• La Rivière

     

              Serions-nous ce cours d'eau, qui ne se laisse perturber par rien de ce qui l'environne mais au contraire glisse imperturbablement en lui-même, intouché, inchangé, jusqu'à découvrir que plus rien ne le définit, car dans l'océan il est dissous ?

     

     

     

    Elle a surgi
    On ne sait d’où

    Ni comment

     

    Elle serpente à travers champs
    Gaie et chantante
    Sourit aux fleurs

    Aux herbes folles

     

    Elle serpente à travers bois
    Pénètre au creux des noirs fourrés
    Se glissant entre les racines

    Passe un goulet et ressurgit

     

    Elle serpente à travers monts
    File entre les rocs escarpés
    Saute des creux heurte des bosses

    Et plonge en cascade rieuse

     

    Elle s’étale dans la plaine
    En reflétant les blancs nuages
    Elle se rit du vent des grêles

    Et se grise des chants d’oiseaux

     

    Et puis soudain voici l’estuaire
    Et tout à coup plus de rebords
    Elle est dissoute dans le flux

    Où était-elle Que fut son cours

     

    Et puis voici c’est l’Océan
    Plus de limites de mouvement
    Point d’origine et point de terme

    Espace ouvert infiniment

     

     

    Océan

     

     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 8 Juin à 20:45

    Bonsoir Aloysia,

    Description poétique du cours de cette rivière semblable au cours de notre vie ! Merci 

      • Vendredi 9 Juin à 08:37

        Bisous Danaé.

    2
    Jeudi 8 Juin à 21:47
    durgalola

    suivre le cours d'eau, joyeux, primesautier, gai, se laisser devenir goutte .. et être partie intégrante de l'océan. Tes mots sont doux à suivre ... suis je prête pour l'éternité, je ne sais pas mais je laisse le cours suivre sa route. Bises 

      • Vendredi 9 Juin à 08:38

        Suivons le cours et ses méandres ! Amitié.

    3
    Vendredi 9 Juin à 11:01
    Daniel

    Surtout toujours aller dans le sens du courant. Il n'y a Pas d'efforts à faire et c'est beaucoup plus facile ...

      • Vendredi 9 Juin à 15:15

        Comment faire autrement lorsqu'on est une rivière ? On ne va nulle part ; il n'y a pas de courant... L'eau est ce qu'elle est, où elle est...

    4
    gazou
    Vendredi 9 Juin à 14:53

    Un bien joli poème et il nous indique le chemin à suivre..Merci !

    5
    Samedi 10 Juin à 10:05

    La rivière qui caracole et part se mélanger dans le fleuve où l'ensemble des apports iront se fondre dans l'océan. N'est-ce pas l'individualité et la globalité. Dans l'océan que sont les égos tout et rien;

    Bel enregistrement qui me berce en t'écrivant.

    Bon weekend Aloysia

    Bisous 

      • Samedi 10 Juin à 10:09

        Bon week-end Océanique.

    6
    Samedi 10 Juin à 13:40
    Merci pour ce moment de calme, de poésie et de méditation.
    7
    Dimanche 11 Juin à 00:39

    Ton beau poème me rappelle une histoire qui m'enchantait quand j'étais enfant. Cela s'appelait "Perlette goutte d'eau", et je crois qu'en effet ce fut l'occasion de ma première réflexion sur l'infini.

      • Dimanche 11 Juin à 08:11

        Je l'ai lue aussi ! Une adorable méditation sur le cycle de l'eau.

    8
    Hélène ***
    Dimanche 11 Juin à 01:56

    Dissout ou alors devenu océan aussi? Marié, multiplié et uni, petit cours d'eau ressentant maintenant toute la puissance qui a toujours été sienne dans chaque goutte. Petit cours d'eau ou porteur d'océan?

      • Dimanche 11 Juin à 08:11

        Ni l'un, ni l'autre et les deux à la fois ?..

    9
    Dimanche 11 Juin à 15:37

    Je ne crois pas que nous soyons imperturbables et intouchés mais j'aime beaucoup ton texte et la poésie. Amitiés.

      • Dimanche 11 Juin à 22:31

        Tout dépend à quel niveau nous nous plaçons... Merci Ariaga.

    10
    Lundi 12 Juin à 14:49

    Rivière poétique qui nous rafraîchit !

    Bisous Aloysia

      • Lundi 12 Juin à 16:11

        Oui, on en a bien besoin en ce moment !

    11
    Robert
    Mardi 13 Juin à 01:00

    L'eau qui coule imperturbablement L'eau qui ne soucie pas de ce qu'elle est... ... .... l'eau qui est.....

    Merci chère Martine pour ce superbe poème-vie dont tu as le secret. Merci et bonne nuit.

      • Mardi 13 Juin à 09:45

        Tu te couches bien tard mon cher Robert...

    12
    Mardi 13 Juin à 15:15
    durgalola

    merci pour la musique très douce yes excellent pour faire mes comptes cool. Bises 

      • Mardi 13 Juin à 15:45

        En effet pour faire les comptes ça calme !...

    13
    marlou
    Jeudi 15 Juin à 07:28

    Nous voyageons avec ton eau enfermée en elle-meme et qui perd beaucoup sans le savoir...

    Merci pour ces mots d'intense  poésie

     

      • Jeudi 15 Juin à 09:47

        Que veut dire "ton eau enfermée en elle-même et qui perd beaucoup sans le savoir" ?

    14
    jama
    Jeudi 15 Juin à 14:30

    Résurgence

      • Jeudi 15 Juin à 15:02

        Résurgence de quoi ?

    15
    jama
    Jeudi 15 Juin à 16:24

    "Elle a surgi
    On ne sait d’où

    Ni comment"

    L 'eau, la source, résurgence d'une eau plus profonde....

      • Jeudi 15 Juin à 19:15

        Non, en l'occurrence il ne peut y avoir d'"eau plus profonde".

    16
    Vendredi 16 Juin à 07:58

    Un hymne magnifique !

    L'eau de Vie ?
    D'où vient t-elle?
    Où va t-elle ?
    Je ne sais
    Mais j'y suis!

      • Vendredi 16 Juin à 09:13

        OUI, Binh An ! money

    17
    Vendredi 16 Juin à 21:03

    La vie est bien ce cours d'eau qui s’effrite sur les rochers, s'en va s'en vient et se perd dans des oublis d'océan!

    18
    Mercredi 21 Juin à 15:27
    durgalola

    la petite fille est tout contre sa maman et son oeil est fermé ; elle sortait du réveil, pas tout à fait là, pas tout à fait ailleurs. Bises chaudes. 

      • Mercredi 21 Juin à 17:45

        C'est mignon ! 



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :