• Le dessin du Maître

     

          Allez ! J'avais l'impression de me répéter, mais vous m'avez encouragée avec vos gentilles visites.

         Le fait est que je suis une fieffée bavarde, et c'est cela le trait "égotique" dont j'essaie de me débarrasser.

           Cependant pour en revenir aux remarques amusantes de Mooji, si l'ego est comme un "ex" qui vient subrepticement essayer de reprendre de l'ascendant sur vous, ça ne va pas ! Mais s'il s'agit de le trucider avec pertes et fracas, ça ne va pas non plus. L'ego nous a été donné pour notre bien (voir ici) : le tout est de lui faire comprendre que ce n'est pas lui qui commande, simplement.

          C'est pourquoi j'aime à évoquer la présence d'un "Maître" qui n'est pas "moi" ; mais qui est le Satguru (ou Maître intérieur) qu'on écoute dans son propre cœur et par lequel on se laisse inspirer... Comme dans cette petite histoire qu'il m'a lui-même soufflée.

     

    Le dessin du Maître

     

     

         Mon Maître fait un dessin magnifique.

        Sur les murs de la classe, il dessine, il dessine...

        À chaque instant il rajoute quelque chose et à chaque instant je me dis : "là le dessin est terminé, c'est trop beau !" et à chaque fois non, il change encore quelque chose.

         Et c'est beau ... !!

         Je regarde, captivée, les mouvements imperceptibles de sa main qui précise un point ici, en enlève un là... Efface ici, complète là... Reprend ici, ôte là...

         Et c'est toujours parfait, parfait... Parfois j'ai le souffle coupé devant ce qui surgit, tant c'est inattendu, tant c'est superbe !

         Et parfois c'est gris, parfois c'est sombre... mais c'est si poétique. Et parfois c'est sanglant, parfois ça explose, ça vit !! Ça éclate !! J'entends des cris, j'entends des voix ! J'entends des pleurs, j'entends des chants... C'est un dessin qui chante, un dessin qui vibre.

           ... Soudain, je suis dans la cour et je compte mes billes dans ma poche. C'est fatigant d'être attentive. Je n'en peux plus, il faut que je respire, que je coure, que je joue avec les copains.

          J'explose, je ris, je m'amuse, je joue avec mes billes. Je les compte. Je les compare avec celles des voisins. Oh ! la belle bleue ! Mince, il a une bille rouge, lui...? Si je pouvais la gagner...

          Je lance mes billes... Elles roulent partout ! Je cours après ! Je les ramasse encore : une verte, une noire, une bleue, une jaune... belles et transparentes bien sûr. Je les range dans mon petit sac...

          Et paf !!

        D'un grand coup de règle, le maître a frappé mon sac et toutes les billes sont tombées. Plus de billes !! Stupéfaite, je lève à nouveau les yeux vers le dessin au mur, comme réveillée d'un long rêve, et... ouah !! Comme il a évolué ! Tout a changé ! Mouvant, brillant, il scintille comme jamais ! Mais où étais-je donc ?

           Mais oui, des billes il y en aura toujours, il n'y a qu'à se baisser pour les ramasser ; mais le dessin du Maître, le dessin du Maître, comment cesser de le regarder ? Alors que peu à peu il s'y précise des traits... que je reconnais... que je crois reconnaître... que je connais... ?!

         Mais non, c'est encore changé. Tout a encore changé.

       Et le Maître rit silencieusement en continuant d'ajouter une touche par-ci, une touche par-là... ou d'effacer ici, d'effacer là... en grandes arabesques, en grandes volutes qui gonflent mon cœur et le font frémir d'une joie indicible.

     

    Le dessin du Maître

     


     


  • Commentaires

    1
    Mardi 17 Janvier à 09:09

    Bonjour Aloysia,

    C'est cela l'impermanence, ton Maître l'explique bien par l'image qu'il change sans cesse ! Rien ne sert de s'attacher que ce soit à  un sac de billes ou autre, un jour tout disparaîtra et ce serait dommage de se trouver désorienté !!! Bisous et belle journée sans oublier le bonnet et les gants car il va faire froid chez toi .

      • Mardi 17 Janvier à 09:31

        Bien vu, Danaé ! Ce matin le dessin est splendide.

    2
    Mardi 17 Janvier à 13:38

    Le Dessin du Maître à retoucher à l'infini... et des billes à ramasser afin de les récupérer et s'en remplir les poches à nouveau...

    Bisous Aloysia et bon mardi (glacial)

    Béa kimcat

      • Mardi 17 Janvier à 17:05

        Des billes à oublier pour mieux regarder le sens du dessin du Maître ! smile

        Bon mardi, Kimcat.

    3
    Mardi 17 Janvier à 17:26

    Le Maître, c'est la Nature ?

     

    Les billes les Instants de vie ?
    Qu'ils soient de toutes les couleurs !

      • Mardi 17 Janvier à 21:13

        Le Maître dessine le Vivant... Les billes sont mes pensées, préoccupations, activités... Leurs couleurs sont trompeuses !

    4
    Mercredi 18 Janvier à 08:54
    Daniel

    Tout est éphémère, tout se transforme constamment. Les acquis n'existent pas ! Evitons de trop nous attacher .

      • Mercredi 18 Janvier à 10:04

        Évitons de détourner notre attention du vivant.

    5
    Mercredi 18 Janvier à 13:57

    tu as de la chance d'être bavarde. J''ai le défaut contraire, résumer ce que j'ai à dire en quelques lignes et je peux te dire que quand j'ai eu à écrire près de 800 pages il m'a fallu des années !!!!!!  Je suis heureuse que tu aies décidé de continuer. Amitiés.

      • Mercredi 18 Janvier à 14:35

         he  Tu as raison, Ariaga, on  n'est jamais content de ce qu'on a... Alors que c'est juste nos trois sous pour vivre en ce monde, mais quelle importance puisque la vraie vie est ailleurs ? Bises amicales.

    6
    Mercredi 18 Janvier à 15:42
    durgalola

    c'est très gai, très pétillant ... et comme nous pouvons vite être détournée de ce qui nous intéresse réellement par une bille rouge ... 

    tout est toujours mouvant. 

    grand merci pour le mandala (je viens d'en dessiner un). 

     

    Bises Aloysia

    (tu aimes énormément partager et chacun reçoit à sa façon, à l'endroit où il est)

      • Mercredi 18 Janvier à 19:04

        Bien sûr ! Nous aimons tous partager.

        Tu nous montreras ton mandala ?

    7
    Mercredi 18 Janvier à 20:34
    Durgalola
    Certainement au printemps. J'en ai encore 6 qui sont programmés. Bises
      • Mercredi 18 Janvier à 21:29

        Alors on aura au moins les autres !! Chic.

    8
    Vendredi 27 Janvier à 11:38

    Bonjour chère Aloysia,

    J'aime entendre rouler les mots vers l'instant présent... Avec toute ma silencieuse sympathie, Frère Jack 

      • Vendredi 27 Janvier à 16:17

        Merci de votre gentillesse, Frère Jack. Mais actuellement mes mots ont tendance à rouler à leur tour vers le silence...



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :