• La plus belle école


          C'est chez les pauvres que nous trouvons la vraie beauté. Chez ceux qui savent vouloir le meilleur en se contentant du minimum. Admirez la force de ces enfants qui veulent étudier et qui accueillent pour le faire le support le plus élémentaire avec gratitude.

     

       De plus ils sont endimanchés, quoique devant faire des kilomètres à pied avant d'arriver.

     

       Puissions-nous retrouver cette humilité et cette foi que possédaient pourtant encore les petits paysans du 19e siècle en plein cœur de la France (à découvrir par exemple dans la première partie du roman pour la jeunesse d'Alain Grousset : Les Mangeurs de Châtaignes, qui se situe en Creuse juste après la révolution de 1848).

     

     


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 11 Novembre 2014 à 11:08

    Ton article est touchant 

    oui, déjà à mon époque je notais que je portais un tablier et fière , il n'y avait pas autant de différence , parfois lorsque je vais chercher mon petit fils à l'école, certains enfants ont l'air de défiler et cela n'ajoute rien en plus si ce n'est qu'à développer un sentiment de jalousie malsaine mais bon, de nos jours le paraître est d'actualité ...et la stupidité  se conjugue au présent ...et les parents baissent de + en + les bras et les enfants sont livrés à eux mêmes hélas...

    Je reprends le chemin de mon blog le 14 nov

    @ bientôt  

    2
    Mardi 11 Novembre 2014 à 13:17

     " C'est chez les pauvres que nous trouvons la vraie beauté."

    Une phrase à graver sur une plaque dorée.

    Je reviendrai...Salam

    3
    Mardi 11 Novembre 2014 à 13:36

    Bonjour

    C'est vraiment très beau!

    J'ai toujours dit que c'est ceux qui ont le moins qui donnent le plus!

    Nous avons un beau soleil!

    Bisous

    4
    Mardi 11 Novembre 2014 à 14:13

    merci à tous 3, et à bientôt chère Rose !

    Salam, cher Flormed, à bientôt.

    5
    Mardi 11 Novembre 2014 à 15:40

    Un bel article plein d'optimisme ! A méditer...

    6
    Mardi 11 Novembre 2014 à 16:50

    Coucou Aloysia, ma fille a visité des écoles en Inde, beaucoup d'enfants n'avaient pas de bureau, mais là, je suis en admiration devant ces desks en carton qui servent de cartables , quelle ingéniosité et quel confort pour eux. Ces enfants de pauvres sont bien plus courageux que nos petits qui souvent en France renaclent pour aller à l'école. Merci pour ce partage.

    7
    Mardi 11 Novembre 2014 à 16:54

    Il faut y penser ! Quand je vois le gâchis qu'il y a maintenant dans nos écoles... Et cela c'est un problème de société, je ne vois pas du tout quel serait le remède et n'ai personne à fustiger !

    8
    Mardi 11 Novembre 2014 à 19:40

    quelle belle lumière dans les yeux de ces enfants!

    merci Aloysia pour ce billet radieux.

    9
    Mardi 11 Novembre 2014 à 19:45

    Oui, il y a là une lumière merveilleuse, tu as raison, Jamadrou.

    10
    Jeudi 13 Novembre 2014 à 00:05

    Je suis consternée de constater que de plus en plus d'enfants chez nous n'ont plus aucune appétence scolaire. Pourtant, de nombreuses réformes tentent de résoudre ce problème. C'est comme si un petit ressort était cassé. Le petit ressort qui permet à l'enfant de se dire, c'est par ce biais que je vais gagner la liberté de me construire. Le meilleur de tous les enseignements ne pourrait rien y changer. Ensuite, je constate que les enfants qui n'ont pas joué le jeu ont beaucoup de difficultés à trouver leur place dans le milieu professionnel. Dans notre société les enfants sont malades d'école !

    Je n'ai pas trouvé la réponse.

    Dans les Pays pauvres les enfants mettent tous leurs espoirs dans l'école. C'est une question de foi en l'avenir. Cette promesse d'un avenir meilleur à construire, par eux, les mets en joie.  

    Chez nous, l'enfant a déjà tout, on pense pour lui, on lui mâche le travail, il croit que les diplômes lui seront remis sans participation de sa part. S'il n'a pas le bagage scolaire, il parviendra à mener carrière le jour où il acceptera de faire preuve de courage (ce courage sera l'implication qu'il n'a pas su manifester à l'école, mais qui est incontournable à un moment ou à un autre de la vie). Puisse t-il alors connaître la joie qu'on lit dans le regard des enfants de cette vidéo !

    11
    Jeudi 13 Novembre 2014 à 10:19

    Bonjour Carmen ! Notre monde est imparfait, il est marqué par le sceau de la dualité, ce qui signifie que tout bien engendre un mal - mais aussi inversement que tout mal engendre un bien ! Tout est biface, comme les pièces de monnaie. Ainsi avoir apporté le confort à notre société fait que les jeunes sont avides de confort - et non d'effort ; et que de plus, je peux en témoigner, il arrive de plus en plus qu'en matière d'études l'effort ne paie pas !! Alors pourquoi se fatiguer ? Le mal est général, c'est la société entière qui est malade mais qu'y faire ? En Inde c'est l'inverse : pas de confort - donc effort, mais les efforts sont toujours intéressés : pour obtenir la vie que nous avons nous ici... Vois les africains qui débarquent à flots en Europe dans le but unique d'avoir la télé, une belle voiture, etc. (enfin, c'était du moins le cas avoué d'algériens que j'ai rencontrés dans les années 80). C'est le piège. La richesse engendre la stagnation et la déroute. La pauvreté engendre la foi et le dépassement de soi. Donc "Heureux les pauvres" !! Bises, chère Carmen.

    12
    Tivoune
    Dimanche 16 Novembre 2014 à 11:23

    Coucou !

    Bien sûr cette vidéo est touchante.

    Après mûres réflexions, je crois que l'école est le reflet de la société où elle se trouve. Ici les enfants sont blasés car leurs parents le sont et leur donnent tout. On  ne supporte pas (les parents) que les enfants jouent sous la pluie ou goûtent debout; les enfants se savent hyper protégés et hyper soutenus. Les efforts faits par tous (collectivités, enseignants..) pour améliorer la scolarité sont considérés comme normaux et dûs, pire : c'est un manquement que de ne pas les faire !

    Dans ces villages là la vie est rude pour tous, et les enfants ne sont pas épargnés. Du coup les choses ont une valeur, de même que les efforts faits pour rendre la vie meilleure.

    Tout cela non pas pour minimiser le message transmis par la vidéo et relayé par les commentaires ci dessus mais pour faire cesser les plaintes de ceux qui fustigent "nos" enfants : ils sont tels que notre société , exigeante et impérieuse en tous points (pas seulement le scolaire) les a faits et nous a tous rendus.

    Bises Aloysia !

    13
    Dimanche 16 Novembre 2014 à 12:00

    Mais je suis absolument de ton avis, Tivoune !



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :