• La montagne sacrée

     
            J'ai modifié l'aspect de mon blog. D'abord parce qu'il faut le faire de temps à autre. Et ensuite depuis que j'ai lu, sur l'instigation de mon amie Danaé, la merveilleuse histoire d'Alexandra David-Néel tout récemment parue en BD et particulièrement dans la version des éditions Glénat, dans leur collection "Explora" dirigée par Christian Clot.

     

    Illustration de Boro Pavlovic
    Image tirée de la couverture du livre, visible en entier ici

     

          Rédigée par Christian Perrissin, cette bande dessinée est assortie d'un dossier conséquent montrant le sérieux de l'étude réalisée par cet auteur. Cependant le scénario lui-même se concentre essentiellement sur la traversée du Tibet effectuée par la célèbre exploratrice jusqu'à Lhassa.

          On y découvre d'abord une femme dévorée par le besoin de s'évader du monde occidental, de quitter le connu, pour chercher dans la difficulté la plus intense la Vérité de sa vie. Cette anglaise fortunée, mariée à un homme un peu volage et sans enfant, passionnée par le bouddhisme, s'embarque donc pour l'Inde, où elle rencontre d'abord des Vishnouites, ascètes comparables à ceux auxquels s'était initialement associé le jeune Siddharta. Mais elle réussit à obtenir une audience de Thubten Gyatso, le XIIIe Dalaï-Lama qui était alors en visite dans le monastère de Kalimpong dans le Sikkim, petit état situé entre le Népal et le Bhoutan dépendant de l'Inde et donc encore sous protectorat anglais. Sensible à sa requête de mieux comprendre les enseignements bouddhistes du Tibet, qui étaient alors fort mal adaptés en langue anglaise, celui-ci lui promet de l'éclairer en lui envoyant quelques textes. Alexandra (qui vit de l'argent que son mari lui adresse, celui-ci ayant adopté en Angleterre une nouvelle vie mais ne rechignant pas à lui envoyer le nécessaire, pris d'ailleurs sur sa fortune à elle) se met alors d'arrache-pied à l'étude du tibétain, et prend à son service pour l'aider et la guider un jeune orphelin du village qu'elle habite. Celui-ci s'avère d'une aide d'autant plus précieuse qu'il va s'attacher à elle, et cette affection devenant réciproque, il deviendra son fils adoptif.


    Alexandra David-Néel-Les chemins de Lhassa-p.16

     

         S'étant pliée sans mot dire pendant des mois à la discipline de fer imposée par le supérieur du monastère local, le Gomchen Rinpoché, elle décide bientôt de repartir  vers Lhassa pour revoir le Dalaï-Lama. Seulement la frontière était à cette époque totalement hermétique, le Tibet étant sous domination chinoise, et toute présence anglaise y était formellement interdite. Elle doit donc se travestir en vieille tibétaine et feindre d'être la mère de son jeune compagnon, renoncer à utiliser ouvertement l'argent dont elle dispose, et surtout prendre des chemins de traverse extrêmement périlleux et désertiques.

         Il s'ensuivra un voyage à pied à travers les montagnes enneigées, à des hauteurs vertigineuses, qui lui vaudra l'admiration même des autochtones, persuadés qu'eux-mêmes n'y auraient pas survécu ! La BD relate ce passage d'une manière si émouvante qu'on en comprend toute la portée initiatique. Demeurés tous deux seuls durant 6 jours sans vivres à 5000m d'altitude à chercher leur chemin enseveli sous une tempête de neige, avec une cheville foulée et une botte à la semelle cassée, comment ont-ils pu atteindre les huttes des premiers bergers Popa ? Ceux-ci les pensent favorisés des dieux, et l'héroïne reconnaît avoir dû utiliser toutes les ressources de domination du corps physique enseignées par son maître le Gomchen Rinpoché.

         Non seulement cette lecture m'a conduite à rechercher des images identiques pour en orner mon blog, mais en plus elle m'a rappelé que ma chère Danaé a vécu la même chose... Eh oui, lors de son Tour d'Asie, relaté sur son blog mais aussi dans un livre dont vous avez le lien ici, elle a non seulement rencontré elle aussi un Rinpoché dont elle a suivi l'enseignement (voir ici et ) mais en plus elle a gravi partiellement un flanc de l'Everest, la colline Kala Patthar (5600m) que l'on voit sur la gauche de mon bandeau et que vous pouvez détailler mieux sur la page de wikipedia donnée en lien. 

        La preuve en est dans le récit saisissant qu'elle fait à cette page (récit présent également dans son livre et qui débute ici), accompagné d'une photographie rougie par le temps que je vous restitue en noir et blanc ci-dessous. Elle représente les sommets (l'Everest et les pics environnants) tels qu'on les aperçoit depuis le sommet de la colline Kala Patthar qu'elle vient de gravir au péril de sa vie.

     

    Kala Patthar-photo Michèle BEC
    Photo prise par Michèle Bec (Danaé) en 1977

     

          Atteindre de tels sommets et retrouver la plaine de l'autre côté, c'est comme une renaissance... Et découvrir cela pour la Pentecôte n'est pas anodin.

          Justement, ce matin, me sont revenus en tête ces mots que je chantai à Rome lors d'un pèlerinage ancien :

    « Envoie ton Esprit, et tout sera créé !
    Et Tu renouvelleras la face de la Terre. »

        N'est-il pas extraordinaire de découvrir qu'à chaque Souffle, à chaque respiration, tout est constamment recréé... ? Et que si à gravir ce qui vous dépasse totalement vous laissez votre dernier souffle, le Souffle qui vous ravive ensuite est le premier qui ait jamais été émis : l'Unique Souffle Créateur ?

          Tentons donc l'ultime dépassement.

     


  • Commentaires

    1
    Samedi 14 Mai 2016 à 17:49

    Bonjour Aloysia,

    Moi qui n'aime pas d'habitude lire des BD, je crois que celle-ci va me plaire ! Je suis une fan inconditionnelle de cette femme de caractère qu'était Alexandra David Neel. J'ai été un peu sur ses pas à ma façon et j'avoue qu'il fallait du souffle pour gravir ce petit sommet qui regarde d'en bas le sommet mythique et sacré de l'Everest.

    Ceci était un dépassement physique, mais le dépassement spirituel est beaucoup plus difficile. Merci Aloysia de nous mettre sur le chemin et merci pour ce bel article. Bravo pour la nouvelle bannière qui me plaît beaucoup.

      • Samedi 14 Mai 2016 à 20:04

        Et merci à toi, ma chère Danaé, de nous inspirer et de nous entraîner ainsi par ton exemple !

    2
    Samedi 14 Mai 2016 à 18:04

    Quel bel article ! Et qui relate aussi un exploit de notre chère Danae

    Je ne suis pas trop fan des BD mais pourquoi pas lire celle-ci 

    Bonne soirée

    Béa kimcat

      • Samedi 14 Mai 2016 à 20:06

        Cette BD-là devrait vous plaire, ma chère Béa. Si vous appréciez notre adorable Danaé, vous aimerez aussi cet ouvrage qui est remarquablement documenté et admirablement dessiné. Cordialement.

    3
    Tivoune
    Samedi 14 Mai 2016 à 19:56
    Bravo pour ce renouveau, celui du blog comme celui opéré par ta recherche intérieure !
    Bisous
      • Samedi 14 Mai 2016 à 20:06

        Un renouveau qui pointe aussi chez toi je crois, ma chère Tivoune ? ! wink2

    4
    Hélène***
    Dimanche 15 Mai 2016 à 16:20

    Un très riche résumé, bravo! J'ai depuis longtemps une admiration et un immense respect pour cette femme formidable. 

    Marcher ainsi pour dessiner de sa vie le symbole de la Vie, quel courageuse mission!

    Nous pouvons gravir tous nos espaces intérieurs et nous aussi traverser nos ¨Tibets¨ pour atteindre le sommet enfoui en nous depuis la naissance, comme un cadeau à découvrir.

    Merci Aloysia!

      • Dimanche 15 Mai 2016 à 20:34

        ... Et c'est parfois très dur à gravir ! Mais il y a de ces aides miraculeuses toujours... smile Et quand on sait que de toutes façons il n'y a pas d'autre alternative, ma foi... Bisous, chère Hélène***.

    5
    gazou
    Dimanche 15 Mai 2016 à 18:15

    J'ai lu plusieurs livres de Alexandra David-Neel....C'est quelqu'un  d'absolument incroyable, d'extraordinaire...Un courage, une détermination étonnantes... Il y a quelques années, j'ai visité sa maison et c'est la personne qui s'est occupée d'elle les dernières années de sa vie et qui l'a aidée à ranger ses notes :  Madeleine Peyronnet qui nous a accueillis

      • Dimanche 15 Mai 2016 à 20:36

        Bravo Gazou, alors tu la connais mieux que moi. Tu ne côtoies vraiment que des gens intéressants !

    6
    Dimanche 15 Mai 2016 à 19:30

    Alors que je ne connaissais pas Danae j'ai lu l'histoire de Alexandra David-Neels

    Puis je me suis intéressée au Tibet ... au bouddhisme.

    Puis j'ai lu Danae ... je l'ai rencontrée ... j'ai lu ses livres

    Et ce soir je suis là à être heureuse de ces rencontres

    Bisous Aloysia

      • Dimanche 15 Mai 2016 à 20:40

        Je m'en doute, Océanique, car tu as fait sa connaissance avant moi (pour Danaé). Quant au bouddhisme, je vois bien qu'il ne t'est pas étranger ! Alexandra D-N est une de ces personnalités d'une force exceptionnelles dont on a besoin de s'inspirer parfois pour avancer et croire à ce qui semblait impossible. Bises et belle fin de week-end.

    7
    Hélène
    Lundi 16 Mai 2016 à 03:16
    J aime BP Alexandra D'N Depuis longtemps. Et j apprécie BP notre très chère Danae et son regard si enthousiaste illumine n'os journées ! Elles sont bien de la même trempe! Merci de nous offrir de partager et de respirer dans ces paysages. En leur compagnie. ! Merci. !
      • Lundi 16 Mai 2016 à 17:18

        Et merci de ta visite, chère amie de Danaé ! Bonne fin de journée à toi.

    8
    Lundi 16 Mai 2016 à 09:04
    Daniel

    J'ai lu tous ses livres. Une féministe avant l'heure et une aventurière courageuse. Une vie intense !

      • Lundi 16 Mai 2016 à 17:24

        C'est ainsi que je la voyais avant de découvrir cette BD. Mais ainsi que les films, les bandes dessinées nous offrent un personnage vivant, auquel on s'identifie, et dans cet extrait exceptionnel de la traversée des montagnes tibétaines, on découvre un véritable récit initiatique, qui dépasse toutes les précédentes images que j'avais pu avoir de cette femme, entant qu'"aventurière" d'exception ou interprète avant la lettre de l'enseignement bouddhiste tibétain.

    9
    Lundi 16 Mai 2016 à 20:40
    durgalola

    j'ai lu récemment un de ses livres (son voyage en Inde) ; ce que j'apprécie dans cette femme (végétarienne déjà à l'époque) c'est sa constante relation au présent. C'est une femme pragmatique et réaliste. Tu as fait un très bel article. Et l'Everest est magnifique, j'ai eu la chance de passer à côté en avion ; c'est immense ; les Alpes font bien petites à côté. bises et bonne soirée 

      • Lundi 16 Mai 2016 à 21:15

        Tu en as fait de belles choses, Durgalola ! Oui, sa constante relation au présent était sans doute une résultante de son initiation. On parle d'elle de plus en plus, c'est vrai car là il vient de sortir deux BD simultanément chez deux éditeurs différents ; Danaé qui se passionne pour elle m'avait parlé de la première BD mais elle était moins inspirante que celle-ci. Merci de ta gentille appréciation. Bises et bonne fin de soirée !

    10
    Jeudi 19 Mai 2016 à 20:03

    La vie d'Alexandra en BD ? Mais je vais me la procurer ! J'adore cette femme.

      • Jeudi 19 Mai 2016 à 21:34

        Je t'y invite chaleureusement, Séraphine, ce sera sans nul doute ton "Bonheur du Jour" !



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :