriele D'Annunzio - Le Martyre de Saint Sébastien - Première Mansion, la Cour des Lys.

     

          Je passe  les nombreux épisodes tous plus poétiques et chargés de sens les uns que les autres, qui opposent la religion païenne au Christ tout en laissant transparaître des analogies criantes entre elles (raison du déchaînement des foudres de l'archevêque de Paris, avec le fait que la récitante était une femme, juive de surcroît...) pour m'attacher à la troisième Mansion, le Concile des faux Dieux, où Jésus est clairement mis en parallèle avec Apollon et Adonis.

         Quoi qu'en disent les autorités ecclésiastiques, il faut bien se souvenir qu'Apollon, à Delphes, était honoré d'un culte à mystères, ce qui est à proprement parler le principe même de l'initiation, et donc d'une mystique. Et qu'il en était de même d'Adonis, vénéré au moyen-orient où le mysticisme était encore plus chevillé au cœur des fidèles. Ainsi, tandis que le chrétien ne voit dans ces figures que de pâles reflets de celle du Sauveur qu'il connaît, en fait on peut penser qu'elles en sont en réalité la parfaite sublimation. 

          

    Apollon - AdonisApollon - Adonis

    Apollon - Adonis

       

        Cependant l'on voit bien que les moeurs relâchées des grecs et des orientaux avaient transformé ces figures en modèles de lascivité.

         C'est pourquoi, Sébastien, mis en accusation par Dioclétien, s'exclame :

     

    César, sache que j'ai choisi mon dieu.
    Seul le Christ rayonne,
    l'Unique !

    Il régit dans sa main la force
    du ciel creux, comme le marin
    serre l'écoute de la voile.

    Entre vous et le jour,
    Il est.

    Entre vous et le soleil mort,
    Il est,
    Unique.

    Gabriele D'Annunzio - Le Martyre de Saint Sébastien -
    Troisième Mansion, Le Concile des Faux Dieux.

     

         Voici maintenant que, face à ces visages de divinités faussées et vidées de leur substance par l'ignorance des hommes, Sébastien se remémore Jésus, celui qu'il aime, à la veille de sa Passion au Mont des Oliviers.

     

     

     

           La scène, dans laquelle le récitant à l'instar de la commanditaire Ida Rubinstein, est une femme (ici Leslie Caron dans l'enregistrement Sony classical dirigé par Michael Tilson Thomas), est presque insoutenable où on l'entend murmurer : "Non comme je veux, mais comme TU veux..." et c'est ce qui déchaînera les foudres de César et le poussera à jeter Sébastien aux flèches des archers.

     

    Le Martyre de Saint-Sébastien - relectures

     

                 Voici alors une page magnifique dont je vous propose surtout l'écoute. L'écriture de Debussy, totalement inédite par rapport à ses autres oeuvres à mon avis, est manifestement ce qui a inspiré Olivier Messiaen pour la scène de son Opéra "Saint François d'Assise" où le saint reçoit les stigmates ... On y perçoit les mêmes frémissements, les mêmes souffles de vent. Bien sûr, le solo de cor anglais initial est plutôt emprunté à Wagner, mais en tellement plus chromatique ! Quant au texte, il est sublime (juste une petite erreur sans gravité : c'est "décochez ", et non "décrochez vos flèches"). 

     

     

     

         Mais je vous le laisse écouter, pour ne pas alourdir cet article, et me contenterai de vous noter pour terminer les belles exclamations jubilatoires exprimées par l'âme de Sébastien libérée à la fin de son supplice.

    Je viens ! Je monte !
    J'ai des ailes !
    Tout est blanc !
    Mon sang est la manne
    Qui blanchit le désert de Sin.
    Je suis la goutte, l'étincelle, et le fétu...
    Je suis une âme, Seigneur,
    Une âme dans ton sein !

    Gabriele D'Annunzio - Le Martyre de Saint Sébastien - Fin de l'oeuvre

     

     

    Le Martyre de Saint-Sébastien - relectures

     

         L'oeuvre se termine sur un psaume de louanges.
        J'espère vous avoir donné envie de la découvrir, si ce n'est déjà fait !

     

      


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :